1. Accueil
  2. Économie
  3. Relations de travail

Les agents de contrôle de 42 aéroports commencent à exercer des moyens de pression

Des gens font la file à l'aéroport Pearson de Toronto.

Des gens attendent en file à l'aéroport Pearson de Toronto au mois de mai. Le manque de personnel à la sécurité et aux douanes explique en partie les délais dans les aéroports. Malgré l'embauche de 850 agents de contrôle en avril, il y a un fort roulement de personnel dans les aéroports au pays (archives).

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La Presse canadienne

Les agents de contrôle des aéroports ont entrepris des moyens de pression pour protester contre ce qu'ils considèrent comme étant de mauvaises conditions de travail, des salaires trop bas et un « manque de respect » de la part du gouvernement à leur endroit.

Le directeur national du Syndicat des Métallos, Marty Warren, a indiqué que les agents de contrôle porteront leurs vêtements personnels plutôt que leur uniforme dans 42 aéroports à compter de lundi afin d'attirer l'attention sur leurs salaires et sur leurs conditions de travail, tandis que se poursuivent les négociations en vue de nouvelles conventions collectives.

Ottawa tente de réagir aux files d'attente interminables, aux retards de nombreux vols et aux perturbations dans les aéroports – particulièrement à l'aéroport Pearson de Toronto – en partie à cause d'une pénurie de main-d'œuvre à la sécurité et aux douanes.

Malgré l'embauche de plus de 850 agents de contrôle depuis avril, M. Warren a noté que le gouvernement fédéral n'offre toujours pas le financement qui permettrait de garantir aux agents de contrôle les salaires, les conditions de travail et le respect qu'ils méritent. Selon lui, le roulement du personnel est un problème sérieux.

Il a souligné que la riposte du personnel syndiqué, qu'il a appelée lundi décontracté, ne perturbera pas les services.

Les agents de contrôle sont employés par une des trois compagnies de sécurité privées supervisées et financées par le gouvernement fédéral par l'entremise d'une société de la Couronne, l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien.

À la une