1. Accueil
  2. Santé
  3. Établissements de santé

Vaccination obligatoire : des centaines d’employés d’hôpitaux déjà renvoyés en Ontario

Plusieurs hôpitaux prennent des mesures alors que le gouvernement Ford tarde à annoncer sa décision sur la vaccination obligatoire.

Des ambulanciers transportent un patient sur une civière à l'urgence d'un hôpital.

Toronto a été l'une des villes canadiennes les plus touchées par la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Myriam Eddahia

Plus de 300 travailleurs dans le domaine de la santé ont été renvoyés pour avoir violé la politique de vaccination obligatoire contre la COVID-19 de leurs hôpitaux.

Les hôpitaux ontariens ont déjà renvoyé plusieurs centaines de membres du personnel, soignant et administratif, pour ne pas avoir respecté la politique de vaccination en place.

Certains n'ont pas voulu se faire vacciner contre la maladie, d'autres n'ont pas présenté de preuve de vaccination complète à leur employeur.

D'ailleurs, plus de 800 employés ont déjà été suspendus (nouvelle fenêtre) sans salaire pour ne pas s'être fait vacciner ou pour ne pas avoir divulgué leur statut vaccinal avant l'échéancier établi par l'hôpital en question.

Dans la majorité des cas, ces travailleurs du domaine de la santé seront remplacés par de nouveaux employés ou des employés à temps partiel, sans que cela crée de perturbations majeures dans le système de santé.

Les dizaines d'hôpitaux contactés par Radio-Canada affirment que la qualité des soins et des services aux patients n'en souffrira pas.

Séance de vaccination.

Une employée de l'hôpital de Sudbury se fait vacciner contre la COVID-19.

Photo : Horizon Santé-Nord

Pas de décision sur la vaccination obligatoire à l'échelle provinciale

Pour l'heure, le gouvernement du premier ministre Doug Ford évalue une possible mise en place d'une politique de vaccination obligatoire pour l'ensemble des travailleurs de la santé, comme c'est le cas au Québec (nouvelle fenêtre), mais ne donnera pas sa décision cette semaine.

Plusieurs corps médicaux, dont la principale association des hôpitaux ontariens (nouvelle fenêtre), font pression pour qu'une telle politique soit décrétée.

Doug Ford a jusqu'à présent refusé de trancher sur la question, citant des inquiétudes quant à la nécessité de licencier des dizaines de milliers d'employés à un moment où les hôpitaux sont toujours surchargés.

Nous devons nous assurer que nous ne prenons pas plus de retard sur les diagnostics [et] sur les chirurgies, a-t-il déclaré aux journalistes lors d'une annonce mardi.

Dans le détail

Au Réseau universitaire de santé de Toronto (University Health Network, UHN), 153 personnes ont décidé de ne pas se faire vacciner contre la COVID-19.

Elles ne sont donc plus des salariées du réseau de santé (nouvelle fenêtre), qui rassemble entre autres quatre hôpitaux à Toronto.

L'University Health Network, qui est affilié à l'Université de Toronto, comprend l’Hôpital général de Toronto, le Centre de cancérologie Princess Margaret, l’Hôpital Western de Toronto, l’Institut de réadaptation de Toronto et l'Institut d'éducation Michener (un établissement postsecondaire).

En date de vendredi, plus de 99 % de ceux qui font partie du Réseau universitaire de santé de Toronto ont été vaccinés, précise par courriel la porte-parole du Réseau, Gillian Howard.

Le Centre hospitalier universitaire Health Sciences de London perd, quant à lui, 84 employés, dont 43 membres du personnel soignant.

Conformément au processus réglementaire existant, les privilèges de moins de cinq médecins seront [également] suspendus, ajoute le réseau de santé.

Les médecins doivent respecter la politique de l'hôpital, mais ils ne sont pas directement renvoyés par celui-ci.

D'un point de vue opérationnel, ces départs auront un impact minimal, car ils sont répartis dans l'ensemble de l'organisation, assure l'établissement. Le recrutement pour les postes vacants est déjà bien avancé.

Dans le sud-ouest de la province (nouvelle fenêtre), l'Hôpital régional de Windsor a procédé à 62 congédiements.

Parmi ces employés, au moins 32 sont des membres du personnel soignant.

Le recrutement pour pourvoir ces postes commence immédiatement, assure le porte-parole Steve Erwin. Le personnel non vacciné était réparti sur plusieurs programmes.

Avant ces renvois, 147 employés de l'Hôpital régional de Windsor ont été suspendus pendant deux semaines.

En Ontario, ce sont les établissements de santé qui ont la responsabilité de mettre en place leur propre politique de vaccination contre la COVID-19.

À l'heure actuelle, certains d'entre eux, comme Horizon Santé-Nord, à Sudbury, ont choisi d'offrir des tests de dépistage réguliers plutôt que d'imposer l'immunisation contre le virus.

Myriam Eddahia

À la une