1. Accueil
  2. Environnement
  3. Changements climatiques

Les changements climatiques mettront à l’épreuve la capacité de survie des humains

Un thermomètre devant des véhicules qui circulent pendant une canicule à Montréal.

Les canicules causées par les changements climatiques pourraient avoir une incidence sur la capacité de survie des humains, même au Canada, selon des experts (archives).

Photo : iStock / Marc Bruxelle

RCI

La chaleur causée par les changements climatiques déstabilise déjà les capacités de survie humaine et continuera à augmenter. Ces hausses de température mettront à l'épreuve la faculté de notre corps à y faire face et rendront certaines régions du monde de plus en plus inhabitables, selon des experts.

Des scientifiques affirment que des mesures urgentes doivent être prises. Selon eux, notre mode de vie doit être repensé.

La chaleur extrême va devenir de plus en plus problématique à l'avenir, point final, a déclaré le professeur Blair Feltmate, directeur de l'Intact Centre on Climate Adaptation [Centre Intact sur l’adaptation au climat, traduction libre] de l'Université de Waterloo, en Ontario.

Les températures en Inde et au Pakistan ont récemment grimpé jusqu'à 50 °C, tuant au moins 90 personnes et dévastant les récoltes. L'Asie du Sud, l'Afrique, l'Australie et les États américains du golfe du Mexique sont désormais exposés à des combinaisons potentiellement mortelles de chaleur et d'humidité, ce que les scientifiques n'avaient pas prévu avant la fin du siècle.

Au Canada, on ressent également les effets de la chaleur extrême : en Colombie-Britannique, l'été dernier, 595 personnes sont mortes de chaleur. Le village de Lytton, en Colombie-Britannique, a établi un nouveau record canadien de chaleur (49,6 °C) le 29 juin avant d'être rasé par un incendie de forêt le lendemain. Le même dôme de chaleur a laissé le sol desséché, ce qui a contribué à des inondations catastrophiques en Colombie-Britannique quelques mois plus tard.

Des voitures brûlées devant les ruines d'un bâtiment.

Le village de Lytton a été détruit par le feu (archives).

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

M. Feltmate est un des auteurs d'un récent rapport qui met en garde contre un avenir potentiellement mortel pour les Canadiens à cause de la chaleur, en particulier pour ceux qui vivent dans la partie intérieure sud de la Colombie-Britannique, le long de la frontière américaine dans les Prairies ainsi que dans le sud de l'Ontario et du Québec.

Nous allons assister à des épisodes de chaleur extrême qui feront paraître relativement bénin ce que nous avons observé en Colombie-Britannique l'année dernière pendant le dôme de chaleur, a déclaré M. Feltmate.

Comment la chaleur affecte notre corps

Lorsqu'une personne est exposée à de fortes chaleurs sur une période prolongée, elle peut se sentir léthargique parce que ses organes travaillent plus fort pour la garder au frais... et en vie.

Son cœur bat plus fort pour pomper le sang vers sa peau, où il peut se refroidir. La transpiration est également essentielle pour refroidir le corps, mais elle devient plus difficile à produire à mesure que l'humidité augmente.

Dans les cas extrêmes de coups de chaleur, le corps commence à cuire, ce qui entraîne la destruction des cellules et ce qui provoque des lésions organiques.

C'est très semblable à la cuisson d'un œuf, a déclaré le professeur Stephen Cheung, expert en stress environnemental sur la physiologie humaine à l'Université Brock de St. Catharines, en Ontario.

La raison pour laquelle un œuf passe d'une masse blanche liquide à une masse blanche solide, c'est parce que les protéines se sont modifiées. [...] Si le corps d'une personne continue à se réchauffer et n'est pas capable de contrôler sa température, à terme, ses protéines vont faire la même chose dans ses cellules.

S'asseoir à l'ombre et boire de l'eau ne suffit pas quand on souffre déjà d'un coup de chaleur. Il est essentiel de refroidir [une personne frappée d’un coup de chaleur] aussi rapidement que possible, idéalement en l'immergeant dans de l'eau aussi froide que possible, a déclaré M. Cheung.

La chaleur peut aussi avoir un effet négatif sur la santé mentale des gens, explique Michael Brauer, professeur à l'école de santé publique et des populations de l'Université de la Colombie-Britannique.

Les températures nocturnes sont très importantes. Il s'agit vraiment de faire en sorte que notre chambre soit suffisamment fraîche et que notre corps soit suffisamment frais pour qu'on puisse dormir.

Combattre la chaleur

M. Cheung, qui a aidé les athlètes canadiens à se préparer à la chaleur et à l'humidité des Jeux olympiques de Tokyo l'année dernière, affirme que la température centrale de notre corps peut s'adapter à des chaleurs plus élevées sur une période d'environ deux semaines d'exposition graduelle et continue.

Dans un sens, le plus grand avantage que nous, humains, avons sur les autres animaux est notre comportement. Nous pouvons créer des choses comme des logements, des appareils de climatisation, de meilleurs vêtements, etc., a déclaré M. Cheung. Mais cela a un coût, qu'il s'agisse de nous forcer à rester à l'intérieur ou d'augmenter la consommation d'énergie en raison de la climatisation.

Beaucoup de gens ne peuvent pas rester à l'intérieur et au frais, notamment ceux dont le travail implique des efforts physiques à l'extérieur, par exemple les agriculteurs et les personnes qui font des travaux manuels.

À l'avenir, selon M. Feltmate, la journée de travail devra être décalée pour que ces travailleurs puissent éviter les moments les plus chauds de la journée, par exemple en commençant le travail à 5 h 30 et en le terminant à 13 h.

Les villes elles-mêmes doivent être refroidies, ce qui implique de concevoir et de rénover les bâtiments en tenant compte de la chaleur, de planter davantage d'arbres et de peindre les toits en blanc pour qu'ils reflètent la lumière au lieu de l'absorber, explique M. Feltmate.

Il ajoute qu'il est essentiel que les immeubles résidentiels disposent d'une alimentation électrique de secours pour que la climatisation et les ventilateurs continuent de fonctionner en cas de panne d'électricité due à la chaleur.

Faible sentiment d'urgence

Aussi simples que ces mesures puissent paraître, M. Feltmate estime que les villes et les gouvernements du Canada n'agissent pas assez vite malgré les avertissements à propos du risque de pertes de vie en raison de la chaleur extrême.

Ce qui fausse plus que tout l'équation, c'est l'absence de reconnaissance de la nécessité d'agir de toute urgence pour mettre en œuvre des mesures d'adaptation.

S'adapter signifie également élaborer un plan au cas où des endroits deviendraient trop chauds pour être habités par l'être humain, comme cela pourrait être le cas dans certaines parties du golfe Persique, de l'Asie du Sud, de l'Amérique centrale et de l'Afrique de l'Ouest avant la fin du siècle.

Un travailleur s'abreuve dans une gare de triage en périphérie d'Amritsar, en Inde.

Un travailleur s'abreuve dans une gare de triage en périphérie d'Amritsar, en Inde.

Photo : AFP/Getty Images / NARINDER NANU

Il existe des limites à ce que notre corps peut supporter, même lorsqu'il est acclimaté, et la région du golfe Persique commence à dépasser ces limites plus régulièrement, a déclaré Cascade Tuholske, chercheur au Center for International Earth Science Information Network [Centre pour le réseau international d'information sur les sciences de la Terre, traduction libre] de l'Université Columbia, dont les recherches portent sur l'exposition à la chaleur urbaine mortelle.

Les pays les plus pauvres, où les populations dépendent de l'agriculture de subsistance, pourraient connaître une migration massive vers les villes, elles-mêmes mal équipées pour faire face à l'augmentation de la chaleur.

C'est pourquoi les solutions mondiales aux changements climatiques sont si importantes, a déclaré M. Tuholske.

Je m'interroge vraiment sur l'habitabilité de bon nombre d'endroits parmi les plus peuplés de la planète en raison de la chaleur extrême sans adaptation. L'avenir dépend vraiment du présent et de la mesure dans laquelle nous atténuerons la chaleur dès maintenant.

Avec les informations de CBC.

À la une