1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

L’Assemblée des Premières Nations critique le discours d’ouverture de François Legault

Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones du Québec, et Ghislain Picard.

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, accuse le gouvernement d'avoir offert un discours partisan.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Delphine Jung

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador a vivement réagi au discours d''ouverture de la session parlementaire prononcé par François Legault mardi. Le chef Ghislain Picard dénonce un double discours et un manque cruel d’engagements envers les Autochtones.

Créer de la richesse à partir des territoires et des ressources usurpées aux Premiers Peuples, tout en reconnaissant de l’autre côté de la bouche qu’ils ont subi des injustices, c’est un discours qui ne tient plus! Nous sommes en 2021! s’est-il indigné dans un communiqué de presse, mercredi.

L’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador accuse le premier ministre du Québec d’avoir offert un discours partisan qui visait surtout à promouvoir la plateforme électorale de la Coalition avenir Québec en vue de l’élection provinciale de 2022.

Pourtant, l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, qui considère que ses relations avec le gouvernement sont au point mort, avait formulé ses attentes au gouvernement du Québec.

Son chef aurait souhaité des engagements concrets pour mettre en œuvre les recommandations de différents rapports et commissions.

Selon l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, le gouvernement devrait s’engager à soutenir l’autodétermination des gouvernements des Premières Nations, et à ne pas imposer son nationalisme mesquin aux autres nations.

Contacté par Espaces autochtones, le cabinet du premier ministre a indiqué qu’une place importante a été accordée aux communautés autochtones dans le discours d’ouverture de M. Legault.

Il a listé les projets ambitieux sur lesquels le gouvernement québécois a travaillé : la Grande Alliance (nouvelle fenêtre), l’entente tripartite Québec-Canada-Premières Nations sur la gouvernance en santé et services sociaux, le lancement du projet éolien Apuiat, ou encore la création de la Table politique conjointe avec l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador. (nouvelle fenêtre)

On est dans une nouvelle ère de relations de nation à nation, a encore indiqué Ewan Sauvé, l’attaché de presse de M. Legault.

Même son de cloche du côté du cabinet de Ian Lafrenière, ministre chargé des Affaires autochtones. Mathieu Durocher, son attaché de presse, a rappelé que M. Legault a évoqué la jeunesse autochtone.

Plusieurs communautés connaissent un boom démographique. Près de 50 % des Autochtones sont âgés de moins de 35 ans. Il faut aider ces jeunes à atteindre leur plein potentiel, a-t-il mentionné.

Par ailleurs, M. Durocher a souligné la volonté du gouvernement de continuer à lutter contre le racisme et la discrimination que vivent les Autochtones encore aujourd’hui.

Delphine Jung

À la une