1. Accueil
  2. Justice et faits divers
  3. Accidents et catastrophes

Sauvetage à la mine Totten : presque tous les travailleurs sont sortis

Mine entourée d'une rivière et d'arbres.

La mine Totten a ouvert ses portes en 2014 à Worthington. Elle produit du cuivre, du nickel et des métaux précieux et emploie environ 200 personnes.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

RCI

Au moins 35 des 39 employés coincés dans la mine Totten, dans le Grand Sudbury, ont pu remonter à la surface par une sortie secondaire, selon le dernier communiqué de la minière Vale.

L'équipe de sauvetage minier de Vale et celle de l'Ontario supervisent l'effort d'extraction des quatre employés restants. Le personnel médical surveille de près les progrès de l'ascension.

Les responsables de l'opération de sauvetage et la porte-parole de Vale espéraient que l'opération serait terminée en matinée, mais selon la mise à jour de 16 heures, il y avait encore des mineurs sous terre.

Un homme parle à un podium

Myles Sullivan est un représentant de syndicat des Métallos qui représente 30 des 39 mineurs touchés par l'accident à la mine Totten.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Mais même si l’opération de sauvetage semble se prolonger, tout se déroule bien affirme un des adjoints au directeur du syndicat des Métallos, Myles Sullivan.

Un kilomètre, ce n’est pas profond, surtout pour une mine de Sudbury, mais c’est une bonne ascension et il faut savoir grimper. Tout le monde a des aptitudes physiques différentes.
Myles Sullivan, adjoint au directeur du bureau du district 6 du syndicat des Métallos

Selon lui, cet incident souligne l’importance critique du système de sortie secondaire, qui a permis une évacuation relativement rapide des mineurs.

Le directeur adjoint, qui a passé une grande partie de sa carrière dans les mines de Sudbury, note l'impact de cet incident sur la communauté.

Tout le monde à Sudbury est [mineur] ou a un proche connecté de près ou de loin aux opérations minières, rappelle-t-il.

Une remontée de plus de 12 heures pour certains

Connor Kent, un des mineurs évacués, affirme que l'ascension s'est bien passée, malgré le stress.

Connor Kent accorde une entrevue à sa sortie de la mine Totten.

Connor Kent est un des mineurs qui a pu sortir de la mine tôt mardi.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Je vais bien et je suis prêt à rentrer à la maison, relate celui qui a passé environ 48 heures sous terre.

Un incident dans le puits de la mine (nouvelle fenêtre) a forcé dimanche la fermeture de l’ascenseur principal, appelé la cage dans le domaine minier.

Il y a beaucoup d'anxiété, tu ne sais pas exactement quand tu vas sortir, combien de temps tu seras sous terre, a confié Connor Kent peu de temps après sa sortie de la mine. [L'équipe de sauvetage et l'employeur] font de leur mieux pour nous informer de ce qui se passe.

Au cœur de l'opération de sauvetage

Shawn Rideout, d'Ontario Mine Rescue, coordonne le sauvetage. Il a déclaré en matinée qu'il y avait de la lumière au bout du tunnel.

Nous y allons lentement pour ne pas pousser les gens au-delà de leur niveau d'énergie.
Shawn Rideout, coordonnateur du sauvetage

Selon Pascal Boucher, du syndicat des Métallos, les mineurs ont pu communiquer avec leurs proches pendant qu'ils étaient sous terre.

Les mineurs doivent utiliser des échelles pour effectuer leur remontée d'environ 1 km. Les échelles peuvent mesurer entre 6 et 18 mètres environ, explique Pascal Boucher.

Entre chaque échelle, il y a un étage où les gens peuvent s'arrêter et se reposer.
Pascal Boucher, du Syndicat des Métallos

Il ajoute que le puits secondaire est plutôt large. La norme, c'est qu'il y a beaucoup de place pour que les gens puissent se déplacer.

Le syndicat prévoit tenir un point de presse une fois que tous les travailleurs seront sortis.

Une équipe médicale est sur place et s’assure de l’état de santé des mineurs secourus avant qu’ils puissent retourner chez eux, indique le syndicat par voie de communiqué mardi matin.

Les mineurs qui sont sortis jusqu'à maintenant se portent bien, selon la porte-parole de l’entreprise, Danica Pagnutti.

Nous remercions les employés touchés pour leur patience et leur persévérance, ainsi que les équipes de sauvetage de la mine pour leur dévouement et leur soutien inlassable, a déclaré Gord Gilpin, responsable des opérations minières pour les activités de Vale en Ontario.

Selon lui, l'opération de sauvetage a été un incroyable travail d'équipe.

Des équipes préparées

Alexandre Richard, sauveteur minier volontaire, a expliqué en entrevue au Matin du Nord que l'équipe de sauvetage minier est composée de gens qui sont tous liés par la même passion, aider son prochain.

Ils ont tous des rôles spécifiques et ont tous une expertise différente, soit par leur corps de métier ou par leur expérience au niveau des interventions.
Alexandre Richard, sauveteur minier volontaire

Lorsqu'une opération de sauvetage est déclenchée, chaque membre de l'équipe de sauvetage reçoit une alerte via un système de radio interne, poursuit M. Richard. Ils doivent quitter immédiatement leur poste pour intervenir.

Les travailleurs qui ne font pas partie des équipes de sauvetage sont informés des mesures d’urgence et de l’emplacement des refuges.

Dans les refuges, les travailleurs sont en sécurité. Ils ont de l'eau, de la nourriture, des toilettes et des chaises pour s'asseoir. Les refuges sont tempérés, les conditions sont très vivables.
Alexandre Richard, sauveteur minier volontaire

Il ajoute qu’après un incident, les activités de la mine sont immédiatement interrompues, pour éviter qu’un deuxième incident, comme un incendie, empire la situation et force l’équipe de sauvetage à gérer deux crises en même temps.

Selon M. Richard, le suivi après l’événement est aussi important, avec notamment des explications de l’incident par les dirigeants de la mine et du soutien psychologique.

Avec les informations de Frédéric Projean et Ezra Belotte-Cousineau.

À la une