1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Un accord sino-canadien pour produire un vaccin contre la COVID-19 est tombé à l’eau

Une femme injecte un vaccin à un homme.

Des essais cliniques du vaccin CanSino ont eu lieu à Karachi, au Pakistan.

Photo : afp via getty images / ASIF HASSAN

RCI

Un projet de collaboration entre le Canada et un laboratoire chinois (nouvelle fenêtre) pour la fabrication d’un vaccin contre la COVID-19 à Montréal a échoué après près de deux ans d’efforts.

Selon des documents obtenus par l’émission The Fifth Estate, de CBC, les responsables canadiens ont attendu plusieurs mois le vaccin CanSino, conçu en Chine, pour des tests supplémentaires qui devaient s’effectuer au Canada.

Afin de réaliser ces tests, Ottawa a investi 44 millions de dollars pour moderniser des installations à Montréal. Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a signé à cet effet un accord avec CanSino Biologics de Tianjin au début du mois de mai 2020 pour accélérer la disponibilité d'un vaccin COVID-19 au Canada pour une utilisation d'urgence en cas de pandémie.

Le vaccin CanSino, qui avait été créé par la branche de recherche scientifique de l'armée chinoise, devait être expédié au Canada pour des essais humains en mai. En cas de succès, le vaccin devait être fabriqué dans les installations du Centre de recherche en thérapeutique en santé humaine.

Selon les documents obtenus par CBC, le Le Conseil national de recherches du Canada produirait des doses pour des essais humains au Canada dans un premier temps, puis, selon le contrat, pour les intervenants de première ligne et les Canadiens dès qu'ils seront disponibles.

Une fois pleinement opérationnel, si CanSino continue, le Le Conseil national de recherches du Canada sera en mesure de produire 70 000 à 100 000 doses par mois, selon un communiqué du Le Conseil national de recherches du Canada.

Le vaccin n’est jamais arrivé au Canada

Cependant, le vaccin CanSino n’a jamais été envoyé de Chine. Le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé l'accord le 16 mai 2020. Mais une note du gouvernement fédéral, plus tard le même mois, révélait que l'ambassade du Canada à Pékin travaillait toujours pour que le vaccin soit dédouané par les douanes chinoises.

Les vaccins CanSino sont toujours aux douanes en Chine, indiquait le mémo.

L'ambassade a une [réunion] demain. En supposant qu'ils passent la douane [demain], ils peuvent être mis sur un vol le 27. Mais le vaccin candidat n'a pas été mis dans un avion le 27 mai.

Pendant cette période, une crise diplomatique s’est exacerbée entre Pékin et Ottawa en raison de l’arrestation de Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois Huawei, en vue de son extradition aux États-Unis, et par la suite l’arrestation en Chine des Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor, accusés d'espionnage.

Le Globe and Mail a rapporté pour la première fois le 25 août 2020 que le Le Conseil national de recherches du Canada avait abandonné sa collaboration avec CanSino parce que la Chine ne laisserait pas les doses de vaccin arriver au Canada.

Dans une entrevue avec The Fifth Estate, le président-directeur général de CanSino, le Dr Xuefeng Yu, a déclaré qu'il ne savait pas pourquoi le vaccin n'était pas autorisé à être envoyé au Canada.

Je ne travaille pas pour le gouvernement, de part et d'autre. Je n'ai vraiment aucune idée de ce qui se passe derrière les portes des ministères de chaque pays.

Par ailleurs, le laboratoire chinois a poursuivi ses tests dans neuf pays.

Protéger les Canadiens

Dans un communiqué rendu public jeudi, le Conseil national de recherches du Canada explique sa décision d’obtenir le vaccin CanSino par la grande incertitude qui régnait au début de la pandémie. Il a été prudent de saisir l'occasion d'obtenir un accès au vaccin candidat de CanSino, l'un des plus avancés à l'époque, afin d'en évaluer l'efficacité.

Nous estimions que de mettre en œuvre tous les moyens disponibles pour protéger les Canadiens et Canadiennes constituait la seule ligne de conduite responsable à adopter.
Une citation de Extrait du communiqué du Conseil national de recherches du Canada

Le Le Conseil national de recherches du Canada a souligné qu’en raison de retards importants dans l'expédition des doses de vaccin au Canada et du fait que le vaccin candidat de CanSino avait déjà fait l'objet de tests avancés dans d'autres pays, l'occasion de mener des essais cliniques au Canada s'était envolée et le gouvernement s'est concentré sur des candidats plus prometteurs.

L’organisme gouvernemental a souligné également que le travail avec CanSino n'a en rien ralenti l'effort canadien pour obtenir des vaccins.

Au total, le gouvernement du Canada a financé de nombreuses entreprises canadiennes à la recherche de vaccins candidats, qui en sont aujourd'hui à divers stades des essais cliniques.
Une citation de Extrait du communiqué du Conseil national de recherches du Canada

Par ailleurs, le Le Conseil national de recherches du Canada a précisé que la modernisation de l'installation [le Centre de recherche en thérapeutique en santé humaine, NDLR] visait également à permettre la production de matériel pour d'autres essais cliniques liés à la COVID-19, en cas de besoin urgent.

Le Le Conseil national de recherches du Canada a déjà collaboré avec CanSino pour la mise au point d'un vaccin contre la tuberculose.

Avec les informations de CBC

À la une