1. Accueil
  2. Économie
  3. Tourisme

Quand le tourisme se conjugue avec l’augmentation des prix à la pompe

Des catamarans sont à l'eau à Carleton-sur-Mer.

Des participants étaient à l'eau vendredi à Carleton-sur-Mer.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Jean-François Deschênes

Selon une enquête de CAA Québec, la hausse du coût de l'essence modifiera la façon de voyager de nombreux visiteurs cet été. Les touristes seront présents, mais une fois sur place, limiteront leurs visites et déplacements.

Selon le porte-parole et expert automobile de l'organisme, Jesse Caron, les gens veulent sortir de chez eux. Cependant, c'est l'horaire des activités rendu sur les lieux qui changera pour 43 % de ceux qui voyageront dans la belle province.

La cause : l'explosion du prix de l'essence des derniers mois (nouvelle fenêtre). Les gens veulent se rendre un peu plus loin, ils veulent sortir de leur région.

Ils ont quand même des impératifs financiers, un budget dont il doivent tenir compte. Ça va peut-être venir diminuer un peu ce qu’ils vont faire rendu là bas.
Une citation de Jesse Caron, porte-parole et expert automobile chez CAA Québec, Jesse Caron

Principales destinations vacances envisagées des Québécois

  • 65 % Québec
  • 11 % Autre province canadienne
  • 10 % États-Unis
  • 5 % Europe

Source : CAA Québec

Top 5 des destinations québécoises

  • 21 % Gaspésie
  • 17 % Charlevoix
  • 14 % Québec
  • 14 % Laurentides
  • 14 % Bas-Saint-Laurent

Source : CAA Québec

Déjà des impacts

Depuis 2016, le propriétaire Pêche sportive Baie-des-Chaleurs, Benoît Cantin, guide les touristes dans des excursions de pêche (nouvelle fenêtre) sur l'eau à Carleton-sur-Mer. Il a remarqué cette année une baisse considérable de ses réservations pour le mois de juin.

Ça a un impact sur l’achalandage présentement, exprime celui qui est convaincu d'avoir trouvé le coupable de cette disette.

S’ils [les touristes] ont plus d’essence à dépenser dans leur voyage en Gaspésie, ils vont peut-être choisir des activités qui sont moins onéreuses, comme faire de la plage ou de la randonnée pédestre.
Une citation de Benoît Cantin, propriétaire de Pêche sportive Baie des Chaleurs
Benoît Cantin conduit un bateau.

Le propriétaire de Pêche sportive Baie des Chaleurs, Benoît Cantin, attend les touristes avec impatience.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

Cependant, certaines activités touristiques demeurent incontournables.

C’est le cas du parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé ainsi que du parc national de Miguasha  (nouvelle fenêtre)selon le directeur des deux endroits, Rémi Plourde.

Je pense que les produits d’appel restent des moteurs, des produits attractifs et je le vois au niveau de l’achalandage.
Une citation de Remi Plourde, directeur du parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé et du parc national de Miguasha
Rémi Plourd, directeur du parc de Miguasha.

Le directeur du parc national de Miguasha, Rémi Plourde, estime que certaines attractions comme les parcs restent incontournables pour les visiteurs (photo d'archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Certains touristes rencontrés à Carleton-sur-Mer font des choix économes comme Fanny-Allaire Poliquin de Matane qui va se questionner avant de faire chacune de ses dépenses En ce moment, je pense plus en mode économie. Est-ce qu’il y a moyen d’économiser ou est-ce qu’il y a moyen d’acheter un peu moins cher certains items? Est-ce que j’en ai vraiment besoin?

D'autres, comme Rodolphe Valiquette de Saint-Jean-sur-Richelieu, veulent profiter de leurs vacances peu importe le coût. Parce que moi je me prive de rien. Je peux aller où je veux, je peux passer la journée en bateau, ça [le coût de l'essence] ne me prive pas.

Toujours selon CAA Québec, le budget des Québécois pour les vacances serait passé de 1300 $ à environ 1600 $.

D'après les informations de Louis Pelchat-Labelle

Jean-François Deschênes

À la une