1. Accueil
  2. Économie
  3. Finances personnelles

La culture du pourboire au Canada est viciée, selon des experts

Un terminal de paiement par carte en gros plan

Les nouvelles méthodes de paiement expliqueraient en partie la hausse des pourboires.

Photo : Radio-Canada

RCI

Les Canadiens sont souvent appelés à donner du pourboire dans les restaurants, mais pour certains experts cette pratique qui invite les clients à payer en toutes circonstances peut avoir un effet pernicieux dans le secteur du commerce.

Selon l'économiste en alimentation Mike von Massow, le pourboire est devenu une norme sociétale bien établie au Canada, surtout avec les machines de paiement.

Les terminaux de paiement ont fait en sorte qu’il soit facile pour les entreprises de proposer une option de pourboire, même dans les industries où la gratification ne faisait pas partie de leurs pratiques commerciales.

La situation est d'autant plus préoccupante, selon M. von Massow, que les données des associations commerciales canadiennes ont constaté que le pourcentage moyen de pourboire pour les restaurants a augmenté depuis le début de la pandémie, en 2020.

M. von Massow, qui est également professeur à l’Université de Guelph, a affirmé que les Canadiens s’attendent à une hausse incontrôlée des pourboires.

Je suis allé à la brasserie de mon quartier l’autre jour pour chercher quelques bouteilles. Et au moment de payer, j'ai été obligé de donner un pourboire, a soutenu M. von Massow.

Pour M. von Massow, c'est un double coup dur pour les consommateurs, parce que de plus en plus d'entreprises qui demandent des pourboires augmentent en même temps les prix de leurs produits.

Vous savez, j’ai commencé à me demander si je donne un excellent cours, je devais mettre un bocal à l'entrée de la salle. Et peut-être à la fin, pendant qu'ils [les étudiants] sortent, ils pourraient déposer quelques billets pour moi aussi. Je veux dire [tout simplement], où va-t-on avec cette situation? s'est-il interrogé.

Clients indignés, choc culturel

Oonagh Butterfield, qui est copropriétaire d'un restaurant à Toronto, a constaté que, depuis qu'ils ont ajouté une option de pourboire à leurs machines de paiement, celui-ci [le pourboire] a connu une augmentation significative.

Mais, selon Mme Butterfield, certains clients, malgré l'affichage sur l'écran tel que pour contourner l'option de pourboire, veuillez appuyer sur le vert, remettent toujours en question l'option de pourboire électronique.

Parfois, il y a un peu, je dirais, d'indignation autour du fait qu'on leur pose même la question : "voudriez-vous donner un pourboire?" Surtout s'ils achètent juste du pain, ce qui, encore une fois, est la raison pour laquelle j'essaie de faire comprendre aux gens que ce n'est pas une nécessité, a-t-elle expliqué.

Bien qu'elle ait actuellement l'option de pourboire pour les clients, Mme Butterfield affirme qu'elle est pour l'abandon de la culture actuelle du pourboire au Canada, afin que chacun puisse se voir garantir un salaire décent.

Kate Malcolm a déménagé à Port Perry, en Ontario, en 2017 en provenance du Royaume-Uni, où les pourboires ne sont pas une pratique courante. Cinq ans plus tard, elle dit qu'elle a encore du mal à comprendre la culture du pourboire au Canada.

Il n'y a aucun moyen qu'en Angleterre vous donniez 10 $, 20 $, 30 $ à un coiffeur, a-t-elle déclaré. C'est tellement cher de se faire coiffer comme ça, et puis il faut leur donner un pourboire aussi?

Mme Malcolm, qui dirige un balado destiné aux nouveaux arrivants, a inclus sa réaction aux règles non écrites du Canada en matière de pourboires dans une vidéo TikTok décrivant son choc culturel.

Supprimer les pourboires

Carl Heinrich est copropriétaire du restaurant Richmond Station de Toronto. Ils ont supprimé en juillet 2020 les pourboires, choisissant plutôt d'augmenter les prix pour payer davantage le personnel.

La culture du pourboire au Canada est très inéquitable pour payer le personnel, a-t-il fait savoir.

Mais, cette pratique est peu fructueuse, à en croire Marc Mentzer, professeur de commerce à l'Université de la Saskatchewan.

Mis à part les restaurants très haut de gamme, où les clients ne sont peut-être pas aussi sensibles au montant qu'ils dépensent, de nombreuses entreprises qui remplacent les pourboires par des frais de service ne réussissent pas, a-t-il expliqué.

Les clients aiment l'illusion d'avoir le pouvoir sur le serveur et le serveur aime l'illusion de contrôler le montant de ses propres revenus, a-t-il ajouté.

Dans un monde idéal, il n'y aurait pas de pourboire. C'est une catastrophe pour les droits de la personne. Mais c'est tellement profondément enraciné. Je pense que nous sommes coincés avec ça.
Une citation de Marc Mentzer, professeur de commerce à l'Université de la Saskatchewan.

De lourdes options de pourcentage de pourboire préprogrammées sur les machines à cartes à puce peuvent effrayer les gens en leur faisant donner un pourcentage plus élevé qu'ils n'auraient jamais envisagé auparavant, a ajouté M. Mentzer.

Tout le monde se plaint des pourboires, mais étant donné le choix entre un restaurant avec pourboire et un restaurant avec frais de service, je ne sais pas comment les clients feraient ce choix. Je pense que les clients pourraient en fait préférer l'approche du pourboire s'ils avaient le choix, a-t-il estimé.

Avec les informations de Bob Becken de CBC News

À la une