1. Accueil
  2. Environnement
  3. Feux de forêt

Malgré les inondations, le Manitoba n’est pas à l’abri des feux de forêt

Un feu et de la fumée au loin dans la forêt.

En 2021, plus de 1,2 million d'hectares de végétation a brûlé au Manitoba, ce qui constituait un nouveau record. (archives)

Photo : Radio-Canada / Colleen Liske

Anne-Charlotte Carignan
Anne-Charlotte Carignan

Il suffirait de quelques jours de chaleur et de beau temps pour que le Manitoba se retrouve aux prises avec des feux de forêt, selon le chercheur en écologie forestière du Service canadien des forêts Yan Boulanger.

Les inondations qu’a subies la province ne font que retarder la saison des feux, explique-t-il.

Dans le reste du pays, le risque d'incendie varie d'une région à l'autre (nouvelle fenêtre), selon le Système canadien d’information sur les feux de végétation. Yan Boulanger précise que les Prairies sont normalement plus à risque de subir des incendies en raison de la présence de forêts boréales.

C’est notamment le cas dans le nord du Manitoba, note le chercheur.

Lorsqu’on regarde les prévisions à long terme pour la région, on s’attend à ce que, partout dans les provinces de l'Ouest, on se retrouve avec des conditions [de risques] qui sont au-dessus de la normale.

Carte des risques d'incendies au Canada, en date du 5 juillet 2022. Agrandir l’image (nouvelle fenêtre)

Risques d'incendie au Canada en date du 5 juillet 2022. Les régions vont du bleu au rouge, soit de risque faible à extrême.

Photo : Ressources naturelles Canada

Depuis le début de l'année, 29 feux de forêt ont été répertoriés au Manitoba par le Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC). En tout, un peu plus de 6400 hectares de forêts ont déjà brûlé.

En moyenne, 100 834 hectares brûlent chaque année dans la province depuis 5 ans.

En 2021, le Manitoba avait eu une année record en matière d’incendies (nouvelle fenêtre), lorsque l’équivalent d’environ 27 fois la superficie de la ville de Winnipeg avait brûlé au Manitoba, pour un total de 1 266 550 hectares.

Avec les changements climatiques, plus de feux

Un avion qui sert à combattre les feux de forêt dans le ciel rempli de fumée.

Depuis 1990, en moyenne 2,5 millions d’hectares de végétation brûlent chaque année au pays, selon Ressources naturelles Canada. (archives)

Photo : Fournie par Sharon Beauchamp

Avec l’augmentation des températures, on s’entend à ce que la superficie des aires brûlées soit de deux à quatre fois plus importante d’ici la fin du siècle, note Yan Boulanger.

C’est une tendance qui s’observe déjà, explique le chercheur, puisque, tous les 10 ans, il y a 300 000 hectares de plus de forêts qui brûlent.

Bien que ce soit assez variable d’une saison à l’autre, la tendance est claire lorsqu’on regarde les données sur le long terme, dit-il.

Yan Boulanger conseille à la population de respecter les interdictions de feux à ciel ouvert ou de travail en forêt qui sont mises en place par les autorités. De telles mesures permettent de prévenir le déclenchement de nouveaux incendies.

Anne-Charlotte Carignan
Anne-Charlotte Carignan

À la une