1. Accueil
  2. Économie
  3. Restaurants

Les restaurants québécois indemnisés pour la fermeture de leurs salles à manger

Des chaises et des tabourets sont relevés sur les tables et les comptoirs. Il n'y a personne dans le restaurant.

Toutes les salles à manger des restaurants du Québec sont fermées depuis le 31 décembre.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

RCI

Forcés de fermer leurs salles à manger le 31 décembre dernier, les restaurateurs admissibles recevront un dédommagement pouvant atteindre 10 000 $ de la part du gouvernement du Québec.

La nouvelle a été confirmée mercredi par le cabinet du ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Les restaurants qui ont fait les frais de la décision du gouvernement Legault annoncée le 30 décembre dernier (nouvelle fenêtre) seront admissibles à une contribution non remboursable supplémentaire d'un montant maximal de 10 000 $ par établissement afin de couvrir les coûts des articles périssables non utilisés, a-t-il indiqué par communiqué.

Ce montant sera versé aux établissements qui bénéficient déjà d'une contribution financière dans le cadre du volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) du programme Aide d'urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) et du Programme d'action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).

Ces programmes ont été mis en place afin d'aider les entreprises à passer à travers la pandémie. Celles œuvrant dans le domaine de la restauration ont recouvré le mois dernier le droit d'y adhérer (nouvelle fenêtre).

L'Aide aux entreprises en régions en alerte maximale permet aux établissements visés par des ordres de fermeture d'obtenir un pardon de prêt pouvant aller jusqu'à 15 000 $ par mois afin de payer certains frais fixes admissibles, comme les taxes municipales et scolaires, le loyer, les assurances, les frais de télécommunication, les permis et les frais d'association.

Le ministre Fitzgibbon invite les restaurateurs qui bénéficieront de cette aide à distribuer, dans différentes banques alimentaires, les denrées non périmées afin que les personnes dans le besoin puissent en profiter.

À la une