1. Accueil
  2. Santé
  3. Coronavirus

COVID-19 : l’Ontario est déjà dans une nouvelle vague, selon des experts

Une femme se fait vacciner dans l'épaule.

Des experts encouragent les personnes à haut risque à recevoir leurs doses de rappel. (Archives)

Photo : CBC/Evan Mitsui

Freddy Mata

Le Dr Hugues Loemba, virologue, chercheur à l'Hôpital Montfort et professeur agrégé de médecine à l'Université d'Ottawa, soutient que l'Ontario fait déjà face à une nouvelle vague de COVID-19. Selon lui, l’analyse des eaux usées dans la province l’atteste.

Il y a une semaine, les responsables du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 annonçaient que le sous-variant d'Omicron BA.5 (nouvelle fenêtre) serait bientôt dominant dans la province.

On est dans la nouvelle vague. [... ] Si l'on se fie aux analyses des eaux usées, on voit bien qu’il y a une remontée.
Une citation de Dr Hugues Loemba, virologue, chercheur à l'Hôpital Montfort et professeur agrégé de médecine à l'Université d'Ottawa
Le Dr Hugues Loemba dans son bureau.

Le virologue Hugues Loemba de l'Hôpital Montfort à Ottawa.

Photo : Photo fournie par le Dr Hugues Loemba

Selon le Dr Isaac Bogoch, infectiologue et professeur adjoint à l’Université de Toronto, tout au long du mois de juin, la surveillance de la COVID-19 dans les eaux usées montre l'augmentation des données. Il souligne que ces données sont des indicateurs importants pour constater l'évolution de la maladie.

Il y a effectivement une augmentation du nombre de personnes qui ont reçu un test positif à la COVID-19 , dit-il.

Le Dr Loemba précise que les experts n'ont pas la vraie image de la situation, car ne disposant pas des chiffres complets. Si plus de gens pouvaient faire des tests PCR, on allait avoir de meilleurs chiffres.

Depuis la fin du mois de décembre, seulement certaines populations à très haut risque et certains travailleurs à risque en raison de leur emploi ont accès aux tests PCR en Ontario (nouvelle fenêtre).

À Toronto, les éclosions actives de COVID-19 dans les établissements, les nouvelles hospitalisations et les nouvelles admissions aux soins intensifs restent stables, peut-on lire dans un courriel écrit à Radio-Canada par un porte-parole de Santé publique Toronto.

La vague actuelle est moins importante que les vagues précédentes, indique le Dr Hugues Loemba. On a depuis deux à trois semaines des signaux qu’il y a quelques cas qui commencent à être répertoriés, mais ce n'est pas pire qu’avant, fait-il observer.

La moyenne quotidienne d’hospitalisations dans la province était de 163 du 19 au 25 juin 2022.

Le port du masque, le moyen le plus sûr

Si les efforts de vaccination n’avaient pas été consentis lors de vagues précédentes, le nombre d’hospitalisations serait plus important que ce que connaît actuellement la province, disent les infectiologues.

Ainsi, recevoir toutes les doses recommandées offre une solide protection contre les conséquences graves de la maladie, confient-ils.

Mercredi, le professeur de santé publique Barry Pakes, de l'Université de Toronto a rappelé l’importance de se faire vacciner avec au moins trois doses. Toute personne en Ontario qui n'a pas reçu sa troisième dose, c’est maintenant le moment de le faire. Vous avez vraiment besoin de la troisième dose afin de vous protéger, a-t-il déclaré.

Pour l’infectiologue ontarien Neil Rau, les personnes à haut risque ne devraient pas négliger cette recommandation. Pour les populations à haut risque des conséquences néfastes par l’Omicron ou ses variants, ça vaut la peine de recevoir la 3e ou la 4e dose de vaccin , insiste le Dr Neil Rau.

Le Dr Hugues Loemba, estime que seule la vaccination ne peut empêcher la transmission des sous-variants BA.4 et BA.5.

Il estime que le port du masque est le moyen le plus sûr pour éviter la transmission et protéger la population durant cette vague estivale. Le plus payant par rapport à la pandémie, c’est remettre les masques et certaines restrictions au moins au niveau des espaces intérieurs, indique le Dr Loemba.

Avec des informations de CBC

Freddy Mata

À la une