1. Accueil
  2. Santé
  3. Établissements de santé

Des infirmières peinent à obtenir leur permis au Manitoba

Du personnel médical autour d'un lit.

En janvier, la province a annoncé qu'elle misait sur l'embauche de personnel pour pallier le manque de main-d'oeuvre dans les hôpitaux. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

RCI

Il serait plus difficile pour une infirmière formée à l’étranger d’obtenir un permis au Manitoba qu’ailleurs au pays, selon certains intervenants.

Récemment, la ministre de la Santé du Manitoba, Audrey Gordon, a réitéré l’intention de la province d'embaucher des infirmières formées à l’étranger pour faire face au manque de main-d'œuvre dans les hôpitaux.

Des exigences trop difficiles

Pour venir travailler au Manitoba comme infirmière, il faut avoir une bonne maîtrise de l'anglais et avoir un montant suffisant pour pouvoir payer le permis et effectuer une formation complémentaire, selon la professeure adjointe en soins infirmiers à l’Université de Brandon Catherine Baxter.

Les programmes de formation complémentaire ont des capacités d’accueil trop limitées.

Catherine Baxter, qui travaille depuis plus de 15 ans avec des infirmières formées à l’étranger, estime qu’il faut davantage de financement de la part de la province pour faciliter l’accès à la profession.

La Manitoba Association of Newcomer Serving Organizations (MANSO) est du même avis.

Il s’agit d’une perte de main-d'œuvre énorme, croit le directeur à l’intégration de Manitoba Association of Newcomer Serving Organizations, Seid Oumer Ahmed.

L'association propose, entre autres, d’exempter du test de langue les ressortissantes de certains pays et d’éliminer l’exigence de papiers redondants et d’évaluations par des tiers.

La Nouvelle-Écosse a, par exemple, tenté de simplifier son processus d’admission pour les infirmières formées à l’étranger.

Un accès plus facile en Ontario et au Québec, selon une infirmière

Une infirmière philippine, qui veut taire son identité par crainte de représailles de la part de son employeur, évoque la difficulté d’obtenir un permis au Manitoba.

Elle a suivi un programme de formation complémentaire au Québec, qui est également reconnu en Ontario. Elle n’est toutefois pas en mesure de rejoindre sa famille qui vit à Winnipeg.

En quoi est-ce différent d’une province à une autre? [...] Pourquoi le Manitoba refuse-t-il de me laisser travailler, alors que l’Ontario a reconnu mon permis du Québec?

L'infirmière a échoué au test de compétences pratique en 2014. À l’époque, seules deux personnes avaient réussi l'examen. Les autres devaient suivre un programme de formation de quatre ans à l'Université du Manitoba.

La province défend son programme

Nous voulons que les infirmières soient bien accueillies au Manitoba et dans le système de santé. Elles doivent toutefois bien réussir dans la profession, déclare Audrey Gordon.

Elle soutient que le programme de formation actuel est essentiel pour s’assurer que les infirmières sont en mesure de travailler.

Audrey Gordon ajoute que la province a toutefois créé un groupe de travail pour déterminer si le processus d’admission des infirmières formées à l’étranger peut être simplifié.

La ministre croit que la province a besoin de plus de services d’accompagnement, tels que des programmes de mentorat.

La province maintiendra toutefois ses normes de formation, ajoute-t-elle.

La présidente de l’Ordre des infirmières autorisées du Manitoba, Katherine Stansfield, souligne que le programme de formation pratique est essentiel.

Il s'agit de normes minimales de sécurité. Et c'est vraiment important parce que le public doit être assuré que chaque infirmière autorisée satisfait aux exigences du Manitoba.

Avec des informations de Peggy Lam et Keisha Paul

À la une