1. Accueil
  2. International
  3. Conflits armés

Moscou met le sort de journalistes occidentaux entre les mains de YouTube

Le logo de YouTube, placé sur un drapeau russe, vu à travers une vitre brisée.

Le logo de YouTube, placé sur un drapeau russe, vu à travers une vitre brisée.

Photo : Reuters / Illustration/Dado Ruvic

Agence France-Presse

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a indiqué jeudi que des médias et des journalistes occidentaux seraient expulsés de Russie si la plateforme YouTube bloquait, comme elle l'a déjà fait, ses breffages hebdomadaires.

De nombreux sites et réseaux sociaux, y compris YouTube, ont expliqué avoir bloqué, après l'offensive russe en Ukraine, des médias et des pages officielles russes, car ils tombaient sous le coup de sanctions ou pratiquaient la désinformation. Des actes de censure russophobes, selon Moscou.

Maria Zakharova a expliqué avoir signifié au géant américain des vidéos en ligne que si ses conférences de presse hebdomadaires, diffusées en direct, étaient bloquées, alors un journaliste ou un média américain rentrera à la maison, selon l'agence TASS.

Encore un blocage de briefing, et on donnera un nom concret, un média concret, a-t-elle menacé, avant d'ajouter que cela pourrait concerner aussi des médias d'autres pays, car YouTube est dirigé par une dame ayant un passeport polonais, une référence à Susan Wojcicki, la patronne de la plateforme.

Vu la position de la Pologne [vis-à-vis de la Russie], on ne va peut-être pas limiter [les représailles] aux Américains.
Une citation de Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Russie

Les breffages de la diplomate ne sont pas systématiquement bloqués par YouTube, qui en a cependant arrêté certains.

Notre         dossier Guerre en Ukraine

À la une