1. Accueil
  2. International
  3. Politique internationale

[Reportage] Manifestation à Montréal contre le coup d’État au Soudan

Plusieurs personnes tiennent des drapeaux soudanais et des pancartes.

La marche des membres de la communauté soudanaise pour dénoncer le coup d'État dans leur pays d'origine s'est mise en branle le samedi 13 novembre 2021 à midi à la place du Canada au centre-ville de Montréal.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Samir Bendjafer

Une centaine de membres de la communauté soudanaise et leurs amis se sont rassemblés samedi au centre-ville de Montréal pour dénoncer le coup d’État du général Abdel Fattah Al-Burhane, survenu le 25 octobre au Soudan, ainsi que sa récente décision de nommer un nouveau conseil de Souveraineté dont ont été exclus les représentants du bloc réclamant un transfert du pouvoir aux civils.

Le conseil avait été formé en août 2019, quelques mois après la chute du régime d’Omar El-Béchir. Il était composé en parts égales de civils et de militaires et s'était engagé à organiser les premières élections libres dans ce pays de l'Afrique du Nord-Est en 2023.

Liberté, liberté pour le Soudan… Nous n’abandonnerons jamais… Révolutionnaires, peuple libre… Nous continuerons ensemble! Voilà quelques-uns des slogans scandés par les participants au rassemblement de samedi à la place du Canada à Montréal en soutien à la manifestation du million qui a eu lieu le même jour dans la capitale soudanaise, Khartoum.

Avant de prendre le micro pour s’adresser aux manifestants, la militante soudanaise Salwa Abdel-Wahab a déclaré dans une entrevue à Radio Canada International (RCI) que tous les spectres de la communauté soudanaise au Canada participent à ce rassemblement et qu’aujourd’hui [samedi], les Soudanais sortiront dans environ 16 villes canadiennes pour soutenir la "manifestation du million" au Soudan.

En fait, des appels ont été lancés sur des réseaux de médias sociaux demandant aux Soudanais de manifester dans de nombreuses villes canadiennes comme Ottawa, Toronto, Hamilton, Kitchener, Calgary et plusieurs autres.

Une femme debout dans un parc et un drapeau soudanais derrière elle

Salwa Abdel-Wahab, une des participantes à la manifestation contre le coup d'État au Soudan, le samedi 13 novembre 2021, à Montréal.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

À Ottawa, les manifestants devaient défiler de l’ambassade des Émirats arabes unis jusqu'à l’ambassade de Russie, en passant devant la représentation diplomatique d’Arabie saoudite et celle d’Égypte puis l’hôtel de ville.

Nous nous réunissons aujourd’hui pour affirmer notre rejet du coup d’État militaire et de toutes ses conséquences. Ce coup d’État a, une nouvelle fois, défié la volonté de dialogue chez les citoyens et leurs droits nationaux et les droits des uns par rapport aux autres.
Une citation de Salwa Abdel-Wahab, militante soudanaise au Canada

Elle considère que la poursuite du coup d’État est un crime et pourrait devenir un tournant dans l’histoire du Soudan et la fermeté de son peuple qui a résisté et renversé les dictatures les plus violentes.

Elle estime que le renversement du régime militaire par les moyens pacifiques disponibles est devenu un devoir national afin de rétablir le processus de transition civile et démocratique.

Un homme, une femme et leurs deux petites filles font le signe de la victoire.

Originaire de Khartoum, la famille El-Nour El-Cheikh a pris part à la marche du 13 novembre 2021 à Montréal pour dénoncer le coup d'État au Soudan.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Le rassemblement sur la place du Canada a réuni de nombreux parents accompagnés de leurs enfants qui brandissaient des drapeaux soudanais. Certains enfants avaient le drapeau du pays de leurs ancêtres dessiné sur les joues.

Les manifestants ont écouté des discours en arabe, en français et en anglais. Certains d’entre eux portaient des pancartes affichant des slogans contre les militaires putschistes et appelant à un retour au régime civil dans leur pays d’origine.

Khalid Mustafa Medani, professeur associé à l’Université McGill, a pris part au rassemblement dans la métropole québécoise. Dans son discours, il a déploré les actes de violence qui ont conduit à la mort de plusieurs manifestants samedi dans son pays d’origine.

Cinq personnes ont été tuées et de nombreuses autres ont été blessées samedi au Soudan quand les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles et fait usage de grenades lacrymogènes contre des dizaines de milliers de manifestants opposés au coup d’État.

Les ambulances ont été empêchées de transporter les blessés vers les hôpitaux qui, eux aussi, ont été attaqués par des miliciens, a déclaré M. Medani.

Cette version est contestée par la police, qui a nié avoir ouvert le feu sur les manifestants et dit, selon la télévision nationale, avoir enregistré 39 blessés graves dans ses rangs.

Des manifestants dans la rue et de la fumée au fond.

Des manifestants contre le coup d'État militaire à Khartoum, le samedi 13 novembre 2021.

Photo : Associated Press / Marwan Ali

À la veille des manifestations de samedi, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) a demandé aux responsables militaires de veiller à ce que les droits du peuple soudanais à la liberté d’expression et de réunion pacifique soient pleinement respectés.

Le représentant spécial des Nations unies pour le Soudan, Volker Perthes, a lui aussi appelé, dans un gazouillis, les forces de sécurité [soudanaises] à faire preuve de la plus grande retenue et à respecter le droit de réunion pacifique et la liberté d’expression. Il a également ajouté que les manifestants doivent maintenir le principe de protestation pacifique.

Le message sur Twitter en arabe de Volker Perthes :

Dans son allocution, Khalid Mustafa Medani a souligné la force du mouvement de protestation au Soudan.

Je tiens à souligner la nature cumulative de cette merveilleuse révolution alors qu’une autre manifestation plus importante est prévue le 17 novembre [à Khartoum et ses environs]. Nous ne devons pas nous contenter de soutenir une manifestation d’un million aujourd’hui ou une autre prochainement, mais nous devons soutenir tous les actes de désobéissance civile au Soudan.
Une citation de Khalid Mustafa Medani, opposant au coup d’État au Soudan
Un homme parle au microphone dans une place publique.

Khalid Mustafa Medani, professeur associé de science politique à l'Université McGill, a pris la parole au rassemblement organisé par des membres de la diaspora soudanaise à Montréal le samedi 13 novembre 2021 pour dénoncer le coup d'État au Soudan.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Dickens et Madson inc.

Le rassemblement s’est transformé en une marche qui a sillonné les rues de Montréal avec des policiers qui accompagnaient les participants. Ceux-ci ont continué à scander des slogans contre le régime militaire à Khartoum, notamment : Justice pour le Soudan! ou Ce régime doit partir!

La foule s’est arrêtée devant le 1255, square Phillips, à environ 600 mètres de la place du Canada. À cette adresse se trouve le bâtiment qui abrite les bureaux de Dickens et Madson inc. Cette société fournit au régime militaire soudanais des services de lobbying et de relations publiques depuis deux ans et demi.

La police de Montréal a donné aux manifestants la permission de rester devant le bâtiment pour un maximum de 15 minutes.

Deux jeunes filles, portant l'une un drapeau soudanais et l'autre une pancarte, et une femme qui utilise un porte-voix.

Rassemblement de membres de la diaspora soudanaise le samedi 13 novembre 2021 au centre-ville de Montréal devant l'immeuble qui abrite les bureaux de la firme de lobbying Dickens et Madson pour dénoncer un contrat signé entre celle-ci et les militaires au pouvoir au Soudan.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

En mai 2019, Dickens et Madson inc. a signé un contrat d’une valeur de 6 millions de dollars américains, soit environ 7,5 millions de dollars canadiens, avec le général Mohamed Hamdan Daglo, dit Hemedti, numéro deux du pouvoir militaire au Soudan.

Le contrat a été révélé par le quotidien canadien The Globe and Mail en juillet 2019.

Nous ferons de notre mieux pour vous assurer une couverture médiatique, internationale aussi bien que soudanaise, favorable, s’engage à faire la société de lobbying montréalaise dans une des clauses du contrat.

Zine El-Abidine Zarrouk, l’un des organisateurs de la manifestation à Montréal, a prononcé une allocution dans laquelle il a dit que le service fourni par Dickens et Madson inc. est précisément de soutenir Hemedti, commandant des Forces de soutien rapides [anciennement les milices Janjaweed] accusés de massacres et d’atrocités au Darfour.

Le Darfour, région située dans l’ouest du Soudan, est le théâtre d’un conflit armé depuis 2003.

Nous, Soudanais du monde, exprimons notre rejet du contrat signé avec Dickens et Madison inc. dans lequel des fonds du Trésor soudanais ont été utilisés pour soutenir une dictature qui tue des civils.
Une citation de Extrait d’une déclaration lue lors de la manifestation à Montréal

Zine El-Abidine Zarrouk, qui a lu la déclaration, affirme que la pression exercée par Dickens et Madison inc. contribuera à renforcer le coup d’État militaire et l’abolition des libertés et des droits de la personne au Soudan.

Un homme portant un drapeau soudanais et plusieurs personnes autour de lui.

Rassemblement de membres de la diaspora soudanaise le samedi 13 novembre 2021 au centre-ville de Montréal devant l'immeuble qui abrite les bureaux de la firme de lobbying Dickens et Madson pour dénoncer un contrat signé entre celle-ci et les militaires au pouvoir au Soudan.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Poursuivre le soutien

Le soutien au mouvement de protestation au Soudan se poursuivra, selon Salwa Abdel-Wahab qui vit depuis trois ans au Canada. Un groupe de Soudanais devrait rencontrer le premier ministre Justin Trudeau le 20 novembre.

Le Canada est membre du Groupe des amis du Soudan qui a publié une déclaration commune (nouvelle fenêtre) le 27 octobre, soit deux jours après le coup d’État du général Abdel Fattah Al-Burhane.

Les membres du groupe condamnent fermement le coup d’État militaire en cours au Soudan et demandent la libération immédiate des représentants qui sont détenus illégalement, peut-on lire au début de la Déclaration des Amis du Soudan publiée sur le site d’Affaires mondiales Canada.

Dans leur déclaration, les Amis du Soudan ont également appelé à la restauration de tous les arrangements et de toutes les institutions de transition tels que définis dans le document constitutionnel et ont prévenu que toute tentative de l’armée visant à modifier unilatéralement ces dispositions et à bouleverser le partenariat crucial entre civils et militaires est inacceptable.

En plus du Canada, le groupe des Amis du Soudan compte parmi ses rangs l’Allemagne, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Italie, la Norvège, le Royaume des Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède, l’Union européenne et les Nations unies.

Note : ce reportage est également disponible en arabe, et a été traduit en français par Fadi Harouny

Avec les informations de Agence France-Presse.
Samir Bendjafer

À la une