1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

« Ça ne vous tente plus qu’on parle de politique ou d’élections », constate Trudeau

Les libéraux formeront un gouvernement minoritaire à Ottawa, dans un Parlement qui aura peu changé.

Sophie Grégoire et Justin Trudeau saluent la foule au rassemblement libéral.

Justin Trudeau a dit avoir entendu le message des électeurs.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Valérie Boisclair
Joëlle Girard

Le Parti libéral du Canada formera un gouvernement minoritaire à Ottawa. Les électeurs canadiens ont ainsi décidé de confier un troisième mandat à Justin Trudeau et à ses troupes, au terme d'élections qui ont produit un résultat quasi identique à celui de 2019.

Dès la fermeture des bureaux de vote, les résultats en provenance du Québec et de l'Ontario ont confirmé une tendance assez favorable aux libéraux pour les assurer de terminer en tête pour le nombre de sièges.

Vers 3 h (HAE), le PLC était en voie de faire élire 158 députés, contre 119 pour les conservateurs. Au moment de déclencher les élections, les libéraux détenaient 155 sièges et les conservateurs 119.

Et comme en 2019, le Parti conservateur mène le vote populaire malgré sa défaite, cette fois par près de deux points de pourcentage.

Erin O'Toole et sa famille s'enlacent sur la scène.

Erin O'Toole et sa famille, après la soirée électorale

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Les libéraux sont parvenus à faire réélire tous les ministres du gouvernement sortant, sauf Maryam Monsef (nouvelle fenêtre), qui était ministre de la Condition féminine, et Bernadette Jordan (nouvelle fenêtre), qui était ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière. Mardi matin, la ministre sortante des Aînés, Deb Schulte, ne semblait pas elle non plus en voie d'être réélue dans King-Vaughan.

Les résultats des votes postaux, qui devraient commencer à être comptabilisés en journée, viendront confirmer quel sort les urnes lui auront réservé. En tout, ce sont 18 circonscriptions (nouvelle fenêtre) où ce sont les votes envoyés par la poste qui permettront de départager vainqueurs et vaincus.

Bien qu'il n'ait pas décroché la majorité qu'il souhaitait probablement obtenir, Justin Trudeau a tout de même soutenu que les Canadiens lui avaient envoyé un message clair. Un message qu'il a assuré avoir entendu.

Vous nous renvoyez au travail avec un mandat clair pour mettre fin à la pandémie [...] c'est exactement ce que nous voulions.
Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada

Je vous ai entendus. Ça ne vous tente plus qu'on parle de politique ou d'élections, vous voulez qu'on se concentre sur le travail qu'on a à faire pour vous, a ajouté le chef libéral, dans son discours de fin de soirée.

Vous avez donné aux parlementaires un mandat clair pour qu'on en finisse une fois pour toutes avec cette pandémie [...] On vous entend, a-t-il répété.

Or, à peu de choses près, le portrait électoral du pays n'a pas tellement changé pour ce qui est du nombre de sièges et du vote populaire. Devant ces résultats, le chef conservateur a adressé une mise en garde à Justin Trudeau (nouvelle fenêtre), qui pourrait être tenté, selon lui, de redéclencher des élections anticipées.

Pour suivre le dépouillement des votes en temps réel, consultez notre section résultats (nouvelle fenêtre).

Autres élections, mêmes résultats

L'Atlantique demeure majoritairement libérale, même si les conservateurs y ont doublé leur députation. Le Parti vert et le Nouveau Parti démocratique, qui y détenaient chacun un siège, y ont été balayés.

L'Alberta et la Saskatchewan ont été peintes en bleu foncé, encore une fois, même si c'est dans cette région du pays que le Parti populaire a fait la majorité de ses gains, sans toutefois faire élire de députés. Le vote populaire pour la formation d'Erin O'Toole s'est ainsi un peu effrité dans les Prairies, où un député libéral a même été élu à Calgary.

Au Québec, comme en 2019, le Bloc québécois a privé les libéraux d'une majorité (nouvelle fenêtre) en étant en voie de récolter 34 des 78 sièges que compte la province. Il en avait raflé 32 lors de l'élection précédente.

Le chef Yves-François Blanchet a donc su conserver ses acquis, décrochant même deux sièges aux dépens des libéraux, mais il a raté sa cible, lui qui avait déclaré vouloir faire élire 40 députés dès le début de la campagne.

Yves-François Blanchet sur scène.

Yves-François Blanchet parle à ses partisans, au terme de la soirée électorale.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les conservateurs d'Erin O'Toole ont quant à eux consolidé leur assise dans la région de la Capitale-Nationale, en conservant leurs 10 sièges, mais avec une plus grande marge du vote populaire.

À l'échelle du pays, le Nouveau Parti démocratique a quant à lui offert une performance similaire à celle de 2019, en étant en voie de récolter près de 18 % du vote populaire pour un total de 25 sièges, contre 24 lors des dernières élections.

Au Québec, le seul député sortant du NPD, Alexandre Boulerice, a réussi à obtenir de nouveau la confiance des électeurs de Rosemont–La Petite-Patrie.

M. Boulerice devra continuer de faire cavalier seul pendant la 44e législation. Ruth Ellen Brosseau était en bonne voie de reprendre sa circonscription de Berthier–Maskinongé, mais elle a finalement été défaite par son rival bloquiste, Yves Perron.

Le couple sourit sur une scène.

Jagmeet Singh et sa conjointe Gurkiran Kaur Sidhu, lors du discours du chef

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

La chef du Parti vert, Annamie Paul, a pour sa part été défaite dans Toronto-Centre, où elle a passé la majeure partie de sa campagne. Elle tentait de s'y faire élire en tant que chef pour une première fois, après avoir perdu lors d'une partielle en octobre 2020 (nouvelle fenêtre).

Sa formation a néanmoins fait élire deux députés : l'ex-chef Elizabeth May dans Saanich-Gulf Islands, en Colombie-Britannique, et Mike Morrice dans Kitchener-Centre, en Ontario. Dans cette circonscription, le député sortant, le libéral Raj Saini, avait mis fin à sa campagne (nouvelle fenêtre) en raison d'allégations d'inconduites.

À Vancouver, le député sortant du Parti vert dans Nanaimo-Ladysmith, Paul Manly, n'était pas en voie d'être réélu mardi. Jenica Atwin, la députée verte de Fredericton qui avait traversé la Chambre en cours de mandat pour se joindre aux libéraux, était quant à elle en voie de l'être sous cette bannière.

Annamie Paul fait un câlin à quelqu'un lors de son rassemblement de la soirée électorale.

La chef des verts Annamie Paul a été défaite dans Toronto-Centre lundi soir.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le leader du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier (nouvelle fenêtre), a quant à lui été défait pour la deuxième fois en Beauce, où le conservateur Richard Lehoux s'est vu accorder un nouveau mandat.

Devant ses partisans réunis à Saskatoon, M. Bernier a promis un retour en force du Parti populaire du Canada aux prochaines élections et s'est engagé à poursuivre le combat pour [les] libertés en dehors du Parlement, dans la rue, pour influencer l'opinion publique.

Vers minuit, le Parti populaire était crédité d'un peu plus de 5 % des voix, soit plus du double des votes obtenus par le Parti vert. Ce pourcentage de voix devrait permettre à Maxime Bernier, s'il demeure en poste, de participer aux débats des chefs lors de la prochaine campagne.

Maxime Bernier et Catherine Letarte sur une scène.

Maxime Bernier et sa conjointe Catherine Letarte, lors de son discours au terme de la soirée électorale

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Outre Annamie Paul et Maxime Bernier, qui ont subi deux défaites cuisantes, tous les autres chefs ont été réélus haut la main, sans surprise.

La majorité des bulletins dépouillés lundi soir

Après avoir indiqué que les résultats pourraient prendre plus de temps que d'ordinaire avant d'être connus, Élections Canada a estimé qu'environ 95 % des bulletins de vote devraient être dépouillés dès lundi soir.

À 5 h 45 (HAE), Élections Canada faisait état d'un taux de participation de 58,44 %. Au total, 27 366 297 personnes étaient inscrites sur la liste électorale.

Dans certaines agglomérations du pays, la journée a été marquée par des files d'attente importantes, ce qui a contraint des électeurs à patienter pendant parfois une heure. À d'autres endroits, le processus s'est déroulé plus rondement.

Près de 5,8 millions de Canadiens (nouvelle fenêtre) avaient déjà exercé leur droit pendant les quatre jours consacrés au vote par anticipation. Un record, selon Élections Canada. Par rapport aux dernières élections, en 2019, il s'agit d'une hausse de 18,46 %.

D'autres votes ont été enregistrés par l'intermédiaire de bulletins spéciaux qui sont réservés, notamment, aux Canadiens qui votent par la poste, qui se trouvent à l'étranger ou qui font partie des Forces armées canadiennes.

À la veille du scrutin, Élections Canada indiquait avoir reçu plus de 900 000 des 1,2 million de trousses de vote par bulletin spécial qui ont été envoyées.

Valérie Boisclair
Joëlle Girard

À la une