1. Accueil
  2. Politique
  3. Autochtones

De possibles tombes anonymes près de l’ancien pensionnat Blue Quills

L'ancien pensionnat pour autochtones Blue Quills.

L'ancien pensionnat pour autochtones Blue Quills est situé à environ 170 kilomètres au nord-est d'Edmonton.

Photo : Fournie par Musée Héritage Museum

RCI

La Nation crie de Saddle Lake en Alberta affirme que de nouvelles recherches d'archives permettent d’expliquer les nombreuses découvertes de restes humains faites ces dernières années et qu'il s’agirait de tombes anonymes d'élèves d'un pensionnat pour Autochtones.

La nation crie a révélé mardi que, depuis 2004, des découvertes de restes partiels ont été faites accidentellement pendant que de nouvelles tombes étaient creusées dans le cimetière de la communauté, qui se trouve près de l'ancien site du pensionnat pour Autochtones Blue Quills.

À l’époque, les membres de la communauté qui ont découvert les restes n'étaient pas sûrs de ce qu'ils avaient trouvé et les ont donc remis dans la terre.

Une équipe chargée d'enquêter sur ces emplacements croit que les restes proviennent d'enfants âgés de 4 à 10 ans qui sont morts au pensionnat.

Des restes de squelettes de la taille d'enfants ont été excavés. Aucun n'était dans un cercueil, a raconté Jason Whiskeyjack, membre du conseil municipal de Saddle Lake, lors d'une conférence de presse mardi.

Archives et témoignages

L'an dernier, la Nation crie de Saddle Lake a formé l’Acimowin Opaspiw Society pour enquêter sur les lieux d’enterrement possibles.

L'enquêteur principal et survivant du pensionnat, Eric Large, et son équipe ont commencé à compiler les témoignages de membres de la communauté qui avaient découvert des corps. Ils ont parlé à des personnes dont des membres de la famille avaient disparu.

Ils ont aussi examiné les documents d'archives concernant le pensionnat.

Eric Large affirme que les dossiers de l'Église catholique obtenus par les enquêteurs montrent que 212 élèves sont morts au pensionnat entre 1898 et 1931, et que ce nombre dépasse largement celui des archives fédérales, qui font état d'environ 25 décès d'élèves.

L'équipe d'enquête croit cependant qu'il y a plus d'enfants qui ont disparu.

Les dossiers ont été fournis aux enquêteurs par le diocèse de Saint-Paul, dit Catherine Warholik, membre du personnel du diocèse.

Elle précise toutefois que les registres d'enterrement concernent la paroisse, et non le pensionnat en particulier, et que, selon l'évêque Paul Terrio, ni les registres ni les dossiers d’enterrement du pensionnat n'ont été retrouvés.

D'après Leah Redcrow, directrice de l'engagement des parties prenantes de l'Acimowin Opaspiw Society, les enquêteurs pensent que les registres d'enterrement de la paroisse incluraient les élèves du pensionnat et que le personnel de l'église et de l'école était le même.

Des découvertes traumatisantes

L'équipe ne sait pas combien de restes ont été déterrés au fil des ans, souligne Eric Large.

Jason Whiskeyjack et lui faisaient partie de ceux qui ont découvert des restes.

Jason Whiskeyjack a trouvé une tombe non marquée pour la dernière fois en décembre alors qu’il creusait une nouvelle tombe.

Je ne m'en souviens pas parce que j'ai toujours bloqué cela hors de mon esprit, j'essaie de trouver un moyen de le bloquer hors de mon esprit.
Une citation de Jason Whiskeyjack, membre du conseil municipal de Saddle Lake

Plus de financement

La Première Nation a demandé des fonds fédéraux pour acheter deux géoradars.

Elle a également demandé des fonds pour des services de soutien en santé mentale pour les témoins.

Dans un courriel, Services aux Autochtones Canada affirme que la Nation crie de Saddle Lake a reçu 7,3 millions de dollars pour financier le bien-être mental ces trois dernières années. Cependant, selon Leah Redcrow, la communauté a toujours été sous-financée.

Avec les informations de Julia Wong et Paige Parson

Aide et soutien

Une ligne téléphonique bilingue d'aide aux anciens des pensionnats autochtones et aux personnes touchées par les pensionnats offre du soutien psychologique et fournit des références pour l'obtention d'aides. Elle fonctionne 24 heures sur 24, au 1 866 925-4419.

À la une