1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

Legault n’exclut pas de devoir reporter encore l’obligation vaccinale en santé

Le premier ministre du Québec, François Legault, portant une épinglette du fleurdelisé.

Le premier ministre du Québec estime qu'il pourrait devoir repousser de nouveau la date butoir du 15 novembre imposée au personnel de la santé pour leur permettre de compléter leur vaccination contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Stéphane Bordeleau

Le premier ministre du Québec, François Legault, estime qu'il pourrait être nécessaire de repousser une fois de plus la date limite du 15 novembre imposée aux travailleurs de la santé qui ne sont pas vaccinés dans certains secteurs où la pénurie d'infirmières est plus importante.

Se défendant d'être un homme dogmatique, le premier ministre a expliqué au micro de Midi info, sur les ondes d'ICI Première, que depuis le début de la pandémie son gouvernement s'est efforcé de faire la balance des inconvénients afin de déterminer la moins pire des solutions.

S'il reconnaît qu'il pourrait devoir de nouveau lâcher du lest à l'approche du 15 novembre, François Legault a laissé entendre qu'il pourrait le faire, mais pas partout. Les secteurs où il manque trop de personnel, notamment d'infirmières, pourraient en effet bénéficier d'un nouveau sursis en cas de besoin.

Moi, j’aime mieux à un moment donné reculer, m’ajuster plutôt que d’être entêté et de dire par orgueil : "On maintient des décisions".
Une citation de François Legault, premier ministre du Québec

On a à peu près 3 % des infirmières qui ne sont pas vaccinées actuellement. Ça peut sembler peu, mais à certains endroits c’est beaucoup, a-t-il expliqué. [...] Ce sont des personnes qui ont étudié en santé, donc s’il y en a qui devraient connaître l’importance de la vaccination, ça devrait être ces personnes-là.

Rappelons que le 13 octobre dernier, le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui avait donné jusqu'au 15 octobre au personnel du réseau de la santé pour se faire vacciner sous peine de suspension sans solde, s'est ravisé en raison du nombre élevé de personnes qui refusent le vaccin (nouvelle fenêtre). Si cette mesure avait été appliquée, le réseau aurait été privé de plus de 22 400 travailleurs de la santé, selon les estimations de Québec. La date butoir pour être vacciné avait alors été remise au 15 novembre.

François Legault a accordé une entrevue à Céline Galipeau

C’est sûr qu’émotivement on aurait le goût de dire : "On ne veut plus vous avoir". Mais à partir du moment où il nous manque d’infirmières, il faut regarder c’est quoi la moins pire décision.
Une citation de François Legault, premier ministre du Québec

Des assouplissements pour Noël?

En ce qui a trait à la situation pandémique au Québec, François Legault s'est dit encouragé par le recul des hospitalisations et des cas ces dernières semaines, au point où il commence à entrevoir la levée de plusieurs mesures sanitaires si la vaccination des enfants de 5 à 11 ans (nouvelle fenêtre) se déroule comme prévu. Je pense entre autres au masque, a-t-il précisé.

Comme je l’ai fait ces 20 derniers mois, on va consulter le Dr Arruda et la santé publique. J’ai l’impression, surtout si on commence à vacciner les enfants, qu’on va pouvoir avoir beaucoup d’assouplissements dans les prochaines semaines, les prochains mois. On espère que ça va être à temps pour Noël, a souhaité M. Legault dans une entrevue accordée au Téléjournal.

Une fois que les 5 à 11 ans vont être vaccinés, je pense qu’on va pouvoir mettre la majeure partie de nos consignes derrière nous.
Une citation de François Legault, premier ministre du Québec

Pour ce qui est de l'obligation de présenter le passeport vaccinal, ça sera à voir avec la santé publique, a répondu le premier ministre.

Stéphane Bordeleau

À la une