1. Accueil
  2. Économie
  3. Incidents et catastrophes naturelles

Inondations : les évacués de Merritt entament le long travail de reconstruction

Jaime Etchart accompagnée de ses enfants, effectue des travaux d'urgence sur son terrain.

Jaime Etchart (au centre) a constaté des dégâts importants sur sa maison située à Merritt, en Colombie-Britannique, quinze jours après l'évacuation précipitée de sa famille.

Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

RCI

Le retour à la maison, après avoir dû quitter le domicile familial en catastrophe en raison d’inondations subites (nouvelle fenêtre), est aussi un choc pour de nombreux de résidents de Merritt, dans le centre-sud de la Colombie-Britannique.

C’est le chaos! Je ne m’attendais pas à trouver ce genre de dégâts à mon retour, raconte Jaime Etchard, qui a été évacuée de cette ville de quelque 7000 habitants.

Le 15 novembre, à 4 h du matin, les Etchard ont dû quitter leur maison en moins de 5 minutes, lorsque la ville entière a été évacuée à la suite d'une crue subite. (nouvelle fenêtre)

Quinze jours plus tard, Jaime Etchard, son mari, ses enfants et ses parents ont pu venir constater les dégâts pour la première fois.

Le corridor de la maison d'une évacuée de Merritt, en Colombie-Britannique.

Un corridor de la maison d'une personne évacuée de Merritt, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson

J'étais incapable d'y marcher parce qu’un épais tapis de boue recouvrait entièrement la maison, lance la mère de famille.

La boue arrivait plus haut que mes genoux. Je m'y suis empêtrée et je suis tombée.
Une citation de Jaime Etchard, résidente de Merritt

Tous les membres de la famille s’attèlent à l'immense tâche de nettoyage, même la grand-mère, âgée de 69 ans, qui sort de l’eau du sous-sol.

Je ne sais pas comment nous allons faire pour nettoyer ça.
Une citation de Jaime Etchard, résidente de Merritt

Tous les précieux souvenirs familiaux ont été perdus.

Le froid complique la donne

La boue qui est entrée dans la chambre à coucher de deux évacués de Merritt, en Colombie-Britannique

La chambre à coucher de deux évacués de Merritt, 17 jours après les inondations.

Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson

Avec le froid glacial qui s'installe, il faut brancher l'électricité le plus rapidement possible, selon Jaime Etchard.

Si le tuyau de la piscine gèle, cela nous coûtera plus de 50 000 $ pour tout remplacer, affirme Mme Etchard.

C'est une course contre la montre, car les assurances ne couvrent pas tous les dommages.

Je n’aurais jamais cru vivre des inondations subites à la mi-novembre, alors que je vis dans un semi-désert! J’ai pleuré, c’est très difficile!
Une citation de Jaime Etchard, résidente de Merritt

Heureusement, la famille éprouvée peut compter sur l'aide de ses amis.

Reconstruction

Une rue de Merritt submergée.

Les dernières inondations de l'envergure de celles qui ont entraîné l'évacuation de toute la ville de Merritt remontent à plus de 65 ans.

Photo : Offerte par Bailee Allen

Le retour à la normale prendra des mois.

Les autorités demandent aux habitants d’être patients, car la tâche sera colossale. En plus des maisons accidentées, il y a aussi les infrastructures à reconstruire.

Des résidences n'ont toujours pas l'eau courante, ni l'électricité, et 350 propriétés sont toujours officiellement visées par un ordre d'évacuation.

La ville de Merritt reste d'ailleurs toujours sous un avis de faire bouillir l'eau.

Avec des informations d’Élisa Serret

À la une