1. Accueil
  2. Société
  3. Immigration

[Reportage] Le Mois du patrimoine latino-américain célébré aux quatre coins du Canada en octobre

Deux femmes, dont une plus âgée, sont en train de cuisiner et regardent le contenu d'une marmite.

Le 21 juin 2018, le Parlement canadien a adopté une loi désignant le mois d'octobre comme Mois du patrimoine latino-américain

Photo : Getty Images / FG Trade

Paloma Martínez Méndez

Selon les données du recensement de 2016, les Canadiens d’origine latino-américaine représentent près de 500 000 personnes à travers le pays, soit 1,3 % de la population totale du Canada.

À ce chiffre, il faut ajouter la deuxième génération de Latino-Américains au Canada : c'est-à-dire les enfants des immigrants, dans des proportions similaires à celles de leurs parents nés en Amérique latine.

Au Canada, il y aurait alors un million de personnes nées en Amérique latine ou d'origine latino-américaine, et ce chiffre pourrait être revu à la hausse à la publication des résultats du nouveau recensement de 2021.

Une bannière virtuelle qui annonce le Mois du patrimoine latino-américain dans les deux langues officielles du Canada.

Pour la troisième année consécutive, le Canada célèbre la présence des Latino-Américains au pays tout au long du mois d'octobre.

Photo : Fuente: Gobierno de Canadá

Un sentiment de fierté

Au-delà des chiffres, il y a un réel sentiment de fierté qui s'exprime dans les cercles qui célèbrent le Mois du patrimoine latino-américain aux quatre coins du pays en 2021.

Le fait que Montréal nous ait donné un mois pour célébrer notre patrimoine latino-américain représente un grand honneur. C'est également un honneur de savoir que la communauté est bien présente dans l’esprit et dans les cœurs de la mairie et de la société de cette ville, qui reconnaît que nous, les Latino-Américains, représentons un grand mouvement de 22 pays. Pour nous, cela signifie aussi une très grande responsabilité, car cela nous oblige à laisser un héritage digne à nos générations, nos enfants, petits-enfants et grands-parents.
Ana Gloria Blanch, trésorière de la Table de concertation du Mois de l’héritage latino-américain de Montréal

À Montréal, Ana Gloria Blanch, trésorière de la table de concertation du Mois de l’héritage latino-américain, affirme qu’avoir un mois entier pour commémorer les 22 communautés des Amériques est un privilège qui s’accompagne aussi de responsabilités.

Portrait d'Ana Gloria Blanch, trésorière de la Table de concertation du Mois de l'héritage latino-américain de Montréal. Elle est assise dans son bureau, et on voit de nombreux diplômes accrochés sur le mur derrière elle.

Ana Gloria Blanch, trésorière de la Table de concertation du Mois de l'héritage latino-américain de Montréal.

Photo : Radio Canadá Internacional / Paloma Martínez Méndez

Nos racines, nos ailes

Pour sa part, Oscar Vigil, directeur général du Conseil canadien du patrimoine hispanique à Toronto, estime que tous les immigrants cherchent à s'intégrer et à vivre comme le reste de la société canadienne.

Le directeur, qui organise la plupart des événements liés au Mois du patrimoine latino-américain dans la capitale ontarienne, considère que tous les immigrants arrivent au Canada avec un bagage, parfois gros, parfois petit : leur héritage.

Il est important de ne pas perdre nos racines culturelles et historiques. Le Conseil canadien du patrimoine hispanique veut promouvoir chaque année l’expression de ces racines latino-américaines qui existent au Canada. C’est important, car ça nous permet de vivre ou revivre ces expériences culturelles de notre enfance, pour ceux d’entre nous qui sont arrivés à l'âge adulte, et aussi pour que les deuxièmes générations nées ici aient la possibilité de les connaître et de les vivre.
Oscar Vigil, directeur général du Conseil canadien du patrimoine hispanique
Portrait d'Oscar Vigil, directeur général du Conseil canadien du patrimoine hispanique, assis dans une classe. On voit des chaises et des tables derrière lui.

Oscar Vigil, directeur général du Conseil canadien du patrimoine hispanique.

Photo : Radio Canadá Internacional / Paloma Martínez Méndez

Cœur de guerrier

Ana Gloria Blanch vit à Montréal depuis 35 ans. Une grande partie de ce temps, Mme Blanch a été à la tête de Casa CAFI (Centre d’Aide aux Familles Immigrantes), ce qui lui a permis de voir de près la croissance et la transformation de la communauté latino-américaine.

Je vois l'évolution de notre présence au Canada comme un grand succès, parce que je crois que l’union fait la force. Je ne dis pas que nous n'avons pas de problèmes et de désaccords, ce serait un mensonge, mais je crois que si on reste unis, en travaillant ensemble, avec des objectifs communs, nous pouvons faire de grandes choses. Ça fait 35 ans que je suis arrivée, quand notre communauté était petite et pas si présente. Au fil des années, des espaces se sont ouverts pour que nous puissions exprimer nos cultures, chanter, danser, manger.
Ana Gloria Blanch, trésorière de la Table de concertation du Mois de l’héritage latino-américain de Montréal

Pour cette femme, la communauté latino-américaine du Canada se définit par sa persévérance. Et malgré le fait qu’ils viennent de différents pays, avec des cultures, des nourritures et des folklores différents, les Latinos au Canada ont un cœur de guerrier en raison de l’histoire de chacun de nos peuples, dit la présidente de la Table de concertation du Mois de l'héritage latino-américain de Montréal.

Deux enfants sont en train d'éviter et de couper des citrouilles.

Au Canada, il y aurait un million de personnes nées ou ayant des origines en Amérique latine.

Photo : Getty Images / martinedoucet

Nous faire voir, nous faire connaître

Pour le directeur général du Conseil canadien du Patrimoine Hispanique â Toronto, la responsabilité de cette célébration consiste à rendre les Canadiens d’origine latino-américaine plus visibles pour les autres Canadiens.

Il est important que la société canadienne puisse nous connaître un peu plus. Qui nous sommes, ce que nous faisons et ce que nous pouvons faire. Les sentiments anti-immigrants sont souvent causés par une profonde ignorance des immigrants et de leurs cultures. C’est l’occasion pour eux de nous connaître et de nous aimer au lieu de nous craindre, car en voyant nos couleurs, nos accents, nos sons, notre intensité, il sera plus facile pour eux de nous adopter.
Oscar Vigil, directeur général du Conseil canadien du patrimoine hispanique

Au programme ce mois-ci

À Montréal, la Table de concentration du Mois de l'héritage latino-américain a programmé une série d'événements du 1er octobre jusqu’au 31 octobre.

Calendrier des activités du mois d'octobre organisées par la Table de concertation du Mois de l'héritage latino-américain de Montréal.

Calendrier des activités du mois d'octobre organisées par la Table de concertation du Mois de l'héritage latino-américain de Montréal

Photo : Table de concertation du Mois du patrimoine latino-américain de Montréal

Toujours à Montréal, l’organisation Héritage Hispanique Québec a aussi organisé plusieurs événements.

Agenda culturel d'octobre de l'organisme Héritage hispanique Québec.Agrandir l’image (nouvelle fenêtre)

Agenda culturel d'octobre de l'organisme Héritage hispanique Québec.

Photo : Mois du patrimoine hispanique du Québec

À Toronto, le Conseil canadien du patrimoine hispanique a prévu une foule d'événements, dont un festival du cinéma et des spectacles gastronomiques.

Mais l’un de ses événements-phares cette année est un concours destiné aux Canadiens d’origine latino-américaine âgés de 14 à 30 ans et qui ont des parents ou des grands-parents nés dans un pays de l'Amérique latine.

Bannière promotionnelle qui annonce l'événement TikTok. On y voit un dessin d'arbre superposé sur la silhouette d'une maison.Agrandir l’image (nouvelle fenêtre)

Les jeunes Latino-Canadiens sont invités à soumettre une vidéo sur TikTok ou Instagram qui montre un aspect de leurs racines latino-américaines. Pour participer, ils doivent utiliser le mot-clic #ShowUsYourLatinRoots.

Photo : Hispanic Canadian Heritage Council

À Vancouver, dans l'Ouest canadien, Latincouver a planifié aussi plusieurs événements à partir du 15 octobre.

Latincouver est une organisation sans but lucratif qui rassemble des Latino-Américains et des personnes intéressées par l’Amérique latine qui vivent en Colombie-Britannique.

En plus des événements déjà mentionnés, il y en a des dizaines d'autres prévus un peu partout au Canada.

Radio Canada International fera la couverture de ces événements tout au long du mois d’octobre.

Note : ce reportage est également disponible en espagnol.

Paloma Martínez Méndez

À la une