1. Accueil
  2. Société
  3. Immigration

Mercedes Orellana tire sa révérence après 30 ans au service des nouveaux arrivants

Deux femmes assies à une table.

Mercedes Orellana passe le flambeau à Manon Couture au Centre d'aide aux néo-canadiens

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

RCI

Les émotions sont vives au Service d’aide aux Néo-Canadiens de Sherbrooke alors que la directrice générale Mercedes Orellana prendra sa retraite vendredi.

Mme Orellana a quitté le Salvador en 1986, et est à l’emploi de cet organisme depuis une trentaine d’années.

C'est un moment planifié depuis plusieurs mois, affirme, sereine, Mercedes Orellana.

Lors de son départ de son pays d'origine, les conditions étaient loin d'être faciles. C’est le Service d’aide aux néo-Canadiens qui l’attendait à Sherbrooke.

Même si j'avais une situation stable au Salvador, il y avait du danger pour nos trois enfants. Il y avait une vague de vols d'enfants. Notre sécurité était beaucoup plus importante que tout. Ma mère a fait une demande pour que nous puissions la rejoindre avec mon mari et mes enfants, explique-t-elle.

Même si ma mère m'attendait, le Service d'aide aux Néo-Canadiens m’a accueilli au terminus en me disant holà en espagnol
Une citation de Mercedes Orellana, directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens
La devanture du Service d'aide aux néo-Canadiens.

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens est reconnu pour le service qu'il offre aux nouveaux arrivants.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

De bénévole à directrice générale

La Salvadorienne a ensuite joint les rangs de cet organisme comme bénévole, puis a gravi tous les échelons.

Il y a une façon de s'impliquer et d'être actif dans la société. Nous avons été sollicités pour être impliqués au sein du service, souligne Mme Orellana.

Celle qui a aidé des centaines d'immigrants à faire de l'Estrie leur maison part avec le sentiment du devoir accompli, et soutient être particulièrement fière de la banque de 90 interprètes, qui parlent une trentaine de langues.

L'accompagnement et l'écoute prennent toute son importance pour aider la personne à créer son projet de vie au Québec, mentionne Mercedes Orellana. Nous faisons aussi le pont avec le réseau de la santé, du milieu scolaire, les propriétaires d'habitation locative. Ces partenariats se sont développés.

Toutes les institutions qui en ont besoin connaissent le service, affirme également Mercedes Orellana.

À la une