1. Accueil
  2. Science
  3. Santé

Et si le Viagra prévenait l’alzheimer?

Des boîtes de Viagra sur les tablettes d'une pharmacie.

Le médicament sildénafil est utilisé contre les troubles de l’érection (Viagra), mais aussi contre l’hypertension artérielle pulmonaire (Revatio).

Photo : Reuters / Mark Blinch

RCI

Le médicament sildénafil, utilisé contre les troubles de l’érection (Viagra) et l’hypertension artérielle pulmonaire (Revatio), pourrait aussi prévenir et traiter la maladie d'Alzheimer (MA), montrent les travaux de scientifiques américains associés au Lerner Research Institute de Cleveland.

Le Dr Feixiong Cheng et ses collègues ont mis au point une méthode qui permet d’analyser les molécules déjà approuvées par l'Agence américaine des médicaments (FDA) pour trouver celles qui pourraient potentiellement être utilisées contre l’alzheimer.

Ce travail a permis d’identifier le sildénafil comme potentiel traitement.

L’équipe a ensuite consulté une base de données concernant les réclamations d'assurance de plus de 7 millions de personnes, pour constater que les hommes qui prenaient le médicament présentaient un risque plus faible de développer l’alzheimer.

Nous avons notamment constaté que l'utilisation du sildénafil réduisait la probabilité de la maladie d'Alzheimer chez les personnes souffrant de coronaropathie, d'hypertension et de diabète de type 2, autant de comorbidités significativement associées au risque de maladie d'Alzheimer, explique dans un communiqué le Dr Cheng.

L’équipe américaine a aussi mis au point un modèle de neurones dérivés de patients atteints de cette maladie, en utilisant des cellules souches pluripotentes.

L’objectif était de vérifier mécaniquement l’effet bénéfique du médicament contre la démence.

Nous avons constaté que le sildénafil augmente la croissance des neurites (prolongement cellulaire des neurones) et diminue l'expression de la protéine tau (qui entraîne des enchevêtrements neurofibrillaires), dans nos modèles de neurones, expliquent les chercheurs dans leurs travaux publiés dans la revue Nature Aging (nouvelle fenêtre) (en anglais).

Cela nous donne un aperçu de la façon dont le sildénafil peut influencer les changements cérébraux liés à la maladie, ajoutent les scientifiques.

Repères

  • L'alzheimer est la cause la plus fréquente de démence.
  • Il n’existe actuellement aucun traitement efficace contre cette maladie qui frappe 50 millions de personnes dans le monde.
  • Avec le vieillissement de la population mondiale, le nombre de personnes atteintes de démence devrait tripler et atteindre 152 millions d’ici 2050.
  • Pas moins de 564 000 Canadiens en sont atteints. Dans 15 ans, ils seront 937 000 (Société Alzheimer du Canada).

Un lien de causalité toujours à établir

Si les présents travaux n’établissent pas de lien de causalité, ils montrent l’intérêt de procéder à des essais cliniques rigoureux qui testeront l'efficacité du sildénafil contre l’alzheimer, notent les chercheurs.

Nous prévoyons procéder à un essai clinique randomisé de phase II pour tester la causalité et confirmer les avantages cliniques du sildénafil pour les patients atteints de la MA.
Une citation de Dr Feixiong Cheng

Au départ, le sildénafil a été conçu pour traiter des problèmes cardiaques en raison de son effet vasodilatateur qui permet de dilater les vaisseaux sanguins. Les scientifiques ont par la suite découvert un effet similaire dans d'autres parties du corps, y compris dans les vaisseaux sanguins du pénis.

En juin dernier, l’Agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé un nouveau médicament contre la maladie d'Alzheimer (nouvelle fenêtre). Nommé Aduhelm et produit par l'entreprise pharmaceutique Biogen, il s'agit du premier traitement approuvé contre la maladie d'Alzheimer depuis 2003.

À la une