1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Pas d’obligation vaccinale à l’horizon pour voyager au Canada

Le gouvernement Trudeau voulait obliger tous les voyageurs canadiens à être vaccinés « dès que possible à l’automne », mais cette promesse ne semble pas près de se matérialiser.

Un avion de la compagnie Air Canada stationné sur le tarmac de l'aéroport de Montréal.

Le gouvernement Trudeau prépare une preuve vaccinale fédérale pour les voyageurs canadiens souhaitant se rendre à l'étranger.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Romain Schué

Sera-t-il obligatoire d’être pleinement vacciné pour voyager entre Montréal et Vancouver ou pour se rendre à Toronto ou Calgary?

La position, ferme, du gouvernement de Justin Trudeau semble avoir du plomb dans l’aile.

Nous avons indiqué notre inquiétude [à Transports Canada], souligne Markus Ruediger, porte-parole de l’Association du transport aérien international (IATA).

L’organisation commerciale dit être sans nouvelle du gouvernement canadien depuis son annonce du 13 août dernier (nouvelle fenêtre). Celle-ci était claire et sans ambiguïté. Tous les voyageurs et les membres d’équipage devront être vaccinés d’ici l’automne, affirmait Ottawa.

Dès que possible à l’automne et au plus tard à la fin octobre, le gouvernement du Canada exigera que les employés des secteurs du transport aérien, ferroviaire et maritime sous réglementation fédérale soient vaccinés.
Extrait du communiqué de presse du gouvernement le 13 août 2021

L’exigence de vaccination s’étendra également à certains voyageurs, notamment tous les passagers des vols commerciaux, des trains interprovinciaux et des grands navires avec hébergement, comme les bateaux de croisière, ajoutait le communiqué de presse du gouvernement fédéral.

Or, depuis cette annonce, rien ne semble avoir bougé. Alors que l’échéancier fixé par le gouvernement approche, nous sommes en attente des détails des réglementations fédérales, confie-t-on du côté d’Air Transat.

Nous n’avons eu aucune discussion sur le sujet depuis l’annonce du 13 août.
Debbie Cabana, porte-parole d’Air Transat

Tout en assurant appuyer cette idée, le Conseil national des lignes aériennes du Canada (CNLA), qui représente de nombreux transporteurs aériens, tient un discours identique.

Nous nous attendons à ce que les représentants du gouvernement s'engagent rapidement auprès de l'industrie concernant l'exigence de vaccination des voyageurs intérieurs, explique Mike NcNaney, président de l'organisme.

Nous n'avons pas de détails sur ce que le gouvernement envisage en ce qui concerne le processus. Nous devons comprendre ces détails afin de déterminer le délai nécessaire à une mise en œuvre efficace.
Mike NcNaney, président du CNLA

Relancé à plusieurs reprises, le gouvernement fédéral est resté flou. Les mesures à la frontière sont basées sur les données disponibles, les preuves scientifiques et la surveillance de la situation épidémiologique tant au Canada qu'à l'étranger, a répondu le ministère de la Sécurité publique.

De son côté, Transports Canada n’a pas été plus loquace, disant simplement travailler avec des intervenants clés, comme les agents négociateurs et les exploitants du secteur des transports, pour planifier la mise en œuvre des exigences en matière de vaccin.

Cette promesse est-elle abandonnée ou l’échéancier est-il repoussé? Nous n’avons eu aucune réponse.

Il ne sera pas possible de faire vacciner tout le personnel navigant [des compagnies étrangères] dans les prochaines semaines, prévient, dans un courriel envoyé à Radio-Canada, l’IATA, en réclamant plus de détails, notamment concernant les enfants, qui n’ont pas accès à la vaccination.

Air Canada, de son côté, a déjà demandé à ses employés d’être pleinement vaccinés. Cette obligation entrera en vigueur dès le 30 octobre. À ce jour, près de 95 % [des employés] ont confirmé avoir reçu au moins une dose, la plupart ayant déclaré avoir été entièrement vaccinés, souligne une porte-parole de la compagnie aérienne.

Moins de 1 % de voyageurs positifs

Depuis le 7 septembre, les touristes étrangers – toutes nationalités confondues – peuvent entrer au Canada, à condition d’être pleinement vaccinés. Cette condition n’est cependant pas exigée aux travailleurs étrangers temporaires, aux étudiants, ou encore à ceux venant au Canada dans le cadre de leurs activités professionnelles. Néanmoins, ces derniers doivent entre autres se soumettre à un test à leur arrivée.

Selon les dernières données fédérales disponibles, entre le 5 juillet et le 8 août, près de 230 000 voyageurs partiellement ou non vaccinés, venus au Canada par avion, ont subi un test. Au total, durant cette période, le résultat de 0,80 % de ces tests a été positif.

À l’heure actuelle, hormis le port du masque par exemple, aucun test et aucune preuve de vaccination ne sont exigés dans un vol intérieur.

Une preuve vaccinale en préparation pour les séjours à l’étranger

Une autre promesse libérale devrait cependant voir le jour prochainement.

En août, une preuve canadienne de vaccination (nouvelle fenêtre) avait été annoncée par le ministre fédéral de l’Immigration Marco Mendicino. Sa mise en œuvre devait se faire d’ici le début de l’automne et Justin Trudeau, en campagne électorale, avait réitéré cet objectif (nouvelle fenêtre), sans cependant s’avancer sur un échéancier.

Relancé sur ce sujet, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) assure toujours viser un échéancier à l’automne. Des détails seront bientôt disponibles, indique une porte-parole.

Ce document aura une apparence uniforme et mentionnera les antécédents de vaccination contre la COVID-19 du détenteur, comme le nombre de doses, les types de vaccins, la date et l’endroit où les doses ont été administrées.

Cette normalisation aidera les autorités frontalières étrangères et canadiennes à reconnaître qu’il s’agit d’un document canadien fiable et à évaluer si le voyageur satisfait aux exigences de son pays en matière de santé et d’entrée.
Isabelle Dubois, porte-parole d’IRCC

Cependant, selon Ottawa, à l’heure actuelle, il n’existe pas de consensus international sur ce qu’est une preuve de vaccination acceptable.

Plusieurs pays réclament d’ores et déjà une preuve vaccinale pour entrer sur leur territoire.

L’Union européenne (UE) a, par exemple, développé un certificat COVID numérique. Ce dernier, entré en vigueur le 1er juillet, permet à tous les citoyens et résidents de l’UE de voyager sans aucune restriction à travers les pays membres. Mais les règles sont différentes concernant l’arrivée des voyageurs non européens.

La France permet aux Canadiens non vaccinés d’entrer dans l’Hexagone, mais ces derniers doivent dans ce cas présenter un test PCR. Aucun test n’est requis sur présentation d’un justificatif du statut vaccinal. Au Royaume-Uni (nouvelle fenêtre), les règles ont aussi été assouplies pour les Canadiens pleinement vaccinés.

L’administration de Joe Biden a de son côté annoncé l’ouverture des frontières américaines (nouvelle fenêtre) à tous les voyageurs internationaux, par avion, à partir de novembre. Les détails n’ont pas encore été dévoilés, mais seuls les passagers adéquatement vaccinés seront autorisés.

D’autres pays maintiennent toujours leurs frontières fermées aux touristes internationaux, comme la Chine, le Japon ou l’Australie.

Romain Schué

À la une