1. Accueil
  2. Société
  3. Drogues et stupéfiants

Une Mi’kmaw rejette les drogues et l’alcool et lance une marque de vêtements

Tyra Paul tient un de ses t-shirts.

Tyra Paul a lancé une marque de vêtements connue sous le nom de Drip Avenue 902. Elle fait également don d'une partie des profits pour soutenir les programmes de santé mentale dans la province.

Photo : Radio-Canada / Erin Pottie

RCI

Tyra Paul s’est complètement détournée des drogues et de l’alcool et elle a lancé sa petite entreprise. Elle veut maintenant montrer aux autres qu'il y a une vie au-delà de la dépendance.

L'hiver dernier, la jeune femme de 26 ans a démarré une entreprise de vêtements pour rendre hommage à ses racines mi'kmaw.

Le logo de Drip Avenue 902 représente une goutte d'eau et un attrape-rêve, avec l'indicatif régional de la Nouvelle-Écosse.

Tyra Paul est originaire de la Première Nation de Pictou Landing, mais elle vit maintenant à Sydney, en Nouvelle-Écosse.

Pendant des années, j'ai pensé que les drogues étaient quelque chose que tout le monde faisait!
Une citation de Tyra Paul, jeune entrepreneure mi'kmaw

Elle fait part de son histoire par le biais de son entreprise en espérant que d'autres ne commettent pas les mêmes erreurs qu’elle.

Elle raconte comment elle a commencé à fumer du cannabis à 13 ans et à consommer de l'alcool. Après l'université, elle a été initiée à des stimulants tels que la cocaïne et l'Adderall.

Puis, après des années de toxicomanie, elle a reçu un diagnostic de trouble bipolaire.

Les médicaments prescrits pour son état ont mené à un trouble musculaire qui va et vient.

Je pense que c’est vraiment important de partager mon histoire et la façon dont les médicaments m’affectent, pour que les gens en tirent des leçons, dit-elle. Ce que je traverse, je ne le souhaite à personne.

Tyra Paul est tout sourire et son chien se lèche les babines.

Tyra Paul, a fondé la marque de vêtements Drip Avenue 902. Elle tient sur cette photo son chien Wowkwis.

Photo : Radio-Canada / Erin Pottie

Elle avoue que raconter son histoire n'est pas facile, mais c'est ce qu'elle veut faire.

Ses vêtements sont fabriqués au Canada et seront utilisés pour soutenir des causes telles que les services de santé mentale et de toxicomanie en Nouvelle-Écosse. Elle a déjà récemment fait don de 500 $ à la fondation QEII pour ses services de santé mentale en ligne.

Le pasteur Dave Sawler, qui a fondé le centre pour jeunes de Glace Bay, dit que beaucoup des adolescents de sa communauté se battent contre des dépendances. Il croit qu’ils ont besoin de modèles comme Tyra Paul.

Chaque fois qu'il y a quelqu'un qui a réussi à s'en sortir, c'est un encouragement pour les gens qui peuvent penser qu'il n'y a pas d'espoir, dit-il.

Avec les informations de Erin Pottie, de CBC

À la une