1. Accueil
  2. Santé
  3. Santé publique

Le CCNI recommande d’offrir une troisième dose à tous les Canadiens de 18 ans et plus

Un gros plan d'une main tenant une seringue et une dose de vaccin contre la COVID-19.

Le Comité consultatif national de l'immunisation recommande au gouvernement fédéral d'offrir une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 à tous les adultes et particulièrement aux personnes de 50 ans et plus.

Photo : Radio-Canada

Stéphane Bordeleau

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande au gouvernement fédéral d’offrir une dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 à tous les Canadiens de 18 ans et plus qui ont reçu leur deuxième dose depuis au moins six mois. Le CCNI insiste par ailleurs « fortement » pour que les 50 ans et plus reçoivent cette dose de rappel.

Le comité d’experts recommande par ailleurs fortement que les personnes qui ont reçu une série complète de doses de vaccin Oxford-AstraZeneca ou Janssen (Johnson & Johnson) reçoivent également une dose de rappel.

La recommandation vise également les populations autochtones, inuit, métisses ainsi que les travailleurs de la santé et les adultes qui vivent dans des centres de soins de longue durée.

Dans la mesure où la protection offerte par les vaccins tend à diminuer avec le temps, notamment chez les personnes âgées, l'administration d'une dose de rappel de vaccin à ARN messager permettra de renforcer significativement l'immunité des Canadiens, a expliqué l’administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada, Theresa Tam, lors d’une séance d'information technique.

Mais, prévient le Comité consultatif national de l'immunisation, au-delà de l'offre d'une dose de rappel, la priorité absolue des autorités doit demeurer l'administration des deux premières doses de vaccin au plus grand nombre de personnes possible.

Une personne se fait vacciner

Le reportage de Jean-Philippe Hughes

Photo : Getty Images / Yoshikazu Tsuno

À l'heure d'Omicron

Questionné sur la concordance de ces recommandations avec l'arrivée du variant Omicron, le sous-administrateur en chef de la santé publique du Canada, Howard Njoo, a déclaré que les annonces de vendredi ne sont nullement basées sur l'arrivée d'Omicron, dans la mesure où les scientifiques en savent actuellement trop peu sur le comportement de ce nouveau variant.

Découvert la semaine dernière par des scientifiques d'Afrique du Sud, le nouveau variant Omicron se répand rapidement dans le monde, notamment en Europe, où les gouvernements resserrent les mesures frontalières et les restrictions (nouvelle fenêtre) pour tenter de ralentir sa progression.

À l'heure actuelle, Omicron a déjà été détecté dans près de 40 pays, dont le Canada.

Bien qu'aucun décès n'ait encore été officiellement lié au variant, l'Organisation mondiale de la santé prévient que le nombre élevé de mutations qu'il présente laisse présager qu'il sera encore plus transmissible que les variants précédents. Aucune étude n'a par ailleurs démontré, jusqu'à maintenant, que les vaccins en circulation seraient moins efficaces contre Omicron.

À l’heure actuelle, 11 cas du variant ont été détectés au Canada chez des voyageurs en provenance de l’extérieur du pays, a précisé la Dre Tam.

Karl Weiss en entrevue par FaceTime.

Le Dr Karl Weiss a accordé une entrevue à Patrice Roy au sujet de l'immunité conférée par la troisième dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Vers une troisième dose au Québec?

Au Québec, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) a lui aussi transmis au ministère de la Santé et des Services sociaux ses recommandations sur la nécessité d'un rappel du vaccin contre la COVID-19. Un avis devrait être publié la semaine prochaine sur le site de l'Institut national de santé publique du Québec.

Interrogé sur la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation, le ministre québécois de la Santé Christian Dubé a dit espérer faire une annonce en début de semaine prochaine. On a tous hâte de pouvoir commencer, a-t-il ajouté. La dose de rappel est actuellement accessible dans la province aux personnes de plus de 70 ans, ou à celles qui ont eu deux doses du vaccin d'Oxford-AstraZeneca.

Ottawa fait des stocks de comprimés oraux contre la COVID-19

Un peu plus tard en après-midi, le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, et sa collègue des Services publics et de l’Approvisionnement, Filomena Tassi, ont confirmé la réception d’au moins 2,9 millions de doses de vaccin pédiatrique de plus, soit suffisamment pour offrir au moins une dose à tous les enfants du pays en âge d’être vaccinés contre la COIVD-19.

Les ministres ont également confirmé l’achat d’un million de comprimés contre la COVID-19 de Pfizer et de 500 000 comprimés fabriqués par Merck, avec une option pour en acquérir 500 000 de plus.

Ces traitements oraux contre la COVID-19 seront disponibles dès qu’ils auront été approuvés par Santé Canada, ont précisé les ministres Duclos et Tassi.

Stéphane Bordeleau

À la une