1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique municipale

Le scrutin municipal tombe le jour de la fête de Diwali, déplorent des Ontariens

Une femme entourée de proches tient une baguette d'où sortent des feux d'artifice.

Une famille célèbre la fête de Diwali à Brampton en banlieue de Toronto (archives).

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

RCI

Des Ontariens qui célèbrent la fête sud-asiatique de Diwali, que plusieurs comparent à leur Noël, demandent à la province de changer la date des élections municipales aussi prévues le 24 octobre cette année.

Ryan Singh, président de l’Association canadienne indo-caribéenne, craint sinon qu'il n'y ait une baisse du taux de participation et donc de la représentativité politique parmi ceux qui célèbrent le festival des lumières.

M. Singh dit avoir écrit au gouvernement provincial à ce sujet, mais affirme ne pas avoir eu de réponse.

L’Association a aussi lancé une pétition en ligne, disant qu'il s'agit d'une question de « respect » pour la fête célébrée par les hindous, les sikhs et les bouddhistes, notamment.

Il y a plus d'un million d'Ontariens d'origine sud-asiatique qui célèbrent la fête de Diwali, y compris ceux de la diaspora indo-caribéenne. Ces derniers ne devraient pas avoir à choisir entre leurs pratiques religieuses et leur devoir civique.
Une citation de Pétition de l'Association canadienne indo-caribéenne

M. Singh ajoute que les festivités se déroulent généralement le soir après le travail, précisément au moment où la plupart des électeurs vont voter.

Date fixe

La porte-parole du ministère ontarien des Affaires municipales, Melissa Diakoumeas, explique que la date des élections est fixée dans la loi provinciale. Il s’agit du quatrième lundi d’octobre.

Elle note qu’en plus du jour du scrutin, les électeurs peuvent voter par anticipation, par la poste et même sur Internet dans certaines municipalités.

L’Association canadienne indo-caribéenne souligne toutefois que le précédent gouvernement libéral avait changé la date des élections provinciales en 2007, parce que la date initiale coïncidait avec celle de la fête juive de Chemini Atseret

Ayesha Khan, Torontoise et bénévole pour les élections, note que la majorité des électeurs votent le jour du scrutin. Pour elle, le fait que les élections municipales tombent le même jour que la fête de Diwali cette année désavantage ceux qui la célèbrent.

Avec les informations de La Presse canadienne.

À la une