1. Accueil
  2. Économie
  3. Immobilier

Une baisse des prix des maisons à l’horizon à l’Île-du-Prince-Édouard

La façade d'une maison avec un panneau indiquant « vendu ».

L'étude du centre de services financiers Desjardins fait une comparaison avec les prix enregistrés en février dernier, moment où l'augmentation des prix en était à son maximum (archives).

Photo : Reuters / Chris Helgren

Gabrielle Drumond
Gabrielle Drumond

Les prix des maisons devraient connaître une baisse de 25 % à l’Île-du-Prince-Édouard d’ici la fin 2023, selon le centre de services financiers Desjardins.

Cette étude fait une comparaison avec les prix enregistrés en février dernier, moment où l'augmentation des prix en était à son maximum.

Pour Francis Thériault, courtier immobilier et propriétaire de PEI Agents Realty et de Maison Maritime House, il est possible qu’il y ait des variations dans les prix des maisons à l’île avant que l’on connaisse une baisse.

Il faut s’attendre à une fluctuation de mois en mois. La beauté pour les acheteurs à l’heure actuelle, c’est qu’il y a un plus grand inventaire de maisons [sur le marché], et il y a une plus large négociation avec les vendeurs.
Une citation de Francis Thériault, courtier immobilier

Il rappelle aussi que la réduction des prix pourrait arriver plus lentement dans certaines régions de l’île.

Une maison à bordure de mer, on le sait tous, ces maisons sont encore très en demande, on ne peut pas mettre tout ça dans un même panier, précise-t-il.

Francis Thériault pose pour la photo.

Pour Francis Thériault, courtier immobilier et propriétaire de PEI Agents Realty et de Maison Maritime House, il faudrait s'attendre à ce la réduction des prix tardent à arriver dans certaines régions de l’île.

Photo : Gracieuseté Francis Thériault

Pour Marc Desormeaux, l’économiste principal chez Desjardins, les provinces de l’Atlantique représentent celles où les prix devraient baisser le plus, car elles ont connu une augmentation fulgurante dans les dernières années.

De manière générale, nous pensons que les provinces de l’Atlantique ont probablement la plus grande distance à parcourir en termes de prix des maisons au cours des deux prochaines années.
Une citation de Marc Desormeaux, l’économiste principal chez Desjardins

Le Nouveau-Brunswick sera la province où la réduction des prix sera la plus prononcée, soit 29 %.

La Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador devront connaître des baisses de 27 % et de 11 % respectivement.

Une maison en construction.

Le prix moyen des maisons vendues à l'île a augmenté de 5,8 % en juillet dernier comparativement à juillet 2021, selon l’Association immobilière de l’Île.

Photo : La Presse canadienne / Brian McInnis

Marc Desormeaux explique néanmoins qu’une chute des prix ne signifie pas nécessairement que les maisons sont plus abordables, à cause de la hausse des taux d’intérêt établie par la Banque du Canada en juillet dernier.

Les prix baissent, mais le coût de l’emprunt est plus élevé maintenant, a-t-il dit.

Il ne s’attend pas à ce que les prix des maisons canadiennes reviennent aux chiffres d’avant la pandémie.

James Marjerrison pose pour la photo.

Une baisse du nombre de maisons vendues à l’île serait un signe du ralentissement du marché immobilier, selon le président de l’Association immobilière de l’île, James Marjerrison.

Photo : Gracieuseté James Marjerrison

En attente d’une baisse à l’île

Pour l’instant, cette baisse ne s’est toutefois pas encore fait sentir à l’île.

Le prix moyen des maisons vendues dans la province a augmenté de 5,8 % en juillet dernier comparativement à juillet 2021, selon l’Association immobilière de l’Île.

Néanmoins, une baisse de 22 % du nombre de maisons vendues à l’île dans cette même période serait un signe du ralentissement du marché immobilier, selon le président de l’Association immobilière de l’île, James Marjerrison.

Nous avons certainement vu un certain nombre de ventes diminuer au cours des deux derniers mois, ce qui indiquerait un marché plus équilibré.
Une citation de James Marjerrison, président de l’Association immobilière de l’île

Un avis partagé par Francis Thériault qui rappelle que cette baisse fait en sorte que l'éventail des maisons soit plus large en ce moment à l’île.

Présentement on remarque chez nous une diminution de l’achalandage, ce qu’on ne voyait pas depuis une bonne dizaine d’années, ajoute-t-il.

Avec des informations de CBC

Gabrielle Drumond
Gabrielle Drumond

À la une