1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Joly aux Affaires étrangères, Anand à la Défense, Guilbeault à l’Environnement

Justin Trudeau pose avec l'ensemble de son Conseil des ministres.

Le reportage de Louis Blouin

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

François Messier

Un Cabinet paritaire de 38 ministres comprenant plusieurs vétérans et quelques recrues épaulera le premier ministre Justin Trudeau pour son troisième mandat à la barre du pays. La cérémonie d'assermentation avait lieu mardi avant-midi à Rideau Hall, la résidence de la gouverneure générale Mary May Simon.

L'une des nominations les plus remarquées est celle de Mélanie Joly, promue ministre des Affaires étrangères, après avoir été responsable du Développement économique et des Langues officielles. Son travail de stratège au Québec dans l’organisation de la dernière élection aurait été remarqué, raconte-t-on en coulisse.

Mme Joly remplace Marc Garneau, qui avait toujours été membre du Cabinet depuis le retour au pouvoir des libéraux, en 2015. L'ancien astronaute pourrait se voir confier un poste de diplomate, selon ce qui circule sur la colline du Parlement.

Ce fut un honneur et un privilège de servir mon pays en tant que ministre des Transports et des Affaires étrangères, a simplement commenté M. Garneau sur Twitter, avant de remercier ses collègues libéraux, les fonctionnaires fédéraux, les citoyens de sa circonscription de Notre-Dame-de-Grâce–Westmount et sa famille.

Masqués, Mélanie Joly et Justin Trudeau se regardent en souriant.

Justin Trudeau a choisi de nommer Mélanie Joly comme ministre des Affaires étrangères à la place de Marc Garneau, qui quitte le Cabinet.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Une autre nomination qui ne passe pas inaperçue est celle d'Anita Anand, nommée à la Défense en remplacement de Harjit Sajjan, déplacé au Développement international. Elle devient la deuxième femme à occuper ce poste, après la conservatrice Kim Campbell, en 1993.

L'ex-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, qui s'est fait remarquer en pilotant l'achat de vaccins contre la COVID-19, aura fort à faire pour gérer les Forces armées canadiennes, en pleine tourmente en raison de la multiplication des allégations d’inconduites sexuelles visant de hauts gradés.

Justin Trudeau et Anita Anand échangent quelques mots.

Le reportage de Yasmine Mehdi

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Steven Guilbeault, qui a fait le saut en politique en 2019 après un long parcours de militant écologiste, hérite pour sa part du poste de ministre de l’Environnement et du Changement climatique (nouvelle fenêtre), en remplacement de l’actuel titulaire, Jonathan Wilkinson, déplacé aux Ressources naturelles.

M. Guilbeault arrive en poste à moins d'une semaine de l'ouverture de la COP26, la conférence des Nations unies sur le climat, à laquelle M. Trudeau doit participer.

Plan moyen de Justin Trudeau et de Steven Guilbeault.

Entrevue avec Steven Guilbeault, nouveau ministre de l'Environnement et des Changements climatiques

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

De nouvelles responsabilités pour d'autres Québécois

Pablo Rodriguez, qui conserve son poste de lieutenant du Québec, remplace M. Guilbeault à titre de ministre du Patrimoine canadien, un poste qu'il a occupé pendant plus d'un an lors du premier mandat de M. Trudeau. Il devra donc piloter le projet de loi visant à moderniser la Loi sur la radiodiffusion, morte au feuilleton l'été dernier.

La fonction de leader parlementaire que M. Rodriguez remplissait avant les élections est confiée à Mark Holland, qui était whip.

Pablo Rodriguez.

Pablo Rodriguez, photographié à son arrivée à Rideau Hall, redevient ministre du Patrimoine canadien et demeure lieutenant du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Autre changement notable : Jean-Yves Duclos passe du Conseil du Trésor à la Santé, en remplacement de Patty Hajdu, qui devient ministre des Services aux autochtones. Le ministre québécois devra donc mener les négociations avec les provinces, qui réclament de fortes hausses des transferts fédéraux en santé.

Les cordons de la bourse fédérale sont confiés à Mona Fortier.

Le ministère de la Santé est désormais scindé : Carolyn Bennett hérite ainsi d'un nouveau poste de ministre de la Santé mentale et des Dépendances, et de ministre associé à la Santé.

Le ministère des Relations Couronnes-Autochtones qu'occupait Mme Bennett est remis à Marc Miller, jusqu'ici ministre des Services aux Autochtones. M. Miller demeure ainsi au cœur de la volonté de réconciliation du gouvernement avec les Premières Nations.

Carolyn Bennett marche sous la pluie.

Une nouvelle fonction est confiée à Carolyn Bennett, vue à son arrivée à Rideau Hall : celle de ministre de la Santé mentale et des Dépendances et ministre associée de la Santé.

Photo : Getty Images / AFP / LARS HAGBERG

Karina Gould, qui s'occupait du Développement international, passe au ministère de la Famille, des Enfants et du Développement social, où elle devra négocier avec les provinces la création d'une offre de services de garde à 10 $ par jour d'un océan à l'autre.

Cette fonction était jusqu'ici remplie par Ahmed Hussen, qui demeure au Cabinet à titre de ministre du Logement, un nouveau poste. M. Hussen sera aussi responsable de la Diversité et de l'Inclusion, des dossiers qui appartenaient jusqu'ici à Bardish Chagger.

Cette dernière se trouve éjectée du Cabinet, à l'instar de Jim Carr, qui était ministre responsable des Prairies.

Seamus O'Regan, qui était aux Ressources naturelles, devient ministre du Travail, en remplacement de Filomena Tassi, qui succède à Mme Anand à titre de ministre des Services publics et de l'Approvisionnement.

Le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière revient pour sa part à Joyce Murray. Le poste de ministre du Gouvernement numérique qu'elle occupait jusqu'ici disparaît.

Justin Trudeau fait une accolade à François-Philippe Champagne.

François-Philippe Champagne demeure ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Plusieurs ministres conservent leurs fonctions, dont François-Philippe Champagne (Innovation, Sciences et Industrie), Marie-Claude Bibeau (Agriculture), Omar Alghabra (Transports), David Lametti (Justice) et Dominic LeBlanc (Affaires intergouvernementales).

M. LeBlanc n'en reçoit pas moins une promotion puisqu'il se voit aussi confier les responsabilités de l’Infrastructure et des Collectivités. Elles appartenaient autrefois à Catherine McKenna, qui n'a pas brigué un nouveau mandat.

Zone économie : entrevue avec le ministre François-Philippe Champagne.

Lawrence McCaulay (Anciens Combattants) et Diane Lebouthillier (Revenu), Carla Qualthrough (Emploi), Mary Ng (Commerce international, Petite Entreprise, Développement économique) et Dan Vandal (Affaires du Nord) conservent aussi leurs postes.

Harjit Sajjan passe devant la gouverneure générale Mary Simon et le premier ministre Justin Trudeau.

Harjit Sajjan est maintenant ministre du Développement international et responsable du développement économique du Pacifique.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Les nouveaux visages du gouvernement

Les députés Randy Boissonnault, Sean Fraser, Pascale St-Onge, Marci Ien, Kamal Khera, Gudie Hutchings et Helena Jaczek sont au nombre des nouvelles recrues qui font leur entrée au Cabinet, tandis que Ginette Petitpas Taylor, qui a déjà été ministre de la Santé, y effectue un retour à titre de ministre des Langues officielles.

M. Boissonnault, qui redonne à M. Trudeau un premier ministre albertain depuis 2019, hérite d'un nouveau ministère du Tourisme, vraisemblablement destiné à donner un coup de pouce à une industrie durement malmenée depuis le début de la pandémie. Il sera aussi ministre associé aux Finances.

Randy Boissonnault marche avec un parapluie à la main.

Randy Boissonnault fait son entrée au Cabinet à titre de ministre du Tourisme et ministre associé des Finances.

Photo : Getty Images / AFP / LARS HAGBERG

Le Néo-Écossais Sean Fraser devient ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Il succède ainsi à Marco Mendicino, qui passe à la Sécurité publique en remplacement de Bill Blair. Ce dernier conserve cependant sa fonction de ministre de la Protection civile, et devient en outre président du Conseil privé.

Pascale St-Onge, leader syndicale élue de justesse dans Brome-Missisquoi, se voit confier les rênes d'un nouveau ministère des Sports. Elle sera également responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.

Marci Ien marche sous la pluie.

Marci Ien, photographiée à son arrivée à Rideau Hall, accède au poste de ministre des Femmes, de l’Égalité des genres et de la Jeunesse.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Marci Ien, une ancienne animatrice de CTV qui a remporté la circonscription de Toronto-Centre, sera la nouvelle ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse. Elle succède à Maryam Monsef, l'une des trois femmes à ne pas être de retour au Cabinet en raison d'une défaite électorale.

Kamal Khera, infirmière de formation, devient pour sa part ministre des Aînés, Gudie Hutchings aura la responsabilité du Développement économique rural, tandis qu'Helena Jaczek entre au Cabinet à titre de ministre responsable de l'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario.

Justin Trudeau et sa conjointe Sophie Grégoire Trudeau marchent dehors sous un parapluie.

Le premier ministre Justin Trudeau et Sophie Grégoire Trudeau arrivant pour la cérémonie d'assermentation du Cabinet à Rideau Hall.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

François Messier

À la une