1. Accueil
  2. Techno
  3. Industrie minière

La réalité virtuelle pour apprendre à travailler dans les mines

Un homme participe à un exercice de réalité virtuelle.

La réalité virtuelle permet aux personne de s'entraîner dans un univers numérique en trois dimensions.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

RCI

Des entreprises minières du Nord de l’Ontario misent sur la réalité virtuelle pour former leur personnel. L’objectif : permettre aux employés d’apprendre à opérer de l’équipement en toute sécurité, loin des activités des mines.

L’initiative, qui est pilotée par le centre d’innovation NORCAT, a récemment remporté les honneurs de la catégorie éducation et formation aux Prix VR 2021.

Former du personnel sous terre vient avec son lot de défis, selon Ed Wisniewski, directeur des techniques informatiques de NORCAT.

Il explique que les apprenants doivent souvent descendre dans les mines pendant de longues heures, et s’initier aux rudiments du métier sur des véhicules qui seraient autrement utilisés pour les activités de la mine.

[La réalité virtuelle] permet aux minières de ne pas avoir à réserver l’un de leurs véhicules pour des formations, ce qui laisse davantage de temps aux employés pour se familiariser avec l’équipement, dit-il.

Partenariat avec Vale

Le projet est en développement depuis plusieurs années.

Il est toutefois devenu beaucoup plus concret en 2019, moment où NORCAT a établi un partenariat avec la minière Vale afin de développer des formations spécifiques à ses besoins.

L’entreprise venait d’embaucher 40 nouveaux employés pour divers rôles au sein de ses mines, et estimait que la réalité virtuelle serait le meilleur moyen de leur enseigner les rudiments du métier.

Essentiellement, on protège les employés non expérimentés des risques inhérents aux mines, et on leur permet d’apprendre en toute sécurité et à leur propre rythme dans un contexte de réalité virtuelle, explique Jason Scott, superintendant de l'apprentissage et du développement chez Vale.

Un homme s'entraîne à la réalité virtuelle.

Il est possible de suivre l'entraînement d'un collègue à partir d'un écran d'ordinateur.

Photo : Radio-Canada

Il soutient que l’expérience de réalité virtuelle est très réaliste.

Vous mettez les lunettes, qui offrent une vue à 360 degrés. Vous voyez les tuyaux de la mine Coleman, vous voyez le véhicule que vous allez utiliser. C’est fantastique, c’est surréel, assure-t-il.

C’est exactement comme si vous étiez sous terre.
Une citation de Jason Scott, superintendant de l'apprentissage et du développement chez Vale

Vale assure que la rétroaction de ses employés est très positive et que la transition entre la réalité virtuelle et la mine se déroule bien.

La réalité virtuelle, technologie d’avenir, selon NORCAT

Pour développer son produit, NORCAT a utilisé des casques de réalité virtuelle normalement utilisés pour les jeux vidéo. La compagnie travaille avec cette technologie depuis sept ans.

Ed Wisniewski explique que même si la réalité virtuelle a beaucoup évolué, elle comporte toujours des limitations. Les sensations de conduite et les forces gravitationnelles sont notamment difficiles à répliquer, selon lui.

Toutefois, NORCAT, qui a déjà formé environ 500 employés grâce à la réalité virtuelle, estime qu’il s’agit d’une technologie d’avenir en ce qui a trait à l’éducation et la formation de main-d'œuvre.

Des compagnies de l’industrie des ressources naturelles ont commencé à nous approcher afin que l’on ajoute leurs équipements à notre programme de réalité virtuelle , dit Ed Wisniewski.

Avec les informations de Mathieu Grégoire.

À la une