1. Accueil
  2. Alimentation
  3. Autochtones

Un nouveau programme alimentaire offre de la nourriture traditionnelle à Iqaluit

Une personne coupe un morceau de maqtaaq avec un couteau.

Jeudi, le centre alimentaire Qajuqturvik lancera un nouveau programme de distribution alimentaire qui permettra à des Iqalummiut d'avoir accès à de la nourriture traditionnelle, comme du maqtaaq de béluga.

Photo : Gracieuseté : Rachel Blais

RCI

Le centre alimentaire Qajuqturvik, à Iqaluit, lancera jeudi un nouveau programme de distribution alimentaire qui permettra aux Iqalummiut de se procurer de la nourriture traditionnelle, comme du caribou ou du maqtaaq de béluga.

Le programme de boîtes alimentaires Inuliqtait offrira trois à cinq types d’aliments traditionnels, à raison de cinq portions par boîte. Ces produits proviendront de chasseurs et de pêcheurs de différentes collectivités, dont Clyde River, Naujaat et Pond Inlet.

La boîte distribuée jeudi sera composée de portions de phoque, de boeuf musqué, d'omble chevalier et de maqtaaq, une nourriture traditionnelle de peau et de graisse de béluga.

Pour mettre en oeuvre cette initiative, le centre alimentaire Qajuqturvik a collaboré avec l’entreprise Project Nunavut, qui organise des marchés de nourriture traditionnelle et un acheminement maritime annuel d’aliments biologiques.

La directrice générale du centre alimentaire, Rachel Blais, affirme que le programme profitera aux résidents d’Iqaluit qui ne chassent pas ainsi qu’aux chasseurs qui seront rémunérés pour leurs prises.

« Nous savons que plusieurs membres de notre communauté ont de la difficulté à avoir accès à de la nourriture traditionnelle », dit-elle. « La chasse est une activité coûteuse. L’achat et l’entretien de l’équipement, l’essence, les munitions et toutes les autres choses dont les chasseurs ont besoin sont tout simplement hors de portée pour bien des membres de notre communauté qui vivent de revenus plus faibles. »

Rachel Blais considère que le programme Inuliqtait est une approche communautaire visant à faciliter l’accès à la nourriture traditionnelle, mais aussi à répondre à l’insécurité alimentaire, puisqu’il implique à la fois des chasseurs et des personnes qui ne peuvent pas chasser, parfois pour des raisons financières.

« Les systèmes alimentaires nordiques et les systèmes de partage alimentaire dans le Nord sont rarement considérés comme des modèles économiques durables. »

Des prix adaptés aux revenus

Quarante boîtes seront offertes lorsque le programme sera lancé. Les personnes qui ont un faible revenu auront l’option de faire la contribution financière de leur choix pour leur permettre d’accéder à des aliments sains, selon Rachel Blais.

L'idée [d’offrir] une boîte d’aliments traditionnels s’appuie sur la tradition des repas traditionnels inuit », indique-t-elle. « Le but est que les ménages qui ont les moyens de soutenir le système fournissent des contributions régulières, tandis que ceux qui ne le peuvent pas ont tout de même accès aux produits.

Sept personnes coupent des morceaux de viande de caribou dans le centre alimentaire d'Iqaluit.

Le centre alimentaire Qajuqturvik organise depuis plusieurs années des programmes de distribution alimentaire à Iqaluit. Ici, sept personnes préparent de la viande de caribou.

Photo : Gracieuseté : Rachel Blais

Rachel Blais ajoute que les différentes crises qui se sont succédé, qu’il s’agisse de la pandémie, de la crise de l’eau à Iqaluit (nouvelle fenêtre) ou du récent avis de faire bouillir de l’eau (nouvelle fenêtre), ont renforcé le besoin d'options alimentaires plus saines dans la capitale territoriale.

Avoir accès à des aliments traditionnels n'est pas seulement bénéfique pour la santé des gens », dit-elle. « C'est aussi bénéfique pour leur santé mentale, leur bien-être et leur lien avec la culture et leur communauté, ce qui est très important pendant les crises que nous traversons actuellement.

Avec les informations de Meral Jamal

À la une