1. Accueil
  2. International
  3. Santé

[Reportage] Un hôpital pour rapprocher les Autochtones mexicains et canadiens

Des Canadiens pourraient bénéficier d'un service hospitalier privé dans l'État de Quintana Roo à condition que les populations autochtones locales y aient accès gratuitement.

Portrait de Keith Matthew

Keith Matthew, ancien chef de la Première Nation Simpcw et président de l'Indigenous Critical Infrastructure Fund (ICIF), croit qu'il est important de tirer parti des occasions d'affaires pour aider d'autres Autochtones à élever leur niveau de vie.

Photo : Radio Canada International (RCI) / Paloma Martínez Méndez

Paloma Martínez Méndez

En mars dernier, une délégation d'Autochtones et de gens d'affaires du Canada a rencontré la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés du Mexique.

À la suite de cette réunion se sont amorcées plusieurs collaborations, dont l'une concerne l'investissement du Fonds autochtone d'infrastructures essentielles (ICIF) dans des projets de santé privés au Mexique.

Un projet d’hôpital à Chetumal, dans l'État de Quintana Roo, est notamment dans les pourparlers.

Keith Matthew, président de l'ICIF, voit dans cette collaboration une occasion de rétablir les liens historiques entre les peuples autochtones des Amériques.

Depuis des milliers d'années, nos peuples, les peuples autochtones d'Amérique du Nord et du Sud, participent au commerce international. Ce que je fais ici, c'est retracer ces anciennes routes commerciales et rétablir les connexions pour nous rapprocher de nos frères et sœurs du Mexique [...] pour écrire ensemble ce nouveau chapitre de notre histoire.
Une citation de Keith Matthew, président de l'ICIF

Pour sa part, Alejandro Robles Gómez, député du parti mexicain au pouvoir, MORENA, et instigateur de la visite de la délégation canadienne au Mexique, affirme que des ponts sont jetés qui vont au-delà des investissements économiques.

Il montre quatre doigts.

Le député Alejandro Robles Gómez dit que le projet de pays du président mexicain, connu sous le nom de la Quatrième transformation, prévoit, entre autres, la promotion d'un système de santé universel, public et gratuit.

Photo : RCI / Paloma Martínez Méndez

Ce député, qui a été exilé au Canada pendant deux ans, estime que les Premières Nations canadiennes ont beaucoup en commun avec les peuples indigènes mexicains.

L'investissement n'est pas qu’économique, il est également axé sur les Autochtones. La plupart des Mexicains qui migrent sont d'origine indigène. Les Autochtones du Canada ont beaucoup à partager avec nous. Comme l'a dit le chef Matthew, nous faisons partie de la même famille. Nous avons été divisés par l'occidentalisation.
Une citation de Alejandro Robles Gómez, député du parti mexicain MORENA

Un hôpital privé pour les Canadiens et gratuit pour les Autochtones mexicains

Portrait de Marc Kealy

L'entrepreneur canadien Marc Kealey était le chef de la mission de la délégation canadienne au Mexique.

Photo : RCI

Marc Kealey, le seul membre non autochtone du conseil d'administration du fonds d'infrastructure autochtone, était le chef de la délégation canadienne au Mexique.

L'homme d'affaires canadien est également le fondateur de Kealy & Associates inc., une agence de conseil et de lobbying en matière de politique publique dans les domaines des soins de santé et de l'énergie.

M. Kealy affirme que cet hôpital offrira des soins respectant les standards canadiens. Ainsi, les Canadiens, retraités ou non, qui ont les ressources financières pourront se faire soigner au Mexique.

Mais surtout, ce projet à Quintana Roo vise à offrir un accès privilégié aux populations indigènes et sera en partie financé par le système mexicain d’assurance médicale.
Une citation de Marc Kealey, chef de la délégation canadienne au Mexique

Le député Alejandro Robles Gómez se félicite de cet aspect du projet en cours d'élaboration, car les données montrent qu’au Mexique, ceux qui ont le plus souffert de la pandémie sont les communautés autochtones.

Nous ne voulons pas que ça arrive à nouveau. Nous voulons que ce projet soit un complément à notre système de santé. Les gouvernements doivent maintenant établir des réglementations pour qu'elles profitent aux nations autochtones. C'est notre condition, que cet hôpital serve la communauté, les autochtones mexicains, ceux qui en ont le plus besoin.
Une citation de Alejandro Robles Gómez, député mexicain
Portrait de l'entrepreneur mexicain Ernesto Baez Vales

Ernesto Baez Vales est un entrepreneur immobilier travaillant principalement dans la péninsule du Yucatan.

Photo : RCI / Paloma Martínez Méndez

La compagnie immobilière BVE Group d'Ernesto Baez Vales investira aussi dans l’hôpital privé à Chetumal. L'entrepreneur mexicain voit des retombées positives dans ce projet de tourisme de santé.

Nous avons réalisé une étude de marché et nous savons que les Canadiens veulent vivre dans cette région. Il y a déjà environ 70 000 Canadiens qui résident dans la péninsule du Yucatan de façon partielle ou permanente. Notre investissement consiste à leur offrir des services de santé de qualité et un hôtel doté de toutes les commodités qu'ils recherchent.
Une citation de Ernesto Baez Vales, entrepreneur

Guillermo Cruz Rico, avocat canado-mexicain, conseiller juridique du Fonds autochtone d'infrastructures essentielles et co-organisateur de la mission canadienne au Mexique, a expliqué en entrevue que les détails du projet d'hôpital doivent encore être définis conjointement par les gouvernements et les investisseurs des deux pays, car les discussions n'en sont qu'à leurs débuts.

Négocier ensemble implique de prendre en compte ces deux dimensions. Mais le plus important est de définir comment cette approche innovante en soins de santé peut répondre aux besoins des communautés desservies.
Une citation de Guillermo Cruz Rico, avocat
Guillermo Cruz Rico et Keith Matthew se serrent la main.

Guillermo Cruz Rico et Keith Matthew respectivement conseiller juridique et président du Fonds autochtone d'infrastructures essentielles.

Photo : RCI / Paloma Martínez Méndez

Outre ce projet d’hôpital, le Fonds autochtone d’infrastructures essentielles voit plus grand.

Aujourd'hui, nous avons des alliés qui travaillent avec nous et nous voulons aider d'autres peuples indigènes à améliorer leur niveau de vie, grâce à des investissements et des connaissances. C'est ce que nous faisons en tant que peuples indigènes. Nous nous poussons mutuellement à aller de l'avant.
Une citation de Keith Matthew, présidente de l'ICIF

Pour que ce projet d'hôpital et tout autre projet avec les sœurs et frères mexicains aillent de l’avant, Keith Matthew affirme qu’il doit respecter trois consignes : d'abord, prendre soin de l'environnement ou de la Terre mère, Pachamama, puis s'assurer qu'il ne touche pas les droits territoriaux des peuples et, enfin, faire en sorte que ces peuples en bénéficient.

Si nous pouvons répondre positivement à ces questions, tout ira bien, conclut le leader autochtone.

Note : ce reportage est également disponible en espagnol

Ce reportage fait partie d’un dossier spécial  (nouvelle fenêtre)qui s'intéresse aux échanges canado-mexicains sur divers plans, dont l'éducation, la migration, les arts et l'économie.

Paloma Martínez Méndez

À la une