1. Accueil
  2. Société
  3. Engagement communautaire

Un nouveau fonds pour soutenir la communauté noire d’Edmonton

Nneka Otogbolu (à gauche) et Greg Davis (à droite) posent pour une photo officielle.

Nneka Otogbolu (à gauche) et Greg Davis (à droite) ont collaboré pour mettre sur pied le nouveau fonds.

Photo : Fournie par la Fondation communautaire d'Edmonton

RCI

La Fondation communautaire d’Edmonton (ECF) crée un nouveau fonds pour soutenir des initiatives visant à répondre à des priorités spécifiques ou à de nouveaux besoins des membres de la communauté noire de la ville.

Pour l’occasion, la fondation organise une collecte de fonds afin d’amasser 100 000 $ d’ici la fin de l’année et offre d’y ajouter un montant équivalent.

Le but du fonds est d’améliorer la qualité de vie des Noirs d’Edmonton, explique la directrice de la fondation, Nneka Otogbolu.

L’idée a germé dans la foulée du mouvement Black Lives Matter, l’an dernier.

À l’époque, l’ECF dit avoir remarqué la proximité et le soutien présents dans la communauté noire, de même que la nécessité d’être à l’écoute de ses priorités et d’y répondre.

Pour déterminer les enjeux qui la touchent, une table ronde et une discussion en plénière ont été organisées avec des leaders de la communauté en février.

Ils ont compris l’importance d’avoir un fonds de dotation qui s’occupe des priorités des Noirs, note Nneka Otogbolu.

Pour mettre le tout sur pieds, Mme Otogbolu s’est associée avec l’éditeur du magazine Melanistic, Greg Davis, afin de démarrer le fonds.

Une partie de l’argent amassé sera immédiatement réinvesti dans la communauté, alors que le reste sera investi afin d’assurer une croissance à long terme.

On donne le coup d’envoi de quelque chose qui contribuera à bâtir l’avenir de nos arrière-petits-enfants, explique-t-elle.

Du soutien de la communauté

Les premiers dons ont déjà commencé à affluer, dont 1000 $ de la Fondation de la drépanocytose de l’Alberta et 5000 $ d’un donneur anonyme.

C’est encourageant, si je puis dire, dit Nneka Otogbolu. Selon elle, même si des systèmes de soutien sont en place pour les membres de la communauté, ces derniers font souvent face à des barrières.

Nous avons constaté que les initiatives gérées par des organismes consacrés aux Noirs d’Edmonton sont généralement sous-financées.

Un groupe de 32 leaders noirs a la tâche d’évaluer les demandes et de décider qui reçoit de l’argent.

À la une