1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Le gouvernement Trudeau lève les mesures sanitaires restantes visant les voyageurs

Jean-Yves Duclos ajuste son oreillette pendant une conférence de presse.

Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a souligné que les Canadiens sont « en bien meilleure position » maintenant.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

RCI

Le gouvernement fédéral annonce la fin des mesures frontalières liées à la COVID-19 à compter du 1er octobre, y compris les vaccinations obligatoires, les tests de dépistage et la mise en quarantaine des voyageurs internationaux.

Nous sommes dans une bien meilleure position aujourd'hui qu'en 2020, a annoncé en point de presse lundi le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, ajoutant toutefois que la COVID-19 est toujours là.

Le ministre a néanmoins affirmé que le gouvernement pourra rétablir des mesures en cas de nouveaux variants ou d'autres menaces pour la santé publique.

Nous avons appris au cours des dernières années quels types de mesures peuvent fonctionner, a déclaré M. Duclos lundi. Nous laisserons donc ouvertes toutes les options possibles en matière de protection de la santé et de la sécurité des Canadiens.

À compter de samedi, les voyageurs n'auront plus à :

  • utiliser l'application ArriveCan (qui devient facultative);
  • fournir une preuve de vaccination;
  • subir un test de dépistage avant ou à l'arrivée au Canada;
  • s'isoler ou se mettre en quarantaine;
  • surveiller ou signaler les signes ou les symptômes de COVID-19 à leur arrivée au Canada.

De plus, les personnes voyageant par avion ou par train n'auront plus besoin de porter de masque ou de subir de contrôles à partir du 1er octobre.

Le décret ministériel maintenant les mesures frontalières liées à la COVID-19 ne sera donc pas renouvelé lorsqu'il expirera le 30 septembre.

Les personnes de plus de 12 ans devaient jusqu'ici être vaccinées pour entrer au pays ou bien se soumettre à un test de dépistage avant l'entrée et à l'arrivée, et se placer en quarantaine pendant 14 jours.

Également présent au point de presse, Marco Mendicino, ministre canadien de la Sécurité publique, a souligné que les touristes étaient revenus en grand nombre au Canada , avec plus de 38 millions d'entrées en 2022. Nous voulons maintenir cet élan, a-t-il ajouté.

Vaccins et masques recommandés

Les cinq ministres présents au point de presse ont affirmé avoir été guidés par la science et l'épidémiologie dans leur décision. Une affirmation réitérée un peu plus tard par le premier ministre Justin Trudeau, qui s'adressait aux médias pour faire le point après le passage de la tempête Fiona dans l'est du pays.

Ce dernier a par ailleurs rappelé que la pandémie était loin d'être terminée, comme l'a affirmé le président américain Joe Biden la semaine dernière.

Je pense que toute personne qui pense que la pandémie est terminée doit rendre visite aux hôpitaux en ce moment et se rendre compte à quel point le personnel est éreinté.
Une citation de Justin Trudeau

Le ministre Duclos a estimé lundi matin que les progrès sur le plan sanitaire ont été réalisés grâce aux vaccins contre la COVID-19. L'accent doit être mis sur la vaccination, a-t-il souligné, invitant les Canadiens à obtenir leurs doses de rappel.

Le port du masque est par ailleurs encore recommandé par l'Agence de la santé publique du Canada, notamment dans les lieux bondés comme les avions et les trains.

La science est claire : le port du masque est clairement un moyen de protection personnelle extrêmement efficace, a rappelé le docteur Howard Njoo, administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada. J'espère que les Canadiens prendront une décision éclairée à ce sujet.

Depuis des mois, des voix s'élèvent pour demander (nouvelle fenêtre) un allègement des exigences d’entrée au Canada par avion.

Au début de l'été, Ottawa et les responsables de la santé publique estimaient qu'il fallait maintenir les mesures afin de suivre l'évolution de la maladie et empêcher l'introduction au pays de nouveaux variants.

Avec les informations de La Presse canadienne et Agence France-Presse.

À la une