1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique municipale

[Reportage] Des candidats de la diversité aux élections municipales à Laval

Un homme debout dehors à côté d'une colonne sur laquelle il est écrit Hôtel de ville de Laval. Il tient un paquet de feuilles de papier dans ses mains.

Redouane Yahmi est le plus jeune candidat à la mairie de Laval aux élections municipales du 7 novembre 2021.

Photo : RCI / Samir Bendjafer

Samir Bendjafer

Redouane Yahmi, âgé de 20 ans, est candidat à la mairie de Laval. Il fait partie des nombreux Lavallois d’origine maghrébine ou arabe qui aspirent à être élus, notamment comme conseillers municipaux, dans la troisième ville la plus peuplée au Québec.

Lorsque M. Yahmi est allé au bureau de la Commission électorale du Québec pour s'enquérir des élections municipales du 7 novembre, on lui a gentiment expliqué qu'il serait convoqué au début de la campagne électorale pour participer à une formation destinée aux travailleurs électoraux.

"Nous prendrons votre nom et vous rappellerons lorsque nous aurons besoin de travailleurs pour compter les votes", ont dit les employés de la Commission, a rapporté M. Yahmi à Radio Canada International (RCI), qui l’a rencontré au parc Champfleury à Laval.

Quand Redouane Yahmi leur a expliqué qu’il était venu se porter candidat à la mairie, ils ont agi avec professionnalisme et m’ont dit qu’ils m’appelleraient dès que la campagne serait lancée, et c’est ce qu’ils ont fait.

Ainsi, M. Yahmi est devenu candidat à la mairie dans cette ville de 442 648 habitants (selon les chiffres du gouvernement du Québec en 2020).

Un homme assis à une table dans un parc public.

Redouane Yahmi, 20 ans, affirme qu'il a eu la piqûre de la politique quand il était petit en essayant de comprendre pourquoi les États-Unis étaient toujours les plus forts dans les jeux vidéo.

Photo : RCI / Samir Bendjafer

À Laval, les immigrants représentent 28,5 % de la population totale (2016). De ce nombre 5,6 % sont nés en Algérie, comme Redouane Yahmi, arrivé au Québec à l'âge d'un an avec ses parents.

Avant qu'il ne s'intéresse à la politique, M. Yahmi s'intéressait à la géopolitique. Cela remonte au début de son adolescence, lorsqu'il a commencé à jouer à certains jeux vidéo de guerre.

Parmi ces jeux vidéo, il y avait Call of Duty où les États-Unis gagnaient toujours. Et j’ai accepté cette position dominante. Mais, un jour quelqu’un m’a demandé pourquoi les États-Unis étaient considérés comme la nation la plus puissante au monde. Je n’ai pas pu lui répondre, dit M. Yahmi.

Au secondaire, Redouane Yahmi aimait beaucoup les cours d’histoire du 20e siècle.

Quand il a eu 18 ans, il a commencé à envisager de s'impliquer en politique, mais n'était pas attiré par l’adhésion à un parti politique. Je savais que je ne pouvais pas obtenir une candidature pour les élections législatives, par exemple, déclare-t-il.

Il a décidé de se présenter aux élections municipales comme candidat indépendant à la mairie car, selon lui, cela lui donnerait une meilleure occasion d'avoir de l’influence que s’il se présentait pour n’importe quel parti.

Être maire indépendant permet un meilleur rapport de force avec les 21 conseillers municipaux [à Laval] qui appartiennent à divers partis politiques.
Une citation de Redouane Yahmi, candidat à la mairie de Laval

Le jeune candidat à la mairie de Laval estime que s'il est élu membre indépendant du conseil municipal il sera écrasé par les autres partis.

Les cinq principaux pays de naissance de la population immigrante lavalloise (en 2016) :

  • Liban : 10,6 %
  • Haïti : 10,3 %
  • Maroc : 6,7 %
  • Algérie : 5,6 %
  • Grèce : 5,1 %

La Syrie (13,5 %) et Haïti (13,5 %) arrivent au premier rang des pays de naissance des immigrants récents.

Les cinq principales langues maternelles de la population immigrante lavalloise (en 2016) :

  • Arabe : 20,4 %
  • Français : 14,1 %
  • Espagnol : 8,4 %
  • Créole : 6,0 %
  • Grec : 5,1 %

Source : Statistiques de la Ville de Laval, 2019

Comme tout candidat, Redouane Yahmi a préparé un programme politique en sept points, intitulé Pour un Laval jeune et ambitieux, qu’il a diffusé sur les réseaux sociaux.

M. Yahmi estime que son programme répondra aux besoins et demandes des citoyens de Laval et permettra à cette ville de devenir assez prospère sur les plans économique et écologique pour qu’elle soit surnommée le San Francisco du Canada.

Jusqu’à présent, sa campagne électorale a été calme, mais il pense qu’il fera plus de bruit vers la fin de la course, pendant les deux dernières semaines.

Les chances de Redouane Yahmi de devenir maire de Laval semblent toutefois bien minces. S’il n’est pas élu, il aura le temps de reprendre ses études d’ici un an, comme l'incitent à le faire ses parents.

Certains programmes universitaires acceptent des étudiants de 21 ans et plus qui n’ont pas terminé leurs études au cégep, un établissement d’enseignement collégial public au Québec.

Deux femmes discutent avec une autre debout sur le seuil de sa maison.

Grace Ghazal (au milieu), la candidate d'Action Laval dans le district électoral de Renaud, lors d'un porte-à-porte avec sa cheffe de parti, Sophie Trottier (à droite).

Photo : RCI / Samir Bendjafer

Grace Ghazal

Avec toute la diversité ethnique et culturelle qui caractérise Laval, il est tout naturel que des candidats issus de l’immigration se présentent dans les 21 districts électoraux de la ville. On trouve parmi eux 17 candidats originaires du Maghreb ou de pays arabes du Moyen-Orient.

Selon les statistiques de la Ville de Laval, 81,3 % de la population immigrante possède la citoyenneté canadienne, condition nécessaire pour être élu ou pour se porter candidat aux élections.

RCI a rencontré Grace Ghazal, candidate d’Action Laval dans Renaud, alors qu’elle faisait du porte-à-porte dans son district.

Mme Ghazal était accompagnée de Sophie Trottier, la cheffe de son parti et candidate à la mairie de Laval. Elles se sont entretenues avec une citoyenne à sa porte.

Cette citoyenne a reconnu Grace Ghazal qui, comme elle, est d’origine libanaise. Le Pays du Cèdre est le pays de naissance de plus de 10 % de la population immigrante lavalloise.

La discussion a porté sur le stationnement dans les rues, les opérations de déneigement en hiver et les pistes cyclables dans Renaud.

Grace est très active sur le terrain et j’aime l’accompagner car elle est de bonne humeur et les gens l’aiment. Elle rencontrait les citoyens quotidiennement cet été, malgré la chaleur, dit la cheffe d’Action Laval.

Une femme assise devant un ordinateur en train de parler au téléphone.

Grace Ghazal contacte par téléphone les électeurs de sa circonscription à partir de son bureau de campagne électorale.

Photo : RCI / Samir Bendjafer

Le fait que Grace Ghazal soit agente immobilière lui a permis de bien connaître Laval et sa démographie.

En réponse à une question sur ce qui distingue les besoins des citoyens d’origine arabe de ceux des autres citoyens, Mme Ghazal dit qu’il n’y a pas de différence.

Nous sommes tous des Lavallois, nous tous payons nos impôts et faisons tous face aux mêmes problèmes, peu importe notre origine.
Une citation de Grace Ghazal, candidate au poste de conseillère municipale à Laval

Aux dernières élections municipales, en 2017, comme à celles de 2013, le district de Renaud a été remporté par le Mouvement Lavallois, le parti au pouvoir depuis 2013.

Mais le conseiller municipal sortant dans ce district ne se représente pas cette année. Mme Ghazal affrontera plusieurs candidats, dont Hafida Daoudi, d’origine marocaine, qui se présente sous la bannière du parti Laval citoyens.

Un homme discute avec un autre homme et une femme portant une fillette sur le seuil d'une maison.

Omar Waedh, le candidat du Mouvement lavallois dans le district de Chomedey, discute avec des citoyens pendant un porte-à-porte.

Photo : RCI / Samir Bendjafer

Omar Waedh

À environ sept kilomètres du district de Renaud, Omar Waedh, le candidat du Mouvement Lavallois dans le district de Chomedey, faisait également du porte-à-porte électoral.

Dans Chomedey, les citoyens se plaignent, eux aussi, du problème de stationnement dans les rues résidentielles. La proximité d’une école provoque un chaos quotidien, surtout avec les parents d’élèves qui garent leurs voitures un peu partout.

M. Waedh, âgé de 36 ans, est un Syrien né en Irak et qui a vécu au Maroc pendant vingt ans avant d'immigrer au Canada avec son épouse et leur fille.

Sa participation en tant que citoyen au Comité consultatif d’urbanisme de la Ville de Laval depuis 2018 lui a permis d’être choisi par le Mouvement Lavallois comme candidat dans Chomedey.

Ce district est représenté depuis 2013 par Aglaia Revelakis, conseillère d’origine grecque, d’Action Laval.

Un homme assis à une table avec un casque téléphonique sur la tête. Derrière lui, deux hommes, l'un le regarde et l'autre regarde un téléphone cellulaire qu'il tient à la main.

Omar Waedh (au milieu) en train d'enregistrer une story pour la page Facebook du chanteur syrien Yahya Hawwa (à droite) qui a plus de 3,3 millions d'abonnés.

Photo : RCI

Omar Waedh estime qu’il ne faut pas sous-estimer le rôle des municipalités dans la vie des citoyens.

Il y a beaucoup de décisions qui sont prises au niveau municipal, parce que la vie quotidienne d’un citoyen n’est pas réglementée au niveau provincial ou fédéral.
Une citation de Omar Waedh, candidat au poste de conseiller municipal à Laval

M. Waedh était en train d'expliquer le programme de son parti lorsqu'il a été interrompu par un bénévole de son équipe, le chanteur religieux syrien Yahya Hawwa, qui lui a rappelé qu’il était temps d’enregistrer une vidéo pour les réseaux sociaux. Ce dernier compte plus de 3 millions d’abonnés sur Facebook et des centaines de milliers d’autres sur Instagram et Twitter.

Pendant ce temps, les autres bénévoles ont continué leurs appels téléphoniques aux citoyens de Chomedey, l’un des districts électoraux les plus multiculturels de Laval.

Les élections municipales (nouvelle fenêtre) auront lieu partout au Québec le 7 novembre 2021, et les 6 et 7 novembre à Montréal.

Note : ce reportage est également disponible en arabe, et a été traduit en français par Fadi Harouny

Samir Bendjafer

À la une