1. Accueil
  2. Santé
  3. Santé publique

Pourquoi est-il important d’analyser les eaux usées et de détecter des sous-variants?

Images des eaux usées.

Certains des nouveaux sous-variants sont plus transmissibles que le BA.2.

Photo : Radio-Canada / Ville de Saskatoon

RCI

Alors que 3,2 % de la lignée virale n’a pas pu être identifiée dans l’analyse des eaux usées de Saskatoon le 8 mai dernier, une chercheuse du Laboratoire national de microbiologie (LNM), à Winnipeg, Chrystal Landgraff, affirme qu’il est important d’identifier les sous-variants afin de mieux informer le public.

Chrystal Landgraff note que le virus ne cesse d’évoluer depuis le début de la pandémie et que les variants et des lignées virales qui se développent sont plus transmissibles.

Elle affirme que l’analyse des eaux usées permet de surveiller la transmission du virus à l'échelle communautaire et d’aider le public à prendre des décisions essentielles.

Nous produisons de l’information qui informe le public au sujet des variants qui se trouvent dans leurs communautés. Les gens peuvent donc prendre des décisions personnelles, par exemple de porter un masque durant un concert ou un match de hockey.
Une citation de Chrystal Landgraff, chercheuse au Laboratoire national de microbiologie (LNM)

Chrystal Landgraff affirme que, pour l’instant, c’est la présence du sous-variant BA.2 qui se fait le plus ressentir à travers la planète, mais que les chercheurs gardent l'œil ouvert après la détection d’autres sous-variants comme le BA.3, le BA.4 et le BA.5.

Une forte présence du sous-variant BA.2 a aussi été détectée dans les eaux usées à travers la Saskatchewan. Cependant, des échantillons prélevés des eaux usées de Saskatoon le 8 mai dernier démontrent la présence de variants non identifiables.

Les chercheurs de l’Université de la Saskatchewan qui sont responsables de ces prélèvements ont envoyé ces échantillons au Laboratoire national de microbiologie dans l’espoir d’identifier ces lignées virales.

Avec les informations de David Shield

À la une