1. Accueil
  2. Société
  3. Autochtones

Le pape François viendra au Canada malgré ses douleurs au genou

Le pape muni d'une canne est aidé par un cardinal.

Le reportage de Mathieu Gohier

Photo : AP / Gregorio Borgia

Tiphanie Roquette
Mirna Djukic

Le Vatican a confirmé que le pape François viendra au Canada à la fin du mois de juillet malgré ses douleurs au genou. Son voyage prévu du dimanche 24 au vendredi 29 juillet l'amènera à Edmonton, à Québec et à Iqaluit.

Selon l’archevêque d’Edmonton, Richard Smith, qui coordonne la visite du pape, cette annonce en dit long sur la détermination du pape à être ici.

Il s’agit d’une visite très attendue par les Premières Nations, les Métis et les Inuit, qui avaient demandé au pape de venir s’excuser en sol canadien pour le rôle de l’Église catholique dans la gestion des pensionnats pour Autochtones et les mauvais traitements infligés par des religieux dans ces établissements.

Des excuses attendues à Maskwacis

Le pape s’était excusé une première fois (nouvelle fenêtre) pour la conduite déplorable de ces membres de l’Église catholique en avril dernier au Vatican.

Un grand nombre de Métis, d'Inuit et de Premières Nations réclament cependant qu’il s’excuse explicitement pour le rôle de l’Église catholique en tant qu’institution, ainsi que pour le projet global des pensionnats pour Autochtones.

Le pape est conscient de tout cela. Que seront exactement ses mots quand il prendra la parole? Nous devrons tous attendre de les entendre pour le savoir, a affirmé Richard Smith jeudi.

Il a cependant ajouté que, lorsque le pape parle c’est toujours au nom de l’Église. Il est le chef de l’Église, après tout.

L’archevêque dit qu’il s'attend à ce que le pape François fasse son discours principal lors de son premier arrêt, à Maskwacis, une communauté juste au sud d’Edmonton, où vivent plusieurs nations cries.

Il a cependant précisé qu’il ne pouvait pas le dire avec certitude.

Des problèmes de mobilité

Le Vatican avait annoncé que le pape comptait visiter le Canada pour continuer ses discussions avec les Autochtones le mois dernier (nouvelle fenêtre). La santé du Saint-Père inquiétait toutefois son entourage et laissait planer le doute sur le nombre d’événements publics qu’il pourrait y avoir.

L’itinéraire confirme bien son passage dans les trois villes canadiennes avec des arrêts de plusieurs jours à Edmonton et à Québec. La venue du pape au Nunavut ne durera que quelques heures.

L’archevêque Richard Smith a par ailleurs précisé que le nombre d’arrêts sera limité, parce que le pape ne peut pas se déplacer en hélicoptère, par exemple.

Il ne pourra donc pas visiter plusieurs lieux où se trouvaient d’anciens pensionnats, contrairement à ce que certains espéraient.

Étant donné ses problèmes de mobilité, ce n’est pas possible, a dit l’archevêque.

Il s’arrêtera cependant à un endroit, celui du pensionnat d’Ermineskin, lors de sa visite à Maskwacis.

Je vais aller le voir pour ma grand-mère

Célina Yellowbird, Française et Crie de la Nation Alexander, à l’est du lac St-Anne en Alberta, est déçue de l’itinéraire annoncé.

S’il était sérieux par rapport à ses excuses, il irait à chaque province pour s’excuser. Parce que c’est chaque province qui a eu des écoles résidentielles, chaque province qui a des gens qui ont perdu des membres de leurs familles, croit-elle.

Elle comprend que le pape a des problèmes de santé, mais quand même, ça lui a pris des années avant d’accepter de faire ce voyage, rappelle-t-elle.

La jeune femme a tout de même l’intention de se rendre sur place pour voir le Saint-Père.

Surtout je vais aller le voir pour ma grand-mère, et pour mes oncles et mes tantes qui ne sont plus là à cause des écoles résidentielles. Ils sont tous morts à cause de ce traumatisme, de l’alcool et des drogues.

Elle veut l’entendre s’excuser en personne, et dire à mes enfants que oui, j’étais là pendant ce moment historique.

Quelques représentants de communautés autochtones albertaines ont partagé leur enthousiasme face à la visite du Saint-Père lors de la conférence de presse organisée par l'archidiocèse d’Edmonton, jeudi.

En tant que survivant d’un externat pour Autochtones, je vais pouvoir continuer ma guérison et c’est important pour moi d’entendre [les excuses du pape François], a dit Ferny Marty, un aîné affilié à l’Église Sacré-Coeur d’Edmonton.

Le ministre canadien des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a promis que le gouvernement fera tout ce qu’il peut pour aider les survivants de pensionnats qui le souhaitent à se rendre sur place.

Je ne peux pas vous donner de chiffres maintenant, mais [...] nous nous assurerons qu’ils peuvent y aller sans que ça leur coûte un bras, a-t-il promis.

Il a ajouté qu’il fallait bien planifier le tout pour éviter que ces voyages se transforment en cauchemar logistique.

On ne veut pas se retrouver avec des aînés coincés dans des aéroports en plein été, a-t-il glissé.

Premier arrêt en Alberta

Selon l’itinéraire publié jeudi sur le site du Vatican, le Saint-Père sera accueilli officiellement à l’aéroport d’Edmonton dans la matinée du dimanche 24 juillet. 

Sa première journée complète au Canada sera consacrée à des rencontres avec les peuples autochtones. La première aura lieu à Maskwacis. La deuxième aura lieu à l’Église Sacré-Coeur d’Edmonton avec des Autochtones et des membres de la paroisse.

Le grand public aura l’occasion de voir le pape lors d’une messe au stade Commonwealth de la capitale albertaine.

Le Saint-Père participera ensuite au pèlerinage du lac Sainte-Anne, qui revêt une grande importance à la fois pour les catholiques, les Premières Nations et les Métis de la province.

Deuxième arrêt : Québec

Le pape François quittera ensuite l’Alberta le mercredi 27 juillet pour se rendre à Québec, où il sera accueilli par la gouverneure générale du Canada à la Citadelle.

Il y rencontrera également le premier ministre Justin Trudeau ainsi que des représentants autochtones et des membres du corps diplomatique.

Le jeudi 28 juillet sera consacré à des événements accessibles au grand public avec notamment une messe au Sanctuaire national de Sainte-Anne-de-Beaupré. Les vêpres seront ensuite célébrées à la Cathédrale Notre-Dame de Québec.

Quelques heures au Nunavut

Le pape conclura sa visite au Canada le vendredi 29 juillet en rencontrant des membres de la compagnie de Jésus et une délégation d’Autochtones le matin.

Il se rendra ensuite au Nunavut, mais sa visite à Iqaluit ne durera que quelques heures. Selon l’itinéraire, le pape François y rencontrera quelques anciens élèves des pensionnats pour Autochtones.

La dernière rencontre du pape en sol canadien aura lieu avec des jeunes et des personnes âgées à l’école primaire d’Iqaluit avant son départ vers Rome le soir même.

Tiphanie Roquette
Mirna Djukic

À la une