1. Accueil
  2. Santé
  3. Santé publique

Les livraisons de vaccins ont été interrompues en raison d’une offre excédentaire

Des flacons vides de différents vaccins de Moderna, Pfizer-BioNTech et AstraZeneca contre la COVID-19.

Le pays dispose déjà d'une réserve de 18,7 millions de doses et n'a pas besoin de plus pour vacciner les personnes admissibles âgées 12 ans et plus (archives).

Photo : Getty Images / CHRISTOF STACHE

La Presse canadienne

Le Canada a suspendu les livraisons de vaccins contre la COVID-19, car l'offre dépasse de loin la demande. Les provinces ont déjà plus de doses qu'elles ne peuvent en utiliser.

Le Canada devait recevoir 95 millions de doses des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna d'ici la fin du mois de septembre. Mercredi, le Canada en avait reçu environ 20 millions.

Le pays dispose déjà d'une réserve de 18,7 millions de doses et n'a pas besoin de plus pour vacciner les personnes admissibles âgées de 12 ans et plus. Cela comprend 8,5 millions de doses expédiées aux provinces qui ne sont pas encore utilisées et 10,2 millions qui sont dans une réserve fédérale accessible au besoin.

Mercredi, 80 % des Canadiens admissibles étaient complètement vaccinés contre la COVID-19. Tout au plus, le Canada aurait besoin de 11 millions de doses pour compléter la vaccination de toutes les personnes de 12 ans et plus.

D'ailleurs, les provinces ont cessé de demander de nouvelles doses à la fin du mois d'août. Le Canada a indiqué aux fournisseurs de ne plus effectuer de livraisons pour le moment.

Des responsables canadiens sont en pourparlers avec des fournisseurs et d'autres pays qui ont besoin de vaccins. Ils travaillent sur des plans pour faire don des doses excédentaires des vaccins de Pfizer et de Moderna.

Le Canada a déjà promis de faire don de 40 millions de doses achetées à AstraZeneca et à Johnson & Johnson, qu'il ne peut utiliser, à l'alliance de partage des vaccins COVAX.

À ce jour, le Canada n'a expédié que 82 000 doses du vaccin d'AstraZeneca à Trinité-et-Tobago.

Les dons de vaccins sont plus délicats qu'il n'y paraît en raison des responsabilités légales et des problèmes de dates d'expiration. La plupart des pays n'accepteront pas les doses dont la date de péremption est inférieure à huit semaines, afin de s'assurer qu'elles peuvent être utilisées à temps.

Les contrats avec Pfizer et Moderna n'expliquaient pas non plus spécifiquement comment les doses excédentaires pourraient être distribuées, contrairement aux contrats que le Canada a signés avec AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Sommet sur la distribution des vaccins à l'ONU

Mercredi, lors d'un sommet virtuel sur les vaccins à l'Assemblée générale des Nations unies, Joe Biden a appelé des pays comme le Canada à en faire plus pour contribuer à la vaccination du reste de la population mondiale.

Le président américain a déclaré que les États-Unis doublaient leurs dons à plus de 1 milliard et a déclaré : nous avons besoin que d'autres pays à revenu élevé respectent leurs dons et engagements ambitieux en matière de vaccins. Il a ajouté que l'objectif devrait être de vacciner 70 % de la population mondiale dans les 12 prochains mois.

À l'heure actuelle, seulement 31 % de la population mondiale est entièrement vaccinée. La distribution du vaccin est pourtant inéquitable. Les pays riches se sont emparés de la majorité des doses disponibles, laissant les pays en développement en attente.

L'Afrique n'a complètement vacciné que 4 % de sa population, contre 51 % en Europe et 45 % en Amérique du Nord.

Au moins 13 pays ont un taux de vaccination complet de plus de 70 %. Le Canada, avec 69,5 % de l'ensemble de la population entièrement vaccinée, s'en approche.

Le premier ministre Justin Trudeau a promis que le Canada ferait don d'au moins 200 millions de doses de vaccin par l'intermédiaire de COVAX d'ici la fin de l'année prochaine.

Sa porte-parole a déclaré qu'aucun nouvel engagement spécifique n'avait été pris par M. Trudeau lors du sommet sur les vaccins de Joe Biden.

À la une