1. Accueil
  2. Société
  3. Immigration

Seulement 64 travailleurs francophones immigrent à T.-N.-L. en 4 ans

Une rue et des maisons colorées à Saint-Jean de Terre-Neuve.

Difficile d'attirer les travailleurs francophones à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Getty Images / Bob Hilscher

Patrick Butler

Seulement 64 travailleurs francophones ont immigré à Terre-Neuve-et-Labrador entre 2017 et 2020, une période où le gouvernement avait espéré en accueillir jusqu’à 200.

Quand le gouvernement libéral a dévoilé son plan La voie à suivre (nouvelle fenêtre), en 2017, il a promis de travailler avec des organismes francophones de la province afin d’intégrer jusqu’à 50 travailleurs francophones par année.

Dans le cadre de cette collaboration, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador réservera chaque année jusqu’à 50 désignations du Programme des candidats de la province pour les immigrants francophones, peut-on lire dans le plan annoncé par l’ancien premier ministre, Dwight Ball.

Les données fournies par le gouvernement n'incluent pas les étudiants et les réfugiés francophones.

Pas de cible en immigration francophone

Dans un courriel, le porte-parole du ministère, Jeremy Reynolds, soutient que le gouvernement n’a jamais établi de cible en immigration francophone.

Des désignations ont plutôt été réservées pour donner la certitude à la communauté francophone que, si elle a des besoins sur le marché du travail qui nécessitent des personnes francophones, nos programmes seront là pour répondre à leurs besoins, précise-t-il.

Le ministre provincial de l’Immigration, de la Croissance démographique et des Compétences, Gerry Byrne, n’a pas voulu nous accorder d'entrevue. Mais en point de presse, mercredi, il a expliqué que le gouvernement peine à atteindre la majorité de ses cibles en matière d'immigration.

Gerry Byrne.

Le ministre provincial de l’Immigration, de la Croissance démographique et des Compétences, Gerry Byrne, mercredi à Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Nous ratons nos cibles pour tous les secteurs. [...] Nous avons besoin de faire mieux et c’est pour cette raison que nous nous sommes donnée la cible d’accueillir 5100 nouveaux arrivants d’ici 2026. Les francophones font partie de cette initiative, affirme-t-il.

La province n'a intégré que 1564 immigrants en 2019-2020.

Quand Radio-Canada a demandé le nombre de francophones qui avaient participé au Programme des candidats de la province (PCP) depuis le dévoilement de La voie à suivre, le ministère nous a envoyé les données combinées pour deux différents programmes d’immigration : le PCP et le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique (PPICA), une initiative fédérale.

Le ministère explique que pour au moins une année entre 2017 et 2020, il y avait si peu de participants francophones aux deux programmes que nous ne pouvons vous fournir que les données combinées pour nous assurer que nous n'avons identifié par accident personne au sein de la communauté des nouveaux arrivants de Terre-Neuve-et-Labrador.

Bilan lamentable du programme fédéral

Ottawa n'a pas hésité à nous fournir des chiffres précis sur son programme, le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique. Les données fédérales montrent qu’en 2017 et en 2019, aucun francophone n’a participé à l’initiative.

En 2018, sept francophones y ont participé. En 2020, seulement un francophone a immigré à Terre-Neuve-et-Labrador grâce au programme.

Depuis 2017, le gouvernement provincial a alloué environ 500 000 $ aux services d’établissement et d’intégration pour les immigrants francophones, selon Jeremy Reynolds.

Le gouvernement provincial n’a pas documenté le nombre d’immigrants francophones arrivant à Terre-Neuve-et-Labrdaor avant la création de son plan d’action La voie à suivre, en 2017.

Patrick Butler

À la une