1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique internationale

Mélanie Joly ne serrera pas la main de Sergueï Lavrov au Sommet du G20

Mélanie Joly prononce un discours. On voit le logo de l'OTAN derrière elle.

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, lors du sommet de l'OTAN en juin dernier.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, ne serrera pas la main de son homologue russe, Sergueï Lavrov, à la réunion du G20 à Bali, en Indonésie, prévue cette semaine.

Elle a indiqué à La Presse canadienne qu'elle prévoyait plutôt relever les mensonges du ministre russe des Affaires étrangères au sujet de l'invasion de l'Ukraine.

Je vais le confronter sur les faits et exposer le récit de la Russie pour ce qu'il est : mensonges et désinformation, a-t-elle précisé dans une réponse écrite aux questions.

En mars, Mme Joly s'est jointe à beaucoup d'autres délégués en se retirant d'une réunion des Nations unies à Genève lorsque M. Lavrov, contre qui le Canada avait imposé des sanctions (nouvelle fenêtre) quelques jours plus tôt, a commencé son allocution.

Situation diplomatique difficile

Mais la présence du Canada aux côtés de la Russie en Indonésie crée une situation diplomatique difficile au G20.

Le ministre Lavrov est l'un des partisans les plus virulents de l'invasion de l'Ukraine et des arguments du président Vladimir Poutine.

Mme Joly a récemment déclaré qu'il était inacceptable qu'un diplomate canadien assiste à une réception organisée par l'ambassade de Russie à Ottawa (nouvelle fenêtre).

Elle a cependant ajouté que si elle et d'autres ministres des Affaires étrangères opposés à l'invasion russe de l'Ukraine n'assistaient pas au Sommet du G20, cela pourrait jouer en faveur du Kremlin, lui permettant de faire valoir sa version de la guerre.

Si le Canada n'est pas à la table, la Russie gagne, a-t-elle souligné. Nous ne pouvons pas céder aux mensonges russes, a-t-elle déclaré.

La Russie a perpétré des atrocités à grande échelle en Ukraine, et elle menace de provoquer une famine mondiale. Mais la Russie nie ces faits et diffuse de la désinformation pour échapper à la responsabilité internationale.
Une citation de Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères du Canada

Dans un communiqué, Affaires mondiales Canada a déclaré que la présence de Mme Joly donnera l'occasion de contrer directement la désinformation des représentants du régime russe.

Le Canada ne cédera pas la parole à la propagande russe cherchant à justifier l'invasion illégale d'un voisin souverain, peut-on y lire.

De nombreuses rencontres boycottées depuis le début de la guerre

Depuis l'invasion de l'Ukraine, Mme Joly et d'autres ministres ont refusé d'être présents lorsque la Russie prend la parole lors de sommets.

En avril, la vice-première ministre Chrystia Freeland a aussi quitté une réunion du G20 (nouvelle fenêtre) des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales à Washington pour protester contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Chrystia Freeland, un micro à la main.

Chrystia Freeland a demandé à plusieurs reprises à ce que la Russie soit expulsée du G20.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

En mai, la ministre du Commerce international, Mary Ng, s'est jointe à ses homologues des États-Unis, d'Australie, du Japon et de Nouvelle-Zélande pour quitter une réunion (nouvelle fenêtre) de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique à Bangkok lorsque le représentant russe a commencé à parler.

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le Canada participerait à la réunion des dirigeants du G20 en novembre, même si le président Vladimir Poutine y participait également, affirmant qu'il était important de contrer la voix que la Russie aura à cette table.

Des déclarations controversées de Sergueï Lavrov

Le ministre Lavrov a mené une série d'entretiens, y compris avec la British Broadcasting Corporation, pour tenter de justifier l'invasion de l'Ukraine par la Russie et ses tactiques.

Le président Poutine aurait d'ailleurs présenté ses excuses au premier ministre israélien après que M. Lavrov eut déclaré à la télévision italienne qu'Adolf Hitler était en partie juif (nouvelle fenêtre). Le ministre des Affaires étrangères a fait ces remarques dans le but de justifier l'invasion russe comme une tentative de dénazification de l'Ukraine, même si le président ukrainien est juif.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov

Photo : AFP/Getty Images / ALEXANDER ZEMLIANICHENKO

Le sommet en Indonésie abordera les pénuries alimentaires à la suite de l'invasion de l'Ukraine, qui a empêché l'exportation de millions de tonnes de blé vers des pays en développement.

Mme Joly discutera également de l'avancement de l'égalité des femmes dans le monde et de la protection de l'environnement ainsi que de la construction d'économies résilientes après la pandémie.

Le G20 est composé des plus grandes économies du monde, dont les États-Unis, l'Inde, la Chine, l'Afrique du Sud, le Mexique, l'Australie, l'Italie et le Royaume-Uni.

Ensemble, ces pays sont responsables d'environ 80 % de la production économique mondiale et représentent les deux tiers de la population mondiale.

À la une