1. Accueil
  2. Politique
  3. Immigration

Rimouski se mobilise pour prendre soin de ses nouveaux arrivants

De nouveaux arrivants à Rimouski.

Entre mars 2020 et mars 2021, AIBSL a accompagné plus d'une centaine d'immigrants dans la région.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Laurence Gallant

Qu’est-ce que Rimouski pourrait faire de plus pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants, tant sur le plan humain que sur le plan professionnel? C’est la question à laquelle la Ville, appuyée par la Table de concertation en immigration de Rimouski-Neigette, a tenté de répondre grâce à un nouveau plan d’action.

Ce n’est pas juste l’organisme porteur qui doit travailler sur une ville d’accueil, c’est toutes les instances qui doivent y travailler, parce qu’il y a des ajustements à faire partout, estime Caroline Houle, directrice générale d’Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent (AIBSL).

Le premier plan d’action mis en œuvre par la Ville était plus centré sur les services à donner pour répondre à des situations plus urgentes. Le nouveau plan, qui sera lancé en vue des trois prochaines années, se concentre sur le succès, sur tous les plans, de l’intégration des nouveaux arrivants, explique Mme Houle.

Marie-Jeanne Aiitna Itono apprend à patiner.

Marie-Jeanne Aiitna Itono, arrivée à Rimouski l’été dernier, est venue apprendre à patiner dimanche au parc Beauséjour.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

De nombreux projets sont ainsi prévus en concertation avec les acteurs du milieu, que ce soit les entreprises, le système éducatif ou les associations locales.

Dans son plan d'action en immigration 2022-2025, la Ville prévoit de travailler avec la Table de concertation en immigration de Rimouski-Neigette pour œuvrer dans des domaines de grande nécessité, notamment les garderies et les logements pour les nouveaux arrivants.

L’automne dernier, l'UQAR avait une pénurie de logements pour ses étudiants étrangers. Le cégep avait quelques chambres de libres, a répondu présent et a prêté des chambres à l’UQAR. Ça, c’est un exemple. S’il n’y avait pas eu la Table de concertation, l’UQAR et le cégep n'auraient peut-être pas pensé à communiquer entre eux, raconte Jocelyn Pelletier, porte-parole de la Table de concertation en immigration de Rimouski-Neigette.

Jocelyn Pelletier.

Jocelyn Pelletier, porte-parole de la Table de concertation en immigration de Rimouski-Neigette

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Une autre ligne directrice consiste à aider les entreprises à accueillir et à intégrer les travailleurs étrangers (nouvelle fenêtre). Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent proposera notamment des séances de sensibilisation et de la médiation auprès des employeurs pour comprendre quelles sont les différentes cultures et comment fonctionner avec elles en environnement de travail, indique Caroline Houle. Il y a des choses qui se passent à ce niveau-là, qui sont nouvelles et qui sont vraiment importantes pour Rimouski.

Toutes ces mesures destinées à favoriser la rétention des nouveaux arrivants résultent de ce grand travail de concertation dont est particulièrement fière la directrice générale d’Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent. Je trouve intéressant d’avoir vu toutes ces différentes instances s’engager dans ce projet-là, parce que le seul fait de faire la démarche, ça montre un intérêt, un engagement à faire la différence et à changer le milieu. Je trouve ça magnifique.

Nzizi Mpingi, nouvel arrivant à Rimouski, avec son fils dans les bras.

« Il y a des choses qu’on ne connaît pas. Le patin, le ski, ça ne se fait pas en Afrique, et quand on vient à de telles activités, on apprend beaucoup », explique Nzizi Mpingi, qui a participé à une activité organisée par AIBSL.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Entre mars 2020 et mars 2021, Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent a aidé plus d'une centaine d'immigrants à s'installer dans la région.

Avec les informations de Fabienne Tercaefs

Laurence Gallant

À la une