1. Accueil
  2. Environnement
  3. Changements climatiques

Impact de Fiona : Ottawa veut investir davantage dans des infrastructures résilientes

Dominic LeBlanc.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités, Dominic LeBlanc, lors d'un point de presse à Ottawa pour faire le point sur la réponse du gouvernement au passage de la tempête Fiona, le 28 septembre 2022.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La journaliste Nadia Gaudreau.
Nadia Gaudreau

Selon le ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités, Dominic LeBlanc, le gouvernement fédéral va investir « davantage et rapidement » dans des infrastructures résilientes par rapport aux changements climatiques, en collaboration avec les provinces.

M. LeBlanc était accompagné de plusieurs ministres fédéraux pour faire le point sur les opérations en cours dans les provinces atlantiques à la suite du passage de la tempête post-tropicale Fiona.

La tempête a détruit de nombreux commerces et maisons, en plus d’infrastructures publiques, dont des écoles et des quais.

Des débris en bois sur un quai.

Le quai de Pointe-du-Chêne, dans la région de Shediac, a été endommagé par Fiona tout comme plusieurs commerces et restaurants qui s'y trouvent.

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Dans un rapport (nouvelle fenêtre) publié mardi, l'Institut climatique du Canada souligne que des investissements adéquats dans les infrastructures pourraient réduire de 75 % l’impact économique des changements climatiques.

Le rapport suggère que pour chaque dollar investi dans l'adaptation, les gouvernements et les entreprises peuvent économiser 5 à 6 $ en coûts directs de dommages et 6 à 10 $ supplémentaires en avantages économiques, comme éviter les arrêts de travail ou les ralentissements de la productivité.

On va investir davantage et rapidement, je ne serais pas d'accord avec l’idée d’attendre, a indiqué M. LeBlanc lorsque questionné sur cette affirmation.

Il espère aussi accélérer le processus pour éviter que des obstacles bureaucratiques retardent certains investissements.

J’ai partagé avec les premiers ministres des provinces atlantiques, et cela inclut aussi l’est du Québec, un plan pour expédier davantage de genre d’investissements en partenariat pour s’assurer qu’il n’y a pas des délais bureaucratiques ou des retards, précise le ministre LeBlanc.

On ne veut pas se retrouver dans une situation dans quelques mois ou l’année prochaine où on aurait pu investir et on ne l’a pas fait et là les coûts sont cinq fois plus chers.
Une citation de Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités

Dominic LeBlanc espère aussi voir augmenter le financement annuel du ministère des Pêches et des Océans pour l’entretien des ports pour petits bateaux.

600 militaires en Atlantique

De son côté, la ministre de la Défense, Anita Anand, a fait le point sur le déploiement de militaires en Atlantique.

Le soldat retire une branche d'arbre de la rue.

Le caporal Owen Donovan, des Highlanders du Cap-Breton, retire des débris d'arbres renversés par la tempête Fiona avec les conseils d'employés de l'entreprise Nova Scotia Power à Glace Bay, en Nouvelle-Écosse, le 26 septembre 2022.

Photo : La Presse canadienne / Vaughan Merchant

Il y a maintenant 600 membres des Forces armées canadiennes déployés en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Dans l’ouest de Terre-Neuve, le Navire canadien de Sa MajestéMargaret Brooks parcourt les communautés côtières et l’équipage vérifie que les résidents sont en sécurité. Le navire se dirige aujourd’hui vers les régions de Ramea et Burgeo.

Le premier ministre Justin Trudeau doit se rendre dans la région de Port aux Basques mercredi pour visiter les sinistrés.

À l’Île-du-Prince-Édouard, les efforts se poursuivent pour brancher le courant dans les foyers. Un peu plus de 20 000 foyers ont retrouvé l’électricité, mais plus de 55 000 personnes en sont toujours privées.

En Nouvelle-Écosse, les équipes de l’armée sont affairées à ramasser des débris. Les efforts se concentrent sur la région de Sydney et Truro.

Un quartier général a été établi justement à Truro pour coordonner le déploiement des équipes en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard.

Nos pensées sont avec vous, mais notre aide aussi. Nous serons là et nos forces armées seront là aussi longtemps que nécessaire, a indiqué la ministre Anand.

Celle-ci ajoute que si les provinces en font la demande, Ottawa pourrait augmenter le nombre de soldats déployés.

Avec des informations de La Presse canadienne

La journaliste Nadia Gaudreau.
Nadia Gaudreau

À la une