1. Accueil
  2. Société
  3. Histoire

[Reportage] Le Québec et la Catalogne unis par un balado

Marc Duran Riera dans un parc de Montréal en hiver.

Marc Duran Riera affirme que c'est son désir de découvrir les similitudes et les différences entre les sociétés québécoise et catalane qui l'a incité à choisir le Canada, le Québec et Montréal comme nouvelle patrie. Cette curiosité se reflète dans le balado « Regards croisés Québec-Catalogne », auquel il a participé en tant que chercheur et présentateur.

Photo : Radio Canadá Internacional (RCI) / Paloma Martínez Méndez

Paloma Martínez Méndez

Outre la protection de leur langue, de leur culture et de leur identité uniques, le Québec et la Catalogne partagent également une longue histoire de collaboration.

En 1996, le gouvernement de la province canadienne francophone et la Generalitat de Catalunya ont signé un accord de coopération dans divers domaines.

Dès les années 1980, lorsque les Catalans ont créé leurs propres institutions, les deux nations ont commencé à collaborer, explique le journaliste Marc Duran Riera, l'un des animateurs et rédacteurs de la production sonore Regards croisés Québec-Catalogne (nouvelle fenêtre).

Logotype de la production sonore Regards croisés Québec-Catalogne qui aborde des thèmes historiques à travers le sport, la langue, la science et la technologie.Agrandir l’image (nouvelle fenêtre)

Écrite par un Québécois et un Catalan et enregistrée dans leur langue maternelle, la production sonore « Regards croisés Québec-Catalogne » aborde des thèmes historiques à travers le sport, la langue, la science et la technologie.

Photo : Montréal en Histoires

C'est à cette époque, des années après la fin de la dictature de Francisco Franco, que la Generalitat de Catalunya a voulu récupérer le catalan comme langue commune de tous les citoyens de Catalogne.

Pour ce faire, il s'est inspiré de la Charte de la langue française du Québec, ou loi 101. Et c'est dans cette optique qu'est née la Loi de normalisation linguistique de la Catalogne.

La langue est donc l'un des points qui unissent les nations du Québec et de la Catalogne, mais il y en a bien d'autres, affirme le Montréalais né à Barcelone.

Ce journaliste et passionné d'histoire est venu pour la première fois dans la ville en 2013, au début de sa vie adulte, pour le plaisir et la curiosité de découvrir un autre pays.

Sans aucun doute, dit Marc Duran Riera, ma décision même de choisir le Canada, le Québec et Montréal comme lieu d'atterrissage a été influencée par le désir de découvrir les similitudes et les différences entre la société québécoise et la société catalane.

Toute personne qui immigre compare constamment son pays d'origine avec son pays d'adoption, sous tous les aspects. C'est comme un exercice presque instinctif qui consiste à examiner n'importe quel élément de la société d'accueil et à le comparer à celui de notre pays d'origine afin de trouver les choses qui sont meilleures dans un cas et dans l'autre.
Une citation de Marc Duran Riera, journaliste

Échanger, partager et apprendre

Pour Martin Landry, professeur d'histoire et historien en résidence à Montréal en Histoires (nouvelle fenêtre), l'un des meilleurs aspects du balado Regards croisés Québec-Catalogne a été l'échange, le partage et l'apprentissage avec les contributeurs.

Martin Landry, dont c'était l'idée originale et qui a coécrit et coscénarisé les épisodes en français, a été surpris de constater qu'il y a beaucoup plus de similitudes entre les cultures québécoise et catalane qu'on ne pourrait le croire.

Martin Landry, qui a eu l'idée du balado et qui a coécrit et coscénarisé les épisodes en français, a été surpris de constater qu'il y a beaucoup plus de similitudes entre les cultures québécoise et catalane qu'on ne pourrait le croire.

Photo : Cortesía / Olivier Arsenault

Au début, je pensais être un expert de l'histoire du Québec. Finalement, nous avons créé une spirale culturelle, mélangé nos points de vue et créé un grand dialogue entre les deux cultures. Le format balado est également un excellent support qui encourage ce dialogue et le rend facilement pédagogique.
Une citation de Martin Landry, professeur et historien

Pour sa part, Marc Duran Riera estime que le processus comparatif naturel et instinctif auquel se soumettent les immigrants lorsqu'ils arrivent dans un nouveau pays leur permet d'acquérir un patrimoine constitué de ces doubles appartenances.

De plus, dans mon cas, dit le jeune père de famille, ce va-et-vient entre le Québec et la Catalogne a gagné en profondeur grâce au projet de baladodiffusion.

Épisode après épisode, nous abordons plusieurs éléments communs. Nous commençons par le sport, mais il y aura la culture, la langue, la science et la technologie, et aussi la gastronomie. Tous ces éléments peuvent être mis ensemble pour expliquer les deux sociétés au-delà de la question politique. Je pense qu'il s'agit de deux sociétés, même si nous parlons de leurs plus grandes villes, Montréal et Barcelone, qui sont très similaires à bien des égards.
Une citation de Marc Duran Riera, journaliste

Dans les coulisses

De gauche à droite : Martin Landry (animateur et historien), Étienne Roy (QUB radio), Anne-Sophie Carpentier (QUB radio), Marc Duran (animateur et journaliste), Martin Laviolette (DG Montréal en Histoires), Isabelle Dessureault (cheffe du bureau du Québec à Barcelone).

De gauche à droite : Martin Landry (animateur et historien), Étienne Roy (QUB radio), Anne-Sophie Carpentier (QUB radio), Marc Duran Riera (animateur et journaliste), Martin Laviolette (DG Montréal en Histoires), Isabelle Dessureault (responsable du bureau du Québec à Barcelone).

Photo : Montréal en Histoires

La recherche historique, la rédaction et l'animation des épisodes ont été réalisées par Martin Landry, Marc Duran Riera et Sol Domenech Marti. Anne-Sophie Carpentier en a assuré la réalisation et le montage.

Regards croisés Québec-Catalogne est une production du Bureau du Québec à Barcelone et de Montréal en Histoires. Elle est diffusée en partenariat avec QUB radio.

La mission du projet Montréal en Histoires est de développer et de produire différents projets permettant aux amateurs de culture et d'histoire d'explorer et de célébrer l'histoire de la ville.

Montréal en Histoires a trois activités principales : la production de Cité Mémoire, une œuvre d'envergure de Michel Lemieux et de Victor Pilon en collaboration avec Michel Marc Bouchard, la création de circuits techno-historiques et le développement d'une plateforme éducative sur l'histoire.

Montréal en Histoires se distingue également par son application mobile gratuite qui permet aux visiteurs de vivre toutes ces activités.

Note : ce reportage est également disponible en espagnol

Paloma Martínez Méndez

À la une