1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

L’unifolié sera hissé de nouveau dimanche pour être remis en berne pour les vétérans

Le drapeau à mi-mât aperçu de loin, au sommet de la tour de la Paix.

Le drapeau canadien est en berne au-dessus de la tour de la Paix, à Ottawa, depuis la découverte des restes de 215 enfants près du terrain d'un ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

RCI

Ottawa annonce que les drapeaux unifoliés qui sont en berne depuis plus de cinq mois seront hissés de nouveau dimanche soir afin de les remettre en berne pendant une semaine à compter du jour du Souvenir.

Le drapeau canadien qui se trouve au sommet de la tour de la Paix, à Ottawa, et ceux flottant sur tous les édifices et établissements du gouvernement fédéral à travers le pays avaient été mis en berne le 30 mai dernier après la découverte des restes de 215 enfants (nouvelle fenêtre) près du terrain d'un ancien pensionnat pour Autochtones de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Des centaines d'autres sépultures anonymes sont venues s'ajouter au bilan après que des fouilles eurent été menées en Colombie-Britannique et en Saskatchewan l'été dernier.

Les drapeaux seront donc hissés au sommet de leurs mâts dimanche au coucher du soleil.

Ils seront de nouveau mis en berne le lendemain matin au lever du soleil, pour souligner la Journée des anciens combattants autochtones, puis hissés au sommet des mâts le soir même, au coucher du soleil.

Enfin jeudi, le 11 novembre, comme chaque année à l’occasion du jour du Souvenir, les drapeaux seront de nouveau mis en berne au lever du soleil afin d'honorer les Canadiens qui ont sacrifié leur vie sur des champs de bataille.

Pendant la dernière campagne électorale, le premier ministre Justin Trudeau avait affirmé ne pas avoir l'intention de relever ces drapeaux sans avoir obtenu l'accord des Premières Nations. Il avait fait savoir cette semaine que le gouvernement discutait de façon très proche avec les peuples autochtones pour s'assurer que ce soit fait de la bonne façon.

[La] mise en berne [du drapeau canadien] pendant la plus longue période dans l'histoire de notre pays témoigne d'un exceptionnel sentiment de deuil.
Une citation de Extrait d'un communiqué du ministère des Services aux Autochtones

Le reportage de Louis Blouin

Honorer les victimes des pensionnats

Selon un communiqué gouvernemental publié vendredi, Ottawa et ses partenaires autochtones ont choisi de nouvelles façons d'honorer les victimes des pensionnats pour Autochtones et de veiller à ce qu’elles ne tombent jamais dans l’oubli.

Ainsi, l'unifolié sera désormais mis en berne le 30 septembre de chaque année pour marquer la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

De plus, il est question d'ériger un monument national à Ottawa en hommage aux survivants des pensionnats et à tous les enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux.

Le gouvernement hissera aussi le drapeau des survivants du Centre national pour la vérité et la réconciliation à un endroit approprié de la Cité parlementaire.

Un groupe devant une pancarte sur laquelle est inscrit : chaque enfant compte.

Le slogan « Chaque enfant compte » rappelle les effets dévastateurs des pensionnats pour Autochtones.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Il semble cependant qu'Ottawa ne concrétisera pas la motion adoptée jeudi par le comité exécutif de l'Assemblée des Premières Nations (APN). La motion réclame que l’unifolié soit hissé dimanche sur tous les bâtiments fédéraux aux côtés d'un drapeau orange portant la mention Chaque enfant compte.

L'assemblée souhaite que les deux drapeaux, l'orange et l'unifolié, flottent côte à côte jusqu'à ce que toutes les dépouilles d'enfants soient récupérées et envoyées dans leur terre d'origine – physiquement ou symboliquement – et qu'ait lieu une cérémonie appropriée.

Pour sa part, le Congrès des peuples autochtones, qui représente les intérêts des Autochtones vivant hors réserve, a fait savoir qu’il considérait comme respectueuse et importante la démarche gouvernementale consistant à avoir demandé conseil aux organisations autochtones nationales.

Mais selon l’opposition officielle à Ottawa, même s’il était approprié de mettre l’unifolié en berne pour reconnaître notre histoire tragique des pensionnats, cela l’était moins de mettre le drapeau en berne sans aucune forme de protocole ou de plan pour redonner au drapeau du Canada la place qui lui revient. Le Parti conservateur invite les Canadiens à s'engager dans l’effort collectif de réconciliation.

Avec les informations de La Presse canadienne.

À la une