1. Accueil
  2. Économie
  3. Transports

Des turbulences en vue pour les vacances : Air Canada réduit ses vols pour l’été

Cette décision, prise à contrecœur par le transporteur, entraînera des annulations de vol et de fâcheuses conséquences pour une partie de la clientèle.

Un avion d'Air Canada décolle.

Air Canada retranchera plus de 150 vols à sa capacité quotidienne en juillet et en août.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

RCI

Air Canada diminuera sa capacité de 154 vols par jour en juillet et en août afin d’amener les volumes et les flux de passagers à un niveau qu’il estime viable pour le système de transport aérien.

Jusqu’à cette semaine, le transporteur effectuait une moyenne de 1000 vols quotidiennement. Selon Peter Fitzpatrick, porte-parole d’Air Canada, trois destinations seront temporairement suspendues, soit celle entre Montréal et Pittsburgh, une autre reliant Baltimore à Kelowna et une dernière allant de Toronto à Fort McMurray.

La plupart des vols touchés partent ou sont à destination des aéroports de Montréal et de Toronto, ajoute M. Fitzpatrick.

Air Canada soutient que les modifications vont toucher majoritairement des vols de soir et de nuit de petits appareils sur des itinéraires intérieurs et transfrontaliers. Les vols internationaux ne devraient pas être touchés à l'exception de possibles légers changements d'heures de départ.

La situation est malheureusement loin d’être normale pour notre industrie à l’échelle mondiale, et cela nuit à nos activités et à notre capacité à vous servir avec notre degré d’attention habituel, a indiqué le président et chef de la direction d’Air Canada, Michael Rousseau, dans une lettre transmise à la clientèle mercredi soir.

Le dirigeant écrit que la reprise du transport aérien après plus de deux ans de pandémie a créé une pression extraordinaire et imprévue sur tous les éléments du système de transport aérien à l’échelle mondiale.

Malgré une planification détaillée et rigoureuse de la reprise des activités, un rythme d'embauche élevé et des investissements dans les appareils et l'équipement, nous devons nous rendre à l’évidence que les défis complexes et inévitables de l’industrie ont également perturbé les activités d’Air Canada, a constaté Michael Rousseau.

Fâcheuses conséquences pour certains clients

Pour toutes ces raisons et dans le but d'atteindre un degré de stabilité opérationnelle nécessaire, Air Canada a choisi à contrecœur de réduire substantiellement ses vols en juillet et en août.

Le président et chef de la direction d'Air Canada soutient que c'est une décision difficile, parce qu’elle entraînera d’autres annulations de vol et de fâcheuses conséquences pour certains clients.

Toutefois, en procédant aux annulations à l’avance, nous donnons le temps aux clients touchés d’examiner et de prendre d’autres dispositions, au lieu de voir leurs plans de voyage perturbés peu de temps avant ou pendant leur voyage avec peu de solutions de rechange disponibles. Cela nous permettra aussi d’offrir un service convenable à toute notre clientèle.

Au nom de toute l’équipe d’Air Canada, je vous présente mes sincères excuses pour les modifications que vous avez dû ou pourriez devoir apporter à votre plan de voyage dans ce contexte sans précédent.
Une citation de Michael Rousseau, président et chef de la direction d'Air Canada

Il va falloir réduire l’offre

Plus tôt mercredi, le PDG d’Aéroports de Montréal (Aéroports de Montréal), Philippe Rainville, avait tiré la sonnette d’alarme (nouvelle fenêtre) en affirmant que les services d'Aéroports de Montréal ne pourront pas faire face au flux de voyageurs.

Il avait indiqué que l’aéroport Montréal-Trudeau songeait à annuler des vols durant la période estivale. La réduction de l'offre était la seule solution, disait-il.

Le PDG d’Aéroports de Montréal avait notamment évoqué l’épineux problème du manque de main-d’œuvre.

On a beaucoup de gens qui partent parce que la situation devient intenable. Il faut remotiver ces gens-là et réembaucher, a-t-il dit.

Un passager cherche ses son bagage parmi une pile de valises et de sacs non réclamés à l'aéroport Pierre Elliott Trudeau, à Montréal.

Le reportage de Marie-Michelle Lauzon

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Près de la moitié des vols retardés

Durant la période du 22 au 28 juin, un grand nombre de retards a été enregistré dans les grands aéroports du pays comme Montréal ou Toronto.

Quelque 44 % des vols ont été retardés et 8,5 % ont été annulés, selon des données de la firme Data Wazo.

Des passagers ont indiqué avoir reçu des courriels de dernière minute les informant de retards répétés, de changements d'avion ou de nouvelles réservations prévues des jours après leur heure de départ initiale. Les raisons évoquées vont des pilotes absents et des bagagistes surchargés aux entretiens mécaniques non planifiés.

Plusieurs secteurs de l’activité portuaire sont touchés par des difficultés, notamment le manque de personnel et le nombre important de passagers. Cela provoque une perturbation de toute la chaîne logistique.

À la une