1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Steven Guilbeault à l’Environnement et une promotion pour Mélanie Joly

Steven Guilbeault en gros plan devant une rangée de drapeaux canadiens.

Steven Guilbeault a cofondé l’organisme Équiterre, a travaillé au sein de l’organisme Greenpeace et a agi à titre de conseiller auprès de nombreuses organisations en matière d’environnement (archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Louis Blouin

L’écologiste Steven Guilbeault devrait hériter du portefeuille de l’Environnement. C’est l’un des changements majeurs dans le nouveau Conseil des ministres de Justin Trudeau qui doit être rendu public mardi à Ottawa. Mélanie Joly devrait quant à elle monter en grade et Marc Garneau perdrait son poste.

Après avoir fait ses armes au ministère du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault devrait se voir confier les commandes du ministère de l’Environnement, selon ce qu’a pu confirmer Radio-Canada.

C’est Jonathan Wilkinson, un ministre de la région de Vancouver, qui occupe actuellement ces fonctions.

Selon nos informations, Steven Guilbeault a toujours eu officieusement l’oreille de ses collègues pour les questions qui touchent à l’environnement et au climat autour de la table du Cabinet.

Lors de son long parcours comme militant écologiste, M. Guilbault a cofondé l’organisme Équiterre, a travaillé au sein de l’organisme Greenpeace et a agi à titre de conseiller auprès de nombreuses organisations en matière d’environnement.

Selon nos informations, une autre ministre du Québec devrait prendre du galon dans le prochain Cabinet. Mélanie Joly, qui est actuellement ministre du Développement économique et des Langues officielles, devrait obtenir une promotion.

Son travail de stratège au Québec dans l’organisation de la dernière élection aurait été remarqué, selon ce qui circule en coulisse.

Mélanie Joly prend la parole, debout, en Chambre.

La ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, devrait obtenir une promotion, selon ce qu'a appris Radio-Canada (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, perdrait son poste et ne se verrait confier aucun autre portefeuille.

On s’attend également à ce que l’ancienne leader syndicale Pascale St-Onge, élue dans Brome-Missisquoi (nouvelle fenêtre), fasse son entrée au Cabinet. Jusqu'à tout récemment, Mme St-Onge présidait la Fédération nationale des communications et de la culture.

Rappelons que Justin Trudeau a déjà confirmé que son Cabinet serait paritaire et que Chrystia Freeland allait conserver son rôle de ministre des Finances et de vice-première ministre.

Cinq grandes priorités

Dans l’entourage du premier ministre, on précise que le prochain Cabinet comprendra des joueurs expérimentés et de nouveaux visages. Justin Trudeau a eu des choix difficiles à faire, précise une source.

Il veut s’entourer de gens qui pourront mettre en œuvre rapidement et efficacement les priorités du nouveau gouvernement, selon cette source.

La fin de la pandémie, l’économie et l’environnement, la réconciliation, l’accès au logement et les ententes sur les garderies sont les enjeux prioritaires qui ont été déterminés par Justin Trudeau et son équipe.

Quel sort pour Harjit Sajjan?

En coulisse, plusieurs libéraux jugent peu probable que Harjit Sajjan soit reconduit (nouvelle fenêtre) dans ses fonctions de ministre de la Défense, en raison de la multiplication des allégations d’inconduites sexuelles visant des membres du commandement des Forces armées canadiennes.

Une source haut placée affirme que peu importe qui sera le prochain ministre chargé de la Défense, il devra être un moteur de changement de la culture de l’organisation. La prochaine personne choisie devra aussi remonter le moral des troupes.

Cette source affirme que l’instabilité des derniers mois avait une incidence négative sur le niveau de préparation opérationnelle des Forces armées canadiennes.

Louis Blouin

À la une