1. Accueil
  2. Justice et faits divers
  3. Incidents et catastrophes naturelles

Les eaux du fleuve Nooksack se déplacent vers Abbotsford

La route 1, entre Abbotsford et Chilliwack, a également été fermée à titre préventif face à la montée des eaux dans la vallée du fleuve Fraser.

Une route inondée dans un secteur agricole d'Abbotsford, en Colombie-Britannique, avec des montagnes en arrière-plan sous un ciel nuageux.

Une route inondée dans un secteur agricole d'Abbotsford, en Colombie-Britannique

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Claude St-Denis
William Burr

Le maire d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, Henry Braun, craint que le fleuve Nooksack ne sorte de son lit dans l’État de Washington et n'avance progressivement vers sa municipalité, alors qu’une troisième rivière atmosphérique est attendue mardi.

Dimanche après-midi, les autorités du comté Whatcom ont fait savoir que le fleuve avait rompu la digue à Everson, une localité au sud d'Abbotsford. Le maire, Henry Braun, estime que l’eau pourrait atteindre sa ville sous peu.

La fonte des neiges du mont Baker, dans l’État de Washington, joue aussi un rôle dans ces inondations, précise le maire, sans oublier les quelque 100 millimètres de pluie qui sont tombés à Abbotsford ce week-end.

Le problème, c’est que l’eau n’a nulle part où aller [puisque] la terre est comme une éponge et qu'elle est toute mouillée, explique le maire.

C’est comme un bac à glaçons incliné à environ 2 degrés en direction d’Abbotsford. Chacun des compartiments représente des centaines de champs qui se remplissent, puis l’eau passe au suivant, puis au suivant, jusqu’à ce qu’elle arrive à Abbotsford.
Une citation de Henry Braun, maire d’Abbotsford
Une vue aérienne du fleuve Nooksack, dans l'État de Washington, qui a débordé de son lit près d'Abbotsford.

Le fleuve Nooksack, dans l'État de Washington, a débordé de son lit au sud d'Abbotsford, le 20 novembre 2021.

Photo : Comté de Whatcom/Twitter

Par ailleurs, à 3 h 15, dimanche, Abbotsford a lancé un ordre d’évacuation aux habitants de 90 propriétés du quartier Huntingdon Village.

Il s’agit des secteurs suivants :

  • le chemin Sumas, dans l’ouest;

  • la rue A et la 2e Avenue, dans l’est;

  • la route Farmer, dans le nord;

  • la frontière américaine, dans le sud.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait besoin de plus de ressources face à ces inondations, Henry Braun a déclaré que la Municipalité avait tout ce dont elle avait besoin, si seulement elle pouvait arrêter la pluie.

Les digues d’Abbotsford sont en meilleur état qu'elles ne l’étaient avant la première rivière atmosphérique, le 14 novembre, a-t-il ajouté en conférence de presse : J’ai bon espoir que nous avons fait ce que nous pouvons faire et que nous sommes aussi prêts que possible, pour ce qui va suivre.

Envisager le pire

En même temps, Henry Braun et la Ville d’Abbotsford se préparent au pire pour la semaine à venir.

Le pire scénario serait un pur cauchemar, affirme le maire.

Si l’eau atteint les pompes, on devra les arrêter. Si c'est le cas, le lac redeviendra ce qu’il était il y a 10 ans et on aura jusqu’à 3 mètres d’eau par-dessus la route 1 pendant un an.
Une citation de Harry Braun, maire d'Abbotsford
Des militaires aident des habitants d'Abbotsford à remplir des sacs de sable.

Des militaires aident des habitants d'Abbotsford à remplir des sacs de sable.

Photo : Radio-Canada / Janella Hamilton

Autoroutes fermées

À 17 heures, dimanche, le danger d'inondation a poussé la province à fermer l'Autoroute 1 entre Chilliwack et Abbotsford, dans la vallée du fleuve Fraser.

Trois routes de la Colombie-Britannique sont par ailleurs fermées de manière préventive depuis samedi après-midi, soit :

  • la route 1, dans le canyon du Fraser menant vers l'intérieur de la province;

  • la route 3, entre Hope et Princeton;

  • la route 99, entre Pemberton et Lillooet.

Dimanche, le ministre des Transports, Rob Fleming, a précisé qu’il y avait eu des inondations et des glissements de terrain mineurs sur la route 3, près de Princeton. Quand le trafic sera rétabli, il sera limité aux transports commerciaux et aux déplacements essentiels.

Des voitures circulent sur une seule voie de la route 7 pendant que des engins de chantier retirent des débris.

Des engins de chantier nettoient les débris d'un glissement de terrain survenu sur la route 7, à l'ouest d'Agassiz, le 20 novembre 2021.

Photo : La Presse canadienne / Johnathan Hayward

Le ministre a aussi déclaré que le trafic ferroviaire du Canadien Pacifique a recommencé à être exploité dans les deux directions, après des travaux de réparations importants. Le Canadien National, pour sa part, est très près de pouvoir faire circuler à nouveau ses trains, explique Rob Fleming.

Moins de pluie lundi

Jusqu’à dimanche midi, la vallée du Fraser a reçu entre 35 et 60 millimètres de pluie, a expliqué Ted White, du Centre de prévision des régimes fluviaux, lors d’un point de presse dimanche.

Il a souligné que de nouveaux avertissements d’inondations potentielles avaient été lancés pour les rivières Tulameen, Similkameen, Coldwater et Nicola.

Cependant, les conditions météorologiques devraient s’améliorer lundi.

Une troisième rivière atmosphérique  (nouvelle fenêtre)venant de l’océan Pacifique pourrait toutefois augmenter les risques d’inondation mardi et mercredi, selon M. White.

Il s’attend aussi à d'autres tempêtes vendredi et samedi.

L’impact cumulatif de tempêtes successives est inquiétant.
Une citation de Armel Castellan, météorologue, Environnement Canada
Des tracteurs roulent dans un champ inondé à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le jeudi 25 novembre 2021.

Avec les inondations survenues il y a près de deux semaines, les champs sont saturés, dit le maire d'Abbotsford, Henry Braun.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le système d’alerte prêt à tout moment

De plus, selon le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, la province est prête à utiliser son système d’alerte. Dernièrement, des partis d’opposition ont demandé au gouvernement (nouvelle fenêtre) pourquoi il n’avait jamais utilisé ce système, malgré le fait qu’il existe depuis 2018 et que d’autres provinces l’ont utilisé à maintes reprises.

Si une communauté détermine qu’il existe une menace imminente à la sécurité publique, la province demeure prête à déclencher ce qu’on appelle une alerte intrusive radiodiffusée, a dit Mike Farnworth.

Il continue à exhorter la population à éviter les déplacements non essentiels.

Avec des informations de Gurpreet Kambo

Claude St-Denis
William Burr

À la une