1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

Casinos en ligne : l’Ontario pourrait perdre des milliards, selon un rapport

un tapis de jeu de casino avec des jetons, des mains en train de se saisir de tous les jetons

Le gouvernement pourrait perdre des revenus en légalisant et en taxant le jeu en ligne, selon le rapport. (Archives)

Photo : iStock

RCI

Le gouvernement Ford, qui s’apprête à légaliser et à taxer les casinos en ligne, pourrait perdre 2,8 milliards de dollars de revenus sur 5 ans, selon un rapport confidentiel.

Le nouveau rapport a été rédigé par une société de conseil de l'industrie du jeu, obtenu par CBC News. Le rapport a été préparé pour Great Canadian Gaming, la société qui détient la plus grande part du marché des casinos en présentiel en Ontario.

Même si l'Ontario disposera d'une nouvelle source de revenus en taxant les sites de jeux en ligne nouvellement réglementés, le rapport soutient que la province fera face à une baisse de revenus. En effet, le rapport prévoit un transfert important des dépenses des casinos en présentiel vers les jeux en ligne.

Comme le taux d'imposition que l'Ontario devrait imposer aux sites de jeux en ligne est bien inférieur au pourcentage que le gouvernement prélève sur les revenus des casinos, le rapport conclut que la province risque de perdre 550 millions de dollars de recettes annuelles, pour un total de 2,8 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

Avant la pandémie, les recettes provinciales annuelles provenant des loteries et des jeux de hasard atteignaient jusqu'à 2,5 milliards de dollars.

Mais les entreprises impliquées dans le secteur des jeux en ligne affirment que les conclusions du rapport sont erronées.

Elles remettent en question l'hypothèse clé qui sous-tend le rapport. Selon celui-ci, les clients actuels des casinos vont soudainement commencer à dépenser beaucoup moins de leur argent dans les casinos en présentiel et davantage sur les sites de jeux en ligne qui sont déjà à leur disposition.

Lorsque le marché réglementé s'ouvrira en Ontario, rien ne changera en ce qui concerne les habitudes de divertissement des joueurs, a déclaré Jeffrey Haas, vice-président senior de DraftKings Inc, une compagnie basée aux États-Unis qui offre des produits de paris sportifs et de casino en ligne.

Les gens qui jouent dans les casinos en ligne et font des paris sportifs en ligne et jouent dans les salles de poker en ligne continueront à le faire, sauf qu'ils vont passer du jeu extraterritorial au jeu soumis à la réglementation, a-t-il déclaré en entrevue. Et tous ceux qui continuent à entrer dans les casinos en présentiel pour y jouer continueront à le faire.

Une rangée de machines à sous.

Le rapport a été rédigé pour une société qui gère des des casinos en présentiel en Ontario. (Archives)

Photo : iStock

CBC News a demandé aux représentants de Great Canadian Gaming de commenter les conclusions du rapport. Ceux-ci ont refusé de le faire.

Le rapport de HLT Advisory Inc, intitulé Ontario Gaming Market Assessment, porte la mention privé et confidentiel et est daté du 11 janvier.

Il indique que le modèle de licence ouverte proposé par le gouvernement pour le jeu électronique permettra aux sites en ligne de plus que tripler leur part du marché global du jeu en Ontario, estimé à environ 7 milliards de dollars par an.

Si un modèle de licence ouverte pour les jeux électroniques est mis en œuvre en Ontario, les casinos électroniques s'empareront d'une part importante du marché total des casinos, indique le rapport, qui fonde cette conclusion en grande partie sur l'expérience du Royaume-Uni après l'ouverture de son marché des jeux électroniques en 2005.

Les casinos en présentiel de l'Ontario doivent actuellement remettre 55 % des recettes nettes des jeux à la province. Le gouvernement Ford n'a pas encore annoncé le pourcentage qu'il prélèvera des sites de jeux en ligne réglementés, mais le rapport fonde ses hypothèses sur un taux d'imposition de 20 %, ce qui, selon des sources de l'industrie, est probablement exact.

Le ministre des Finances, Peter Bethlenfalvy, qui est responsable du régime de jeu en ligne de l'Ontario, a refusé une demande d’entrevue.

Jusqu’à 1 G$ par an en ligne

La pandémie fait mal aux casinos de l'Ontario. Ils ont été complètement fermés pendant des mois, et lorsqu'ils ont été autorisés à rouvrir, ils ont dû faire face à des limites de capacité. Les restrictions de voyage à la frontière ont également privé les casinos de villes telles que Niagara Falls et Windsor de leurs clients américains.

Tous les casinos de l'Ontario sont actuellement fermés en vertu des dernières restrictions de la province, introduites le 3 janvier en raison du variant Omicron.

L'industrie estime que les Ontariens dépensent quelque 500 millions de dollars par an en jeux d'argent sur Internet, dont la quasi-totalité auprès de sociétés basées à l'extérieur de l’Ontario. Le gouvernement provincial estime ce chiffre à 1 milliard de dollars.

Des sites tels que PokerStars, JackpotCity et Bet99 font largement de la publicité auprès du public ontarien, et rien n'empêche les résidents de l'Ontario de jouer en ligne sur des sites basés dans d'autres juridictions.

En juillet dernier, le gouvernement a annoncé la création de iGaming Ontario, l'agence qui supervisera les jeux en ligne proposés par les entreprises qui signent des accords avec la province.

CBC News a demandé au ministère des Finances de fournir ses prévisions quant à l'impact que les jeux en ligne auront sur les revenus gouvernementaux.

La province n'a pas intégré le jeu en ligne dans ses projections financières, mais de plus amples informations pourraient être fournies dans le prochain budget, a déclaré le porte-parole du ministère, Scott Blodgett.

Le gouvernement a l'intention d'établir un marché concurrentiel pour les jeux légaux en ligne qui reflétera le choix des consommateurs tout en minimisant les risques pour les consommateurs qui jouent sur ces sites Web, a déclaré M. Blodgett dans un courriel.

Le nouveau marché des jeux en ligne est développé pour exister en parallèle avec les activités de jeux terrestres dans le marché réglementé de l'Ontario, et ne pas nuire à la génération de revenus [de la Société des loteries et des jeux de l'Ontario].

L’impact du jeu en ligne sur les revenus des casinos en présentiel ontariens est une question très débattue, selon Paul Burns, président de la Canadian Gaming Association, qui représente des entreprises de jeu de tous les secteurs, y compris des casinos en présentiel et des sites Web.

Des jetons de pokers et des cartes sont posés sur un clavier d'ordinateur.

Les montants dépensés par les Ontariens chaque année sur des sites de jeu en ligne sont évalués entre 500 millions et 1 milliard de dollars. (Archives)

Photo : iStock

Faire des comparaisons à partir de différents marchés dans différentes juridictions peut ne pas être une image précise de ce qui se passera lorsque l'Ontario commencera à réglementer les jeux en ligne, a déclaré M. Burns en entrevue.

Le jeu en ligne est [présent en Ontario], il n'est tout simplement pas réglementé, il n'est pas contrôlé. [Les casinos en ligne] ne sont pas soumis aux mêmes normes réglementaires que les casinos [en présentiel], a-t-il déclaré.

Les exploitants de casinos de l'Ontario veulent jouer un rôle sur le marché des jeux en ligne et être sur un pied d'égalité avec les entreprises qui offrent uniquement du jeu en ligne, a déclaré M. Burns.

Ils sont impatients de pouvoir participer, d'être compétitifs et de créer une opportunité pour leurs propres clients qui jouent peut-être sur des sites tiers, afin d'essayer de les ramener dans leur entreprise , a-t-il déclaré.

Le rapport de HLT Advisory Inc prévoit que les changements de réglementation entraîneront une réduction de 25 % des effectifs des casinos en présentiel, ce qui se traduira par la perte de quelque 2500 emplois.

Je suis profondément préoccupé par l'impact que cela aura sur les emplois, mais aussi par l'impact global sur nos communautés et notre province, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor, le syndicat qui représente la majeure partie des 10 000 employés des casinos en Ontario.

Cela n'a aucun sens pour moi, [...] ni du point de vue de l'emploi ou de la stratégie économique, a déclaré M. Dias en entrevue.

Les municipalités ontariennes qui accueillent des casinos perdraient également de 35 à 40 millions de dollars en revenus annuels, selon le rapport de HLT Advisory Inc.

Il y a lieu de s'inquiéter, mais nous ne sommes pas trop inquiets, a déclaré Dave Ryan, le maire de Pickering, en Ontario, où un casino de 2400 machines à sous a ouvert l'été dernier à proximité de l'autoroute 401. La municipalité devrait encaisser 14 millions de dollars par an en recettes.

Nous pensons qu'il y aura toujours de la place pour les jeux traditionnels, a-t-il déclaré en entrevue. Nous sommes des animaux sociaux. Les gens aiment sortir, se rassembler et profiter de cette expérience. De plus, il y a le facteur divertissement que vous n'avez pas en ligne.

Avec les informations de Mike Crawley de CBC News

À la une