1. Accueil
  2. International
  3. Conflits armés

Ukraine : la prison à vie demandée pour le soldat russe jugé pour crime de guerre

Vadim Chichimarine dans le box des accusés avec derrière lui une femme à l'air consterné.

Vadim Chichimarine a plaidé coupable et a demandé pardon à la veuve de l'homme qu'on l'accuse d'avoir tué en février.

Photo : Getty Images / Christopher Furlong

RCI

Le parquet ukrainien a requis jeudi la prison à perpétuité, la peine maximale, à l'encontre du premier soldat russe jugé pour crime de guerre à Kiev. Il est accusé d'avoir abattu un civil à la fin du mois de février.

S'exprimant au deuxième jour du procès (nouvelle fenêtre), le procureur a demandé au tribunal de prononcer une peine de privation de liberté à vie pour Vadim Chichimarine, 21 ans, selon un journaliste de l'Agence France-Presse présent dans la salle d'audience.

L’accusé a pour sa part demandé pardon jeudi à la veuve de l’homme de 62 ans qu'il est accusé d'avoir tué le 28 février à Tchoupakhivka, un village du nord-est de l'Ukraine.

Je reconnais ma responsabilité [...] Je vous demande de me pardonner, a-t-il déclaré jeudi à Katerina Chalipova depuis le box vitré dans lequel il comparaissait, vêtu d'un survêtement, crâne rasé et tête baissée.

Alors que nous roulions, nous avons vu un homme qui parlait au téléphone. Selon lui, un des soldats à bord du véhicule lui a demandé de tirer pour éviter d'être dénoncé. Vadim Chichimarine a assuré avoir d'abord refusé.

Mais un autre militaire a, selon lui, insisté : Il m'a dit d'un ton ferme de tirer, que si je ne le faisais pas, nous serions en danger. Pressé par le procureur, Vadim Chichimarine a toutefois admis que cet homme n'était pas son supérieur et qu'il n'était pas obligé de lui obéir.

J'ai tiré une courte rafale, trois ou quatre balles, a-t-il dit à la cour.

Le Kremlin a déclaré ne disposer d'aucune information sur ce procès en expliquant que l'absence de représentation diplomatique en Ukraine limitait sa capacité à assurer une assistance juridique à l'accusé.

Lors de son audition par la cour, Katerina Chalipova a expliqué avoir entendu des tirs venant de son jardin le jour des faits. J'ai couru vers mon mari, il était déjà mort. D'une balle dans la tête. J'ai crié, j'ai tellement crié, a-t-elle dit.

Elle a précisé que son mari n'était pas armé et qu'il était habillé en civil. Le couple avait un fils de 27 ans et deux petits-enfants.

Elle a déclaré qu'elle ne s'opposerait pas à un éventuel transfert de Vadim Chichimarine en Russie dans le cadre d'un échange de prisonniers si cela permettait le retour de nos gars pris lors du siège de Marioupol, en référence aux centaines de soldats ukrainiens qui se sont rendus aux troupes russes. (nouvelle fenêtre)

L'Ukraine dit avoir recensé plus de 10 000 cas possibles de crimes de guerre commis par la Russie depuis le début de l'invasion, alors que Moscou nie que son armée ait pris des civils pour cible ou ait participé à des crimes de guerre.

Notre dossier Guerre en Ukraine
Avec les informations de Agence France-Presse et Reuters.

À la une