1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Ottawa accorde 2 millions $ pour les soins palliatifs aux itinérants

Élisabeth Brière devant un préau au lac des Nations.

La ministre associée à la Santé, Élisabeth Brière, a annoncé un financement de 2 millions de dollars sur quatre ans à l'organisme Excellence en santé Canada pour financer des soins palliatifs pour les personnes en situation d'itinérance ou en logement précaire.

Photo : Parti libéral du Canada

RCI

Ottawa accorde un financement de 2 millions de dollars sur quatre ans à Excellence en santé Canada pour assurer l’accès aux soins palliatifs pour les personnes en situation d’itinérance ou en logement précaire. L’annonce a été faite à la Maison du Père, à Montréal, par la ministre associée à la Santé et secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Élisabeth Brière.

La ministre a rappelé l’engagement du gouvernement fédéral de 30 millions de dollars dans le budget 2021 pour jeter de meilleures bases pour les soins de longue durée, ce qui comprend les soins de fin de vie pour les clientèles vulnérables ou en situation d’itinérance.

Nous devons avoir un système de santé plus qu’un système de soins, a indiqué Mme Brière. Selon elle, le système de santé échoue pour certains Canadiens lorsque vient le temps d’offrir des services, ce qui a été exacerbé par la pandémie de COVID-19.

Mais il demeure fondamental, a estimé Mme Brière, d’assurer le confort et la dignité pour tous les Canadiens et Québécois qui ont besoin de soins palliatifs, et tout particulièrement les plus vulnérables – les personnes sans-abri, les personnes qui sont aux prises avec une dépendance ou celles qui ont un problème de santé mentale.

En faisant l'octroi de ce financement à Excellence en santé Canada, nous prenons les moyens pour venir en aide à toutes les personnes en situation d'itinérance ou qui vivent dans des logements précaires à accéder à des soins de soutien de grande qualité et empreints de compassion pendant qu'elles font face à leur maladie limitant l'espérance de vie, a déclaré le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves Duclos dans un communiqué.

La présidente-directrice générale d’Excellence en santé Canada, la Dre Jennifer Zelmer, s’est réjouie des fonds annoncés mercredi par Ottawa. Il s’agit pour elle d’offrir des services de santé de qualité pour tous. Car elle a souligné les difficultés d’accès pour les personnes en logement précaire, qui subissent souvent de la discrimination.

Or, pour Mme Zelmer, les personnes en situation de vulnérabilité ont des besoins particuliers en fin de vie. Elle a admis du même souffle qu’il y a des obstacles pour recevoir des soins. Mais nous savons que [de meilleurs services] sont possibles, a soutenu Mme Zelmer.

Le financement de 2 millions de dollars sur quatre ans permettra d’assurer l’accès aux soins palliatifs à davantage de personnes en situation d’itinérance, et à améliorer l’expérience que vivent ces personnes au stade ultime de leur vie.

Le programme piloté par l'organisme Excellence en santé Canada va comprendre 20 communautés, mais elle en accueillera 10 supplémentaires en 2024. Excellence en santé Canada va développer des partenariats avec des organismes partout au pays, notamment Partenariat canadien contre le cancer, et la Maison du Père.

La Maison du Père bonifiera ses services

La directrice des services cliniques à la Maison du Père, Jaëlle Begarin, a salué l’annonce de financement pour les soins de vie. Elle a insisté notamment sur le continuum de soins qui sont offerts à la Maison du Père, et sur la transformation de la clientèle depuis les vingt dernières années.

Ainsi, pour Mme Begarin, la moyenne d’âge des personnes qui sont hébergées à la Maison du Père ne cesse d’augmenter, alors que près de 70 % de la clientèle a 55 ans et plus. Mais si la population itinérante est vieillissante, la vie dans la rue est aussi un enjeu de santé physique, a-t-elle rappelé.

La Maison du Père souhaite donc assurer un accès à des soins de santé spécialisés et à des soins palliatifs à sa clientèle qui en éprouve le besoin. Car ces soins ont pris davantage d’espace depuis la pandémie, a noté Mme Begarin.

Le respect et l’équité sont au cœur de la démarche de la Maison du Père, croit sa directrice des services cliniques. Les sans-abri ont aussi le droit de mourir entourés des gens qu’ils aiment, et l’accès aux soins palliatifs adaptés permettra aux usagers de pouvoir terminer leurs jours en toute dignité.

L’annonce d’Excellence en santé Canada nous donne de l’espoir, a affirmé Mme Begarin, et permettra de donner une valeur ajoutée aux services de santé déjà offerts à la Maison du Père.

À la une