1. Accueil
  2. Société
  3. Forces de l'ordre

La police nomme une représentante auprès des familles de femmes autochtones disparues

Mme Tuesday souriante, avec des cheveux violets.

Angie Tuesday est la nouvelle défenseure de l'appui et des ressources consacrés aux familles au Service de police de Winnipeg.

Photo : Service de police de Winnipeg

RCI

Le Service de police de Winnipeg a engagé une représentante qui agira comme intermédiaire auprès des familles de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées.

Angie Tuesday est la nouvelle défenseure de l'appui et des ressources consacrés aux familles, a annoncé la police dans un communiqué, mercredi.

Elle travaillera directement auprès des familles afin de répondre à leurs questions, de les mettre en contact avec des services et des agences et de s'assurer qu’elles aient des ressources culturellement sécuritaires dans leur communauté, selon la police.

Mme Tuesday affirme que son but est d’aider les familles en utilisant une nouvelle approche.

Les grands changements n'arrivent pas d’un coup, dit-elle. Mais c’est la manière dont nous travaillons avec les familles, individuellement, qui peut apporter ce changement.

Angie Tuesday travaillera avec des agents affectés aux services des homicides, des homicides historiques, des personnes disparues et de la contre-exploitation.

Elle a travaillé dans le service d’aide aux victimes du ministère provincial de la Justice pendant les neuf dernières années. Elle offrait de l’aide aux personnes victimes de violence conjugale et d’autres crimes violents.

Je crois que c’est pour cela que j’ai pris ce poste, affirme-t-elle. C’était une bonne occasion de partager [cette expérience acquise] avec des gens et de permettre que les familles soient entendues et aient du soutien.

Mme Tuesday souhaite aussi apporter son expérience personnelle dans son nouveau poste. Elle provient d’une Première Nation d'Ontario et a un de proche qui est mort de manière violente.

Je veux avoir une approche qui tient compte des traumatismes et qui soit sécuritaire sur le plan culturel, déclare-t-elle, ajoutant que cela pourrait vouloir dire rencontrer des familles dans des contextes informels ou en organisant des cérémonies.

Angie Tuesday souhaite que les policiers participent à ces expériences. Pour moi, cela montre qu'ils ont le sens du devoir, qu'ils en comprennent la signification, et leur engagement, dit-elle.

Ce poste a été créé plus de deux ans après le dépôt du rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui demandait une meilleure communication entre la police et les familles des victimes.

En décembre 2020, le chef du Service de police de Winnipeg, Danny Smyth, avait informé le Conseil de police de Winnipeg de son intention de créer ce poste.

Avec les informations de Lauren Donnelly

À la une