1. Accueil
  2. Santé
  3. Soins et traitements

Des étudiants étrangers manifestent pour les soins de santé universels au Manitoba

Un groupe d'étudiants avec des pancartes devant le Palais législatif du Manitoba.

En 2018, la province a supprimé les soins de santé universels pour les étudiants étrangers afin d'économiser environ 3,1 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada

RCI

Des dizaines d'étudiants étrangers se sont rassemblés devant l'Assemblée législative du Manitoba, lundi, pour demander au gouvernement provincial de rétablir leur accès aux soins de santé publics.

En 2018, la province a supprimé les soins de santé universels pour les étudiants étrangers afin d'économiser environ 3,1 millions de dollars.

Quatre ans plus tard, certains affirment que le prix des frais médicaux qu'ils doivent payer est prohibitif et injuste.

Kunal Rajpal, un étudiant venant d’Inde, a dû couvrir des frais médicaux depuis 2019.

Cela semble un peu injuste, alors que tout le monde ici est capable d’aller se faire soigner gratuitement.
Une citation de Kunal Rajpal, étudiant étranger

Selon Kunal Rajpal, les étudiants étrangers ont plusieurs obstacles à franchir lorsqu'ils viennent étudier au Manitoba, entre autres en raison du choc culturel, de la charge des cours et du fait d’être loin de leur famille.

En plus de cela, nous devons comprendre comment fonctionne la couverture sanitaire de la province. Cela devient très difficile, déplore-t-il.

La présidente de l’Association étudiante de l’Université de Saint-Boniface, Michelle Kambire, originaire de la Côte d’Ivoire, abonde dans le même sens.

Étudiante depuis 2019, Michelle Kambire explique que la couverture santé qu’elle paie par le biais de l’Université n’est pas reconnue dans plusieurs établissements de soins de santé.

On est donc obligé de payer nos soins de santé et ensuite se faire rembourser par l’assurance.

Michelle Kambire ajoute que beaucoup d"étudiants ont peur d’aller à l’hôpital pour se faire soigner.

Ce sont des sommes qui peuvent représenter des milliers de dollars en frais de santé, et cela devient vraiment problématique.
Une citation de Michelle Kambire, présidente de l’Association étudiante de l’Université de Saint-Boniface

Selon la coordonnatrice de la campagne de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants du Manitoba et porte-parole de la coalition Healthcare for All, Judith Oviosun, il y a de fausses idées qui circulent au sujet des étudiants étrangers, notamment qu’ils profitent de la province.

Judith Oviosun croit que c’est la province qui profite des étudiants.

Nous savons que les étudiants paient les impôts, ils contribuent à la culture, à la vie sociale de notre communauté, affirme-t-elle devant le Palais législatif de Winnipeg.

Une femme devant une manifestation.

Marie Paule Ehoussou est présidente de la Fédération canadienne des étudiants et des étudiantes du Manitoba.

Photo : Radio-Canada

La présidente de la Fédération canadienne des étudiants et des étudiantes du Manitoba, Marie Paule Ehoussou, considère qu’il est important que les étudiants étrangers aient accès à la sécurité sanitaire afin de continuer à participer activement à l’économie de la province.

Ne pas avoir accès aux soins de santé peut avoir des conséquences sur la personne au niveau mental. Si quelqu’un est malade, il ne peut pas travailler et ne peut pas être actif dans la société, ajoute-t-elle.

L'opposition appuie la démarche

Au cours des derniers mois, les deux partis de l’opposition du Manitoba, le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique, ont lu des pétitions devant la Chambre pour demander au gouvernement de faire marche arrière, mais le gouvernement conservateur ne cède pas.

Selon le chef néo-démocrate, Wab Kinew, l’accès universel à la santé est non seulement une question de droits de la personne, mais aussi une question économique.

Les étudiants étrangers viennent ici pour étudier, mais décident de rester vivre au Manitoba, a-t-il expliqué en entrevue lors de la manifestation. Il va de soi d'appuyer les intérêts de ces étudiants.

Le député néo-démocrate de Saint-Vital, Jamie Moses, demande au ministre de l’Éducation postsecondaire, Jon Reyes, de rétablir les soins de santé universels pour les étudiants étrangers.

Le ministre l'a peut-être oublié, mais les étudiants étrangers paient déjà tellement plus pour les frais de scolarité, et le fait qu'il les oblige à payer aussi pour une couverture médicale privée augmente leurs difficultés financières, soutient Jamie Moses.

Jon Reyes a pour sa part mentionné que le gouvernement investit plus de 1 milliard de dollars dans l’enseignement postsecondaire annuellement pour assurer une éducation de qualité à tous les étudiants, sans exception. Il estime que Jamie Moses sème la peur chez les étudiants.

Dans un courriel envoyé à Canadian Broadcasting Corporation, un porte-parole de la province affirme que les établissements d'enseignement postsecondaires collaborent avec la province afin d'offrir une couverture médicale complète aux étudiants étrangers.

Avec les informations de Ian Froese et Mario De Ciccio

À la une